AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
          

Partagez | 
 

 Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

▌Date d'inscription : 30/05/2010
▌Messages : 82
▌Age : 24



Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
67/118  (67/118)

MessageSujet: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Mer 9 Juin - 14:52

Ce fût un long matin comme d'autres longues après-midis dans le royaume de mon cher père. Ce matin, je m'étais réveiller pourtant avec une intention. La ferme intention d'apprendre des choses nouvelles. Pourtant, j'étais franchement énervé, d'humeur sadique, mauvaise nouvelle pour les pauvres morts assez damnés pour avoir eu le malheur d'avoir été amener en ce que j'appelais mon royaume. Je pris un malin plaisir à les torturer, les effrayer, les rendre complètement fou.

Leur souffrance comme petit déjeuner...


Par la suite, je mangea un peu, arrivant face au souverain à qui les conseillers posaient des questions. Il me regarda de son regard sombre, un petit hochement de tête et il retourna à ses occupations. Petit rituel habituel du genre juste pour dire que son fils est encore en vie même après ses escapades dans le monde terrestres des mortels. Bien sûr ce serait la seule salutation que j'aurais de la journée. Nous étions trop indépendant et solitaire de nature moi et lui pour oser penser manger dans la même pièce l'un et l'autre. Puis il semblait que j'avais la malédiction de ressembler trop à mère physiquement pour qu'il ose m'adresser vraiment la parole ou qu'il ose lever un regard sur moi plus de 10 minutes. Je monta à ma chambre. Je ne m'étais pas vraiment changé depuis ma petite escapade d'hier, et m'étais plus ou moins salit en tombant du ciel subitement directement sur la terre de la forêt. Je n'y avais pas revue mon hôte de nuit habituel...Inutile de dire que je m'étais franchement ennuyer, mais j'avais pu méditer un peu sur ma situation -Je devrais continuer sur la même voix, la subtilité et la recherche- . Je me dévêtis et choisi une chemise blanche, un long manteau noir que j'aimais particulièrement, et des pantalons tout aussi noir. Puis j'attachai mon collier de chaine dans mon cou. Certes, je préféra laisser mes gants de cuirs de coté sur ma petite table de chevet de bois. Ce n'étais pas très pratique pour ce que je voulais faire, puis en enfer il faisait tout de même assez chaud. Pareille raison pour mes bottes de cuirs que je laissa au pied de mon lit. Puis je m'en alla sans plus de façon , claquant la porte derrière moi, la barrant au passage -pour ne pas que d'indésirable visiteurs viennent mettre leur nez fouineur dans mes affaires- et me dirigea vers la bibliothèque d'un pas presque pressant. Assoiffé de connaissance. Je me rendis dans une rangé bien reculé, bien poussiéreuse aussi, et je choisi un livre au hasard. ...Hmm, pas tant au hasard que cela, puisque je savais clairement par habitude que ce n'était que des livres à propos de la terre. Raison pour laquelle ils étaient si poussiéreux, quels démons voudraient s'informer sans aucunes raisons sur une petite planète où ils iraient sans doutes jamais surtout avec le faits qu'ils en accueillaient les habitants morts et damnées dans leur royaume sans même avoir a se déplacer , Qui d'après vous ? Oh..Juste un prince démon en recherche de sa soeur et en manque de connaissance...

Leur connaissance comme dîner ...

Après avoir épousseter le livre, lu et relu, je m'endormis directement sur le sol froid. J'étais épuisé, cela faisait plusieurs nuits que je ne trouvais sommeil et la fatigue avait eu raison de mon âme déraisonnable. Dieu que je détestais sa...

Je me réveilla que plusieurs heures plus tard. Il règnait une noirceur dans la petite bibliothèque. La porte grande ouverte à l'entré réussissait cependant à y faire entrer un peu de lumière ... Un mal de crâne commençait a se faire sentir. Je sentais que cette nuit risquait d'être mouvementé. Je descendis au premier étage, la cuisine, mangea à peine. Qu'un peu de viande que je termina en moins de deux. Je remonta à ma chambre, pris mes bottes et mes gants de cuirs. Fixant un peu mon lit a regrets , me demandant si je ne devrais pas prendre une petite pause de voyage aujourd'hui...Après tout mon amie n'avait pas été là la veille, et il n'y avait qu'une chance sur des milliards que je tombe sur ...ELLE. Mais bon, sa reste une chance, et si je venais à tomber sur mon amie, j'aurais la chance d'avoir de ses nouvelles peut-être. Je me releva du lit, non sans soupirs et petits gémissements de frustrations, puis je barra une nouvelle fois la porte de ma chambre, redescendit par la suite. Arrivant à la porte des enfers, je disparu.

***

Pour retomber brutalement sur un sol plus que froid, glacial. Je frissonna et sourit a moitié d'avoir penser a mettre mon grand manteau qui me réchauffait au moins plus que mon habit de la veille. Cependant ma fierté s'envola pendant un temps ...Où étais-je ? C'était grand, froid, de ce que je pouvais en voir c'était fait en pierre pour la plupart. Plus vert l'entré, on pouvait y lire les inscriptions ''FAÏWEL'' ...Mes yeux s'agrandirent, je réalisa alors où j'étais. Je venais de lire ironiquement un livre sur cet endroit. Je savais que j'étais en Hecara, dans le temple de Faïwel. C'était un royaume classé très peu fréquentable, ou se relayaient histoires d'horreurs sur histoires d'horreurs : bref l'endroit le plus parfait pour qu'un démon comme moi puisse s'y glisser en toute subtilité sans être importuné ! Cependant, je soupira une nouvelle fois...Une nouvelle fois je ne verrais sans doutes personnes cette nuit.

-Zut...

J'avais à peine prononcé ces mots, qu'un objet de métal tomba en un atroce fracas.

-Et merde, rien pour améliorer mon mal de crâne avec sa...


Je figea. Je venais vraiment de dire cela, dans un lieu inconnu , ne sachant même pas qui se trouvais derrière moi ? Oui, vraiment. Je savais qu'il y avait nombre de possibilité et j'avais la flemme de me retourner...Ce qui pourrait être pris pour une impolitesse, ou une faiblesse. Tant pis, je formula mentalement un plan dans ma tête, si c'était gentil, je n'aurais qu'à feindre d'être ce bon vieux Darius comme je le faisais face a Melyanna -aaah ce qu'il avait une belle ''vie'' lui...-, si c'était mauvais...Je deviendrais invisible comme à l'habitude et je prendrais la poudre d'escampette le plus vite possible si possible. Subtilité était mon mot clé et je me l'avais promis. Je n'avais aucune envie de me retourner, cependant une voix me dit de le faire quand même.

Si seulement tout était prévisible facilement.

Et pour dessert...Ma propre surprise ??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hàdes
Admin
avatar

▌Date d'inscription : 22/05/2010
▌Messages : 896
▌Age : 26



Feuille de personnage
Niveau: 13
Expérience :
881/985  (881/985)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Ven 11 Juin - 4:55

    La nuit cache surement l’un des secrets de la plaisance. Ses brises calmes et amusantes, ses étoiles étincelantes et vaillantes, mais surtout son silence concertant. Qui oserait parler à voix haute la nuit ? Encore plus en Hecara. Sauf les quelques âmes ivres et suffisamment idiotes pour risquer de rencontrer, dans l’ombre de la nuit, une infortune. Les humains sont suffisamment idiots pour que quelques uns s’aventurent à cette heure. Les autres sont crétins, tués par la peur, pliés sous l’étreinte du plus fort. Il y’avait pourtant moi, ni avec les uns, ni avec les autres. J’appréciais ce temps de la nuit. Les ruelles de l’Hécara, ville des assassins. Mais de quoi avoir peur ? D’un humain ? Un sourire apparaît sur ma figure contre mes désirs. J’aurais pu m’aventurer plus loin de cette ville, dans un bois par exemple. Mais quelques choses me retenaient. Une seule enfaite. Une seule promesse. Qui allait me garder sur ces terres pour des années humaines encore. Mais justement, après, je pourrais vagabonder autant que je voudrais.

    Je respirais la paix de l’endroit. Aussi sombre et cruel était-il, il n’inspirait pas le désarroi de l’enfer. Il n’étouffait pas. Il me gardait aussi calme que lui… parfois le retentissement d’un son vient perturber l’harmonie. Parfois, un chat passait, un chien aboyait… mais c’était tout. De tels endroits ne peuvent aucunement être comparables à l’enfer… l’enfer savez-vous, c’est démoniaque. Autant que cette aura qui émane de moi. Autant que cette aura que je pressentais. Stridente et meurtrière. Je ne me rendis même pas compte du fait, je courais déjà vers l’endroit. Sans réserves. L’enfer allait-il lui aussi mêler ses histoires avec ceux de la terre ? Et de plus, cette sensation, cette personne… avait presque la même odeur que moi. C’était, sans aucun doute, mon frère.

    Mes pas se succédaient, je traversais ruelle après ruelle me dirigeant vers lui. Je sautais parfois même les maisonnettes lorsqu’elles n’étaient pas trop hautes, préférant la terre au ciel, au ciel, on pourrait me voir. Je dépasse un détour et je me retrouve devant la porte d’un temple. Que faire. Forcer l’entrée ?. Je regarde le mur. Soupire. Ces habitudes d’intrusions ne devraient pas être employées dans de tels endroits. Pourtant. Je ne m’étais pas retenue, pas une seule seconde, de sauter sur le muret. Je me tenais debout sur le bord du mur. Aucune lumière ne reflétait mon ombre. J’observais la cour. Et justement, mes yeux se posèrent sur mon jeune frère. Impossible que je me trompe. Je me baisse prendre une petite pierre et je la lui lance sur le crane. Comment pouvait-il être si… négligent ? Ne savait-il pas que laisser son dos à un adversaire pourrait causer sa mort ? De plus qu’est ce qu’il faisait ici ? Père l’avait-il envoyé ? Des questions successives s’emparaient une à une de mon esprit. Il faudrait simplement que je lui demande. Mais répondra-t-il ? Démon comme je l’ai connu, la ruse est son atout.

    J’avance d’un pas, laissant mes pieds au vide et j’atterris à terre. Mes yeux rouges sang le fixaient. Je respire calmement.


    -‘Ne me dis pas que tu te balade sur la terre des humains !’
    Lançais-je simplement. Peut être que cette question allait l’obliger à répondre sincèrement. Le vent souffla, emportant ma chevelure noire sur son passage, caressant mon visage. Je soupire. Je n’allais pas pouvoir profiter de ce plaisir cette fois.

    Il se retourne. Je ressentis un courant électrique parcourir mon corps. Montant de mes pieds vers mon estomac. Je me demandais à chaque fois que je le regardais pourquoi il lui ressemblait. Il est le portrait craché de ma mère. Ses yeux, sa peau, son regard… Mon cœur se serra strictement à cette mémoire. J’avale ma salive. La seule raison de mon effroi. La seule raison de mon émoi. C’est cette apparence qui ressemble tant à la défunte. Mère, fallait-il vraiment que je ressemble à père ? Alors que lui te ressemble. Si ce n’était pas cette aura différente, je l’aurais surement cru pour toi. C’est l’ironie implacable du destin.

    Je m’avance et tend inconsciemment ma main vers son visage. Il était si vivant. Si vivant… Si vivant. Mais je savais que le tien ne l’était pas, et ne le sera plus jamais. Mon sang, après tout, tue le temps.


__________________________________

> - Trahir autant que l'on aime - <



Mes Liens <()>
Mon archive
<()>
Mon ART
<()>

6
Merci à
|Abby| & |Aslan| & |Kan'rei| & |Jeni| & |Iuhk| & |Erwan|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 30/05/2010
▌Messages : 82
▌Age : 24



Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
67/118  (67/118)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Dim 13 Juin - 3:04

Je me pris ensuite une pierre en plein sur le crâne. Comme si je n'avais pas déjà assez mal à la tête comme cela...Faudrait vraiment que je trouve le sommeil en revenant en enfer demain, sans cela bonjour la fatigue extrême !

Mais bref, pas le temps de pensé trop à cela. J'avais assez travailler ma logique et ma sensibilité d'esprit avec mes techniques au combat, surtout celle de manipulations, qu'il m'était devenu facile de traduire même le plus silencieux des actes de l'ennemi. Déjà, la pierre de un signifiait sans doute que sois la personne me reconnaissait. Ou seulement qu'elle cherchait à m'agacer ou à chercher un quelconque respect de ma part et que je me retourne. Non, je fis le con et je ne me retourna pas tout de suite. Je le sais, sa pourrait normalement causer ma mort, mais comme je maîtrise assez bien l'art de la ruse, puis que cette personne ne sembla pas tant mauvaise, plus agaçante, j'attendis un autre signe...

Qui ne tarda aucunement à venir faut croire.

La voix, cette voix aucunement imitable, impossible que je ne la connaisse pas. Mes yeux s'ouvrirent très grand, par la surprise, je ne me retourna pas tout de suite. N'aimant pas montrer mes vraies émotions aux gens par habitude. Mais je ne pus m'empêcher de me retourner vivement pour confirmer mon pré sentiment. J'avais raison, c'était bel et bien elle ; Hell qui était face à moi à présent. Tout ce que j'avais pensé il y avait à peine une demi heure n'avait plus aucune raison d'être. Une chance sur un milliard de tomber sur ma chère soeur, j'étais...Chanceux ? Puis bien sûr avec cet argument j'avais pris le temps de planifier un plan pour les méchants ET les gentils, mais évidemment pas dans le cas que c'était elle. Puisqu'en fais je n'avais jamais su où la classer. Ce qui se refléta dans ma réaction, un vif froncement de sourcil, un petit air hésitant....Qui se transforma en un rire bien amusé en me rappelant sa question d'il y avait quelques instants à laquelle je n'avais toujours pas répondu.

-Oh mais non...Enfait j'avais surtout envie de goûter la froideur du plancher de ce joli petit temple de mortels. C'est ....Rafraichissant !
, dis-je d'un air enjoué et presque gamin. Bien sûr c'était du sarcasme dégoutant, peut être le réaliserait-elle. Surtout qu'elle ne sembla pas très joyeuse de me revoir au premier abord...Enfait qui serait joyeuse de revoir son diablotin de frangin des enfers ?

Et pourtant,... J'arborais ce petit air gamin et enjoué presque honnêtement. Parce que malgré ce que je pourrais en dire, ce que je pourrais en laisser pensé, une part de moi était vraiment -ah oui ??- heureuse de revoir celle qui connaissait presque parfaitement la vrai partie de moi, qu'on pourrait appeler l'ancienne partie vu comment était ma situation mais bon. Sans commentaires ! J'avais quand même un peu d'effroi dans le cœur, car l'orgueil était là tout de même. Ma soeur aura toujours été une des, si se n'est pas la seule, personne avec qui je ne savais jamais vraiment comment réagir, même si je réagissais très rapidement tout de même. Je réalisai que j'étais dans la lune, et remarqua qu'elle me fixais droit dans les yeux, puis l'étincelle ému et quelques autres petits signes...Pourquoi était elle comme cela ?... Je l'émouvais ? Moi ?

Non, pas moi. Je le savais, elle avait été toujours plus proche de mère. Puis comme pour le petit épisode du matin même, ils étaient tous pareille, père et elle, et tout les autres du royaume. À croire qu'ils étaient incapable de juger une personne par ce qu'elle est et non par ce qu'elle est physiquement. Un petit éclair furtif de frustration apparu et disparu dans le fond de mes yeux. Je fixai mes mains pâles et fines.

-Père est incapable de comprendre que ce n'est que physiquement que je ressemble a sa défunte femme...Toi pareillement on dirait. Puis toi bien que tu ressemble a père, ce n'est que du physique tout sa, en fait... Hell.
Un long soupir presque las s'en suivi. Cette ressemblance frappante avait ses désavantage et avantage faut croire.

Je sentis sa main se déposer lentement et doucement sur mon visage. Un subtile frisson me parcouru vivement le dos. Me forçant à reposer mon regard doré dans les yeux rouges de Hell, était-ce encore à cause de son émotion face à ma ressemblance choquante à mère qu'elle agissait ainsi ? Ou pour quelconque autres émotions ? J'affichai alors un visage presque froid, mi sourire, mi impassible. Presque résigner de l'intérieur. Ma main froide, geler par la froideur de l'endroit, se déposa sur son poignet, s'apprêtant à enlever sa main de mon visage. Pourtant, je ne le fis pas, attendant qu'elle réponde à mes paroles et peut-être à mes interrogation silencieuses. Puis surtout...par fatigue peut être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hàdes
Admin
avatar

▌Date d'inscription : 22/05/2010
▌Messages : 896
▌Age : 26



Feuille de personnage
Niveau: 13
Expérience :
881/985  (881/985)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Jeu 17 Juin - 3:29

    Ce visage à la ressemblance flagrante me troublait. Je caresse sa peau, un sourire me trahit et se dessina malgré moi. Les années remuent tout, apparemment, mais elles ne remuent jamais les liens de sangs, la mémoire reste intacte… surtout face à des visages tant admirés. Il posa sa main sur la mienne. Et ce ne fut qu’à ce moment que je me rendis compte de ce que je faisais. La peine me tuait. Ruisselant dans mes profondeurs me ramenant au présent. Sa main froide me réveilla voir son expression. J’étais vraiment désolée. Désolée d’avoir été celle qui avait achevé notre mère. Désolée d’avoir été emporté par ma douleur et mon agonie. Désolée, de n’avoir vu en lui, que le reflet de la défunte.

    Je retire ma main légèrement prenant la sienne avec douceur. Elle était si froide. Je me demandais sérieusement ce qui le faisait sortir de son état et descendre sur terre. Lui, qui se valorisait tellement, visitait ce monde creux humain. J’enveloppe sa main par la chaleur de mes deux mains, communiquant non pas juste cette température qui manquait mais encore, tous ces mots de désolation que je ne pouvais articuler. Petit frère ne savait pas, pas encore, que c’était moi la meurtrière. Mais il savait très bien que j’étais, depuis des années, la traitresse des enfers. L’ayant trahi, l’ayant laissé derrière moi. Je m’étais parfois demandé ce qui lui arriverait. Si jamais Satan s’amusait à faire de lui un remplaçant ou à le punir en mon nom.

    Je fixe ses yeux. Faisant face au vrai pas à l’ombre. Je regardais infailliblement son regard. Respirant en douceur. J’étais traitresse, et je l’avais trahi aussi. Que pouvais-je rajouter ? Que pouvais-je espérer ? Une sorte d’affection de la part de mon confrère ? N’était-ce pas trop demander ? Je soupire. Cette rencontre, j’aurais aimé l’éviter, et pourtant. Je n’avais pas même réfléchis. Je voulais voir de mes yeux qu’il allait bien. L’entendre parler. Il y’a des liens qu’on ne cerne surement pas. Des questions aux quelles on ne répond pas. Mais surtout, des sentiments qu’on ne daigne pas même révéler.

    -‘…’

    Entrouvrant mes lèvres, je ne dis rien. Que pouvais-je dire ? Que je ne regrette pas de les avoir trahis ? Que je vais parfaitement bien ? Que je payais le crime que j’avais commis ? Que fallait-il expliquer ? Je fronce légèrement mon cil gauche. Qu’étais-je entrain de faire ? Pour dire vrai, je faisais une exception. De tous les démons que j’avais rencontrés sur terre, il était le seul à m’avoir tant touché. Ce que j’avais détruit n’était pas juste le mien, c’était le sien aussi. Criminelle ? Moi qui pensais que l’enfer m’avait trahie, je me rends compte, que loin des histoires de l’enfer, loin des ces peines meurtrières… je l’avais trahie. Je disais bien avant, que je ne trahirais que les miens. Mais lui… rien qu’avec lui, c’était toute une autre histoire… il était, une brise d’air frais secrètement empoisonnée. Je me sentais assaillie par le poids du crime que j’avais commis contre lui. En quoi étais-je différente de père ? J’étais la véritable meurtrière.

    Si jamais je lui racontais, écoutera-t-il ? Pourra-t-il me rendre ce regard aussi amère semblait-il ? Me jugera-t-il digne de me tenir ici même, devant lui, le touchant comme jadis. S’il connaissait la vérité, sera-t-on toujours, ne sois ce que par la pensée, liés ? Ou est-ce qu’il allait haïr tout lien avec moi. Lui qui avait le même sang que moi… allait-il me déserter ?
    Je secoue ma tête. Car ces pensées ne me menaient à rien. Je regarde le sol, les quelques pierres qui trainaient à terre, ces quelques parties du mur assaillies et lassées qui avaient, de leur désir, déserté le muret. Je relâche sa main, ramenant mon regard vers le ciel… perdue ? Loin de ça !! C’était comme si le mot n’était qu’un jeu d’enfant face à mon état. Je n’étais pas perdue. Ces sentiments se découplaient de plus en plus. Ce vaste ciel n’était, qu’une simple petite partie de l’univers où vogue mon esprit. Mais mon univers n’était pas si éclairé. Tant d’étoiles vaillantes et heureuses brillaient… les miennes, mes étoiles ? Je n’en avais que deux. Et de peur d’en perdre une, je refusais de parler. Gardons le secret !! Il me tourmentera encore et encore. Je n’allais pas lui annoncer l’histoire. Silence, tu ne te briseras pas, pas aujourd’hui. Je voudrais encore voir briller l’astre dans mon univers. Ce lien qui s’étend vers mes souvenirs lointains et enfuis.

    Je le fixe finalement, un peu plus de certitude. Un sourire bref au visage. Un sourire menteur mais surement vrai. Hommage à ce démon qui partage mon essence. Hommage au silence qui gardera le feu du lien embrasé. Hommage au courage trouillard de cette femme face à son passé.

    -‘J’espère que tu vas bien !’ Laissais-je filer aussi sincèrement que je pouvais. C’était, à présent, ma seule prétention. Le savoir en bonne santé, en bon état. Savoir qu’il allait mieux que moi.

__________________________________

> - Trahir autant que l'on aime - <



Mes Liens <()>
Mon archive
<()>
Mon ART
<()>

6
Merci à
|Abby| & |Aslan| & |Kan'rei| & |Jeni| & |Iuhk| & |Erwan|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 30/05/2010
▌Messages : 82
▌Age : 24



Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
67/118  (67/118)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Mar 29 Juin - 4:17

Je fixai son regard rouge, rouge sang. Qui pourtant, n'allait parfaitement pas avec le reste de son expression faciale. Qui elle ne ressemblait en rien à celle habituelle de père ; froide et sombre. Non, celle de ma chère sœur était plutôt tendu, voir remplit de tristesse et de désolation. Que c'était pratique de savoir déchiffrer les visages, le langage du regard et du corps...Plus de la moitié de ce qu'on ne dit pas ou que l'on ne veut pas dire peut paraître évident sous l'œil d'un observateur avertis. Des yeux fuyants peuvent trahir une envie de fuir, mordiller sa lèvre inférieur peut-être sois du désir, sois une trop grande anxiété, le dos courbé....

Bref, si la vie m'avait apprise quelque chose, c'est que si on veut manipuler les gens à sa guise, vaut mieux savoir bien jouer la comédie, ou ne rien laisser voir du tout.

Rien qu'à voir le regard triste et désoler de ma consoeur que je n'avais point revue depuis des années, je su qu'elle n'allait pas très bien. Sans aucun doutes, elle devait repenser à la trahison...Sa, trahison. Peut être cachait-elle quelque chose, à voir son regard fuyant quelque peu. On me cache quelque chose ? Huhm...Cela avait toujours le don de m'énerver, ou de me donner encore plus le goût de jouer pour découvrir le secret...Curieux, moi ?

Jusque là, je prenais soin de garder un visage froid. Bien que mes yeux dorés pouvaient donner l'impression qu'ils lisaient dans votre âme comme dans un livre. Je pris un visage peiné quelque peu. Elle me cachait quelque chose, et la voir triste...Elle... Pourtant, ce ne devrait pas être de l'énervement que je devrais ressentir ? Ce visage, était une demi vérité. Tout les visages que je me disais d'emprunté devant ma soeur en étaient au moins à moitié. Je ne serais jamais capable de lui mentir totalement. C'était cela, le problème. Avec elle, je serais toujours un personnage emplit de dualité. Ce dont elle ne saura peut être jamais sauf si elle le sait déjà...Puisqu'elle me connait depuis l'enfance...

Je sentis sa main chaude et douce prendre ma main froide, presque gelé, dans la sienne. Elle dut ressentir la froideur car bientôt ses deux mains l'enveloppèrent. Je remis mon regard dans le sien, fronça vivement les sourcils. À voir son regard, ce n'était pas seulement pour réchauffer...Par culpabilité ? Culpabilité de quoi ? De m'avoir laisser seule avec papa pendant tout ce temps ? ...Pour une des rares fois de ma vie je laissais quelqu'un voir vraiment ce que je ressentais. Devant une femme, j'avais honte, devant ma sœur, plus ou moins. Voilà pourquoi. Elle me connaissait depuis que je suis née, et ce même si on ne se voyait que rarement. Cependant, j'eu peur pendant une fraction de seconde. Si elle me connaissait trop...Était-ce dangereux ? Non...Parce que même si elle me connaissait mieux que les autres, des bouts lui manqueront toujours à elle aussi.

J'entendis un soupir, puis me rendit compte de l'énorme silence. Mon visage redevint impassible. Elle attendais une réponse, visiblement. Mais que dire ? Mentir en disant que tout vas bien ? Logiquement si je descend jusqu'ici... Il y avait tant de choses et si peu de choses à dire. Puis moi, j'attendais que se soit elle qui ouvre le bal. Je cherchais toujours pourquoi tant de désolation dans un seul regard et ce seul geste. Je chercherais, et je trouverais. Je ne trouve pas aujourd'hui ? Je rentrerai quand je saurai point final. Si ma soeur me connaissait comme je le pensais, elle devait au moins connaître ma ténacité quand je voulais quelque chose. Une bride de souvenirs me revint à l'esprit : nos entrainement qui duraient parfois toute une journée parce que je voulais vraiment gagner... Mon visage s'adoucit, mais pas jusqu'au grand sourire. Fallait pas trop espérer. Même que, mes poings se serrèrent subitement et se dé-serrèrent en entendant ce que j'entendis.

''J'espère que tu vas bien''

Un grognement, mais surtout de la surprise. Moi qui m'était jurer depuis toujours de ne rien laisser paraître, là, je n'en pouvais plus...J'eu un grand sourire.

-Alors là faut pas trop espérer ma chère !
dis je finalement d'un sourire, qui cachait pourtant tellement de choses. Je baissai la tête, je pouffai de rire, étais je devenu fou ? Non, seulement...Je lui en voulu, atrocement. Je lui en voulu qu'elle préfère se voiler la face plutôt que de regarder la vérité en face. J'aurais voulu que elle, ma soeur, aie compris. Elle qui savait que je n'allais jamais dans le monde des humains auparavant. Paresse ? Orgueil ? Peur ? Je n'avais jamais su, mais qu'importe. J'aurais presque préférée qu'elle s'en rende compte tout de suite. À moins qu'elle ne le sache déjà mais qu'elle préfère jouer style ''Ah tout vas bien'' . J'aurais bien jouer le jeux, mais pour une fois sur les dizaines que je descendais sur terre et que je la voyais, je n'allais pas lâcher prise.

Mon rire se transforma en petit grognement rageur. La couleur de l'iris de mon oeil droit pris des nuances rougeâtres. J'étais redevenu sérieux, voir très sérieux. Je voulais lui faire savoir que je prenais pas son humeur pour une blague, que je n'allais pas m'illusionner comme elle. J'enleva vivement ma main qui était prise dans la sienne, puis je posa vivement mes mains sur ses épaules. La fixant droit dans les yeux.

-Je ne ferai pas de beaux discours, pardonne moi...Mais je ne partirai pas tant que je tu ne m'aura pas dis ce qui explique ton attitude de maintenant. Ne me dis pas que tout vas bien, ton visage te trahis aisément. Déclarai-je finalement en prenant étonnement une voix sérieuse et autoritaire qui me fit ressembler à notre paternel. Fallait bien que j'aie hériter de quelque chose de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hàdes
Admin
avatar

▌Date d'inscription : 22/05/2010
▌Messages : 896
▌Age : 26



Feuille de personnage
Niveau: 13
Expérience :
881/985  (881/985)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Dim 18 Juil - 6:19


    /-Alors là faut pas trop espérer ma chère !/

    Il éclata de rire. Sous mon regard ébloui, mon jeune frangin riait de ma question. Sa silhouette amusée me réchauffa ne sois-ce qu’un peu le cœur. J’en eus un sourire. Je savais que j’étais l’objet de la moquerie ! Je savais que la raison de ces rires et de ce caractère n’était autre que moi, et pourtant… je ne pus m’empêcher de m’en réjouir ! Depuis le temps que je ne l’avais pas vu, je suis sûre d’une chose, j’avais changé !! La preuve ? Un si petit signe qu’un rire me plaisait, non, loin de ça, il me soulageait ! J’avais appris avec le temps à mieux regarder les gens, à apprécier leurs réactions et à les analyser ! Mais jamais ne laissais-je l’enveloppe m’emporter ! J’avais changé, je me blessais et me culpabilisait tout le temps, je ne me trahissais plus, mais je ne faisais plus jamais confiance. Seule ma grande confiance en mes capacités de combat et de défense me permettait de rester si… indiscrète ! Et donc j’étais là, devant ce démon qui avait grandi… Je souriais… d’abord de soulagement, après de cette découverte certaine. Il avait grandit. J’arrivais à voir qu’il s’était entraîné ! Qu’il avait travaillé durant ces deux années. Et ça me plaisait. Jadis, sûrement, je ne m’aurais pas senti aussi…

    Sa réaction se changea, il me fixait, et je lisait dans son iris toute sorte de… mécontentement. Normal, et très attendu !! Il ne voulait pas me rendre service et faire que ça passe discrètement. Il avança et m’attrapa par les épaules. Tel un mère humaine aurait fait pour gronder son enfant… ces réactions humaines que j’avais tant observées, que je trouvais bizarre et que je ne comprenais pas étaient toujours, pleines de sentiments… il… n’était plus aussi froid qu’avant, je pensais ! Même une colère, même si ce n’est qu’une colère, rien pour en être fière, c’était un sentiment qui me visait… Il parla. A haute voix. Me permettant aussi de remarquer que sa voix n’était plus celle d’un enfant. D’une part, il… ces paroles bien audibles chatouillaient mon âme… il… s’inquiétait… pour moi ? Ce n’était donc pas de la colère ? Ou est ce les deux ? Ce-ci pouvait-il être expliqué ? Ou est-ce son inquiétude qui le rend en colère pour mon jeu cachetier ? Je ne pouvais pas vraiment contenir cette impulsion étrangement paternelle. Ce démon…

    Je le regardais un moment. Gardant ce silence qui m’était largement meilleur que mes paroles. Il était doux. Les brises de cette noirceur de la nuit étaient elles aussi réconfortantes. Mais les paroles qui se bousculaient dans mon être une après une n’étaient aucunement douces. Au contraire ! Me montrera-t-il autant d’intérêt s’il savait mon crime ? Mon regard s’embrouilla de nouveau. Cette envie de le calmer, mêlée à ce désir de ni le blesser ni me dévoiler… je ne voulais voir mon reflet disparaître de ses yeux… prétentieusement, je ne voulais pas perdre cette place spéciale qu’il avait pour moi… Je soupire… Baisse le regard.

    -‘Tu… ne veux vraiment pas m’aider n’est ce pas !!’ Fis-je regardant son collier.

    Je soupire. Relève mon regard lui faire face. Ce crime qui pesait tellement, ce crime qui allait faire qu’il me haïra aussi… Une douleur intense s’empara de ma poitrine. Les battements de mon cœur demandaient à être accélérés, mais parmi les choses que j’avais apprise en enfer était, de ne jamais perdre contrôle de ses émotions. Ou du moins, savoir les cacher !

    Ce jeune frère méritait que je le regarde en face. Que je lui montre la traîtresse qui avait quitté l’enfer par prétention. La démone qui ne regrettait pas d’avoir franchi la porte de l’enfer, et d’avoir, sans la moindre hésitation, blessé son père. Le roi légitime de l’enfer. Cette personne qui se tenait devant moi, méritait, malgré moi, de comprendre quelques cartes cachées de cette histoire inavouée. De ce conte qu’il ne fallait pas conter. D’un mouvement léger mais vif j’ôte ses deux mains de mon épaule et je m’éloigne d’un pas. Expliquer mon attitude ? Sera-t-il justement capable de tout écouter ? J’étais sûre de mes propres capacités. Je lui avouerai les quelques vérités qu’il voulait savoir. Mais ce serait suivre ses désirs et oublier, pour un moment, mon envie de silence. Voulais-je vraiment parler?

    -‘Tu n’ignore pas que je suis une traîtresse. Me parler, c’est risquer de rejoindre mon camp ! Jeune démon !’ Commençais-je. Marquant un arrêt assez fort. Je retrouvais, par certitude mon attitude supérieure et réservée. Lui parlant d’une voix rauque et dominante. Il allait m’entendre parler mes discours comme c’est arrivé avant !

    -‘Penses-tu sérieusement que père pardonnera ton comportement enfantin ? Comment expliquera-t-il tes descentes sur terre ? As-tu pensé à ça avant de… ridiculement t’infiltrer ici ?’ Continuais-je. Je savais qu’il y avait pensé. Je le savais voilà pourquoi… ‘Ou est-ce lui qui t’envoi? Parmi les démons qui cherchent l’héritière en fuite !!’ Finis-je par demander. Je m’éloigne d’un pas. J’étais loin d’être en position de combat. Je relève mon regard au ciel, observant les étoiles.

    -‘Même sachant ce-ci, je n’ai pas pu me retenir de penser… que si je regrettais quelqu’un en Enfer, ce quelqu’un serait toi !’ Rajoutais-je. Un bref sourire sur mes lèvres. Ramenant mon regard sur lui. ‘Mais prétentieusement. Même sachant qu’on ne formera plus jamais un seul clan. Je voulais savoir comment tu allais. Et espérer inutilement que tu ne me demanderas PAS d’explications’ Fis-je en retrouvant mon regard neutre. Ça n’allait aucunement avec les paroles, ça, je le savais. Mais depuis quand est-ce que mes apparences devaient montrer mes sentiments ? Je… ne trahirai pas cette envie de silence. Je ne voulais pas raconter cette histoire qui nuira tout. Il ne m’avait pas attaqué, raison suffisante pour comprendre qu’il n’était pas ici afin de me ramener en enfer. Il était là pour des explications. Mais il ne les aura pas aujourd’hui pour le simple fait, que pour le moment, je préférais être haïe pour mes secrets que pour ce meurtre que j’ai commis !

__________________________________

> - Trahir autant que l'on aime - <



Mes Liens <()>
Mon archive
<()>
Mon ART
<()>

6
Merci à
|Abby| & |Aslan| & |Kan'rei| & |Jeni| & |Iuhk| & |Erwan|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ
Bête de guerre toute puissante
avatar

▌Date d'inscription : 21/12/2009
▌Messages : 157


Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Ven 1 Oct - 9:22

Qu'en est-il de ce topic ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hàdes
Admin
avatar

▌Date d'inscription : 22/05/2010
▌Messages : 896
▌Age : 26



Feuille de personnage
Niveau: 13
Expérience :
881/985  (881/985)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Dim 24 Oct - 2:32

[Je ne sais pas... >__<
On attend Dahvi Very Happy ]

__________________________________

> - Trahir autant que l'on aime - <



Mes Liens <()>
Mon archive
<()>
Mon ART
<()>

6
Merci à
|Abby| & |Aslan| & |Kan'rei| & |Jeni| & |Iuhk| & |Erwan|
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 30



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   Dim 6 Mar - 23:39

Je relance; qu'en est-il de ce topic ?

__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Imprévisiblement imprévisible [PV Hàdes]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [TERMINE] Tout est une question d'imprévu... [PV]
» Voyage imprévu.....
» Voyage imprévu
» [RP] Visite imprévue
» Imprévu
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Kleryana  :: Le Royaume de Kleryana :: + Llegwen + :: Hecara :: Temple de Faïwel-
Sauter vers: