AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
          

Partagez | 
 

 Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Jeu 12 Nov - 5:50

Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent.
PV. Slorak






    Le soleil venait d'entamer sa course vers l'horizon, mais il en était encore loin. Au pieds des montagnes, se dessinait Gloredhel, ville des rôdeurs mais surtout cité reine des textiles. Les meilleurs tisseurs du royaume se regroupaient à cet endroit et exportaient leurs marchandises au delà des frontières. C'était dans cette ville que l'on trouvait les meilleurs tissus, dont même la famille royal utilisaient pour la confection de ses vêtements.
    Des rochers formaient une protection naturelle contre les envahisseurs potentiels, le tout rehaussé de murailles épaisses et imprenables. On le disait mais jamais cela ne dû être prouvé... La ville était organisé de façon circulaire, sur différents niveaux et quelques bâtiments étaient directement construit dans la roche grise. Gloredhel était un joyau du royaume, car la ville était une des premières défenses face à la mer lorsque Kleryana n'était qu'un tout petit pays.

    Jenifael était arrivée lorsque le soleil de l'automne avait atteint le zénith. L'elfe avait fait garder son cheval à l'écurie de l'auberge où elle devrait certainement passer la nuit. Nessa lui avait confié certains achats à faire, mais elle ne savait pas pour combien de temps elle en aurait. La rôdeuse avait donc décidé de passer une nuit dans une des auberges de la ville et repartir le lendemain matin.

    Avec sensualité et légèreté, Jenifael se faufila dans la foule à la recherche des ingrédients de Nessa. Elle s'arrêta dans un magasin d'épices, et y acheta celles énumérées dans son esprit. Elle remarqua la rareté de certaines qu'on ne trouvait que dans cette ville. Jamais l'elfe ne demandait ce que son mentor faisait avec tout ça, elle ne le permettait pas. Elle se contentait de lui rendre service et d'aller quérir tout ce dont elle avait besoin. Et cela l'a faisait voyager... C'est ainsi que le temps passa comme fuyant entre les doigts de la main. La rôdeuse allait de boutique en boutique pour le grand plaisir des marchands. Lorsque le soleil commençait son ascension dans le ciel, Jenifael voulu prendre le temps d'aller chez un tailleur, celui qu'elle appréciait tant. Marzhan n'était peut-être pas le plus connu de la ville, mais l'elfe aimait son travail fin et délicat. De plus, c'était cet homme qui lui avait confectionné ses tenues pour voyager, autre que les robes de princesse qu'elle devait porter à la cour royale. Marhan accueilli la rôdeuse avec un grand sourire, trahissant sa joie de la revoir.

    _ Lady Jenifael, quelle honneur de vous voir chez moi. Justement, j'ai quelque chose qui va vous plaire.

    Il lui présenta ses dernières étoffes et elle ne pu que constater la beauté du tissu sous ses yeux. Elle passa délicatement ses doigts dessus tout en essayant d'imaginer quelle robe magnifique il ferait. Un luxe que l'elfe pouvait s'offrir; fille d'un roi elfe et future première princesse de Kleryana, Jenifael pouvait vivre dans le luxe près d'Hadrian, son futur époux. Et pourtant, elle préférait sa vie de rôdeuse... L'annonce de ce mariage arrangé n'ayant pas été faite, elle ne put en parler à Marzhan, mais se promit de lui faire créer sa robe. Si le mariage devait bien avoir lieu... L'elfe baissa les yeux et chassa ces sombres pensées de sa tête. De sa voix douce, elle demanda au tailleur de lui confectionner une robe pour la soirée que le roi avait organisé à Karyanis. Marzhan accepta avec joie et proposa poliment à la rôdeuse de prendre ses mesures, ce qu'elle fit docilement. Une fois cela fait, elle prit congé du tailleur et sortit de son atelier, l'esprit troublé par l'idée de ce mariage. Au moment où elle passait la porte, elle bouscula légèrement un homme qui voulait entrer. Jenifael bredouilla un vaste "pardon" et poursuivit son chemin sans se retourner.

    Les rues commençaient à se déserter alors que le soleil se dirigeait vers la mer. L'elfe accéléra le pas et arriva à l'auberge rapidement. Le gérant lui offrit sa meilleure chambre ; une pièce assez vaste avec un grand lit au matelas de paille, ainsi qu'une commode où elle put déposer ses armes et ses achats avant de redescendre. Elle garda néanmoins sa dague cachée dans sa botte, juste en cas de besoin. Même si la région était calme depuis des années, Jenifael savait qu'il fallait toujours se méfier.
    L'auberge dans laquelle elle se trouvait était tout à fait accueillante et alors que le soleil déclinait, les gens entraient, soit des voyageurs exténués de leur route, soit des habitants à la recherche d'une bonne soirée à passer. Des musiciens s'installèrent dans un coin de la pièce et faisaient chanter leurs instruments sous leurs doigts alors que des marchands reprenaient les paroles. L'ambiance était chaleureuse et bon enfant. Jenifael commanda un verre de vin et décida de sortir prendre l'air. L'auberge avait la particularité de posséder une petite terrasse face à la mer où des lampions colorés dansaient accrochés à un fil. La rôdeuse avança jusqu'au petit muret et admira la beauté du coucher de soleil sur l'eau cristalline. Elle appuya son épaule gauche contre un poteau en bois tandis que ses yeux clairs se perdaient sur l'immensité de l'eau dans laquelle reflétait le crépuscule.


_

__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Ven 13 Nov - 7:25

dans une sombre et étroite ruelle de la ville, Slorak avançait comme a son habitude, d'un pas rapide et équilibré. Droit dans ses bottes, droit dans son office, telle était la devise de l'assassin. Alors que le jour commençait a tombé et que le soleil mourait lentement a l'horizon, un homme l'aborda dans la ruelle. Il était tout de noir vêtu, ce qui contrastait avec la tunique blanche de l'assassin. Slorak ajusta sa capuche et salua d'un hochement de tête l'homme.

Maître Slorak ! Avez vous fait bon voyage ?

Slorak esquissa un sourire furtif et s'éclaircissant la voix il rétorqua.

Je te remercie de tes inquiétudes, mais tout va bien. Je suppose que tu es Aethil, le fils de Roderick ?

L'homme semblait tout excité. Une jeune recrue du groupuscule que l'assassin avait créer après avoir abandonné sa suite au trône.

C'est un honneur de rencontrer le loup d'Hecara en personne.

Slorak fit un geste rapide et posa son index sur lèvres, en faisant taire son interlocuteur de son autre main. Il le fixa intensément après un silence de quelques seconde lourd de sens.

Silence ! On pourrait nous entendre. Je ne suis pas le loup d'Hecara, je suis Wilhelm de Celhancy et je viens ici me chercher une tunique dans l'un des plus beau tissu du royaume.Il marqua une courte en pause en scrutant les environs. Il semblait très pensif,mais tout ses mouvements et chaque gestes qu'il devait réaliser étaient calculés. La moindre erreur dans ses jeux de manipulation et de multi-personnalité, pouvait lui être fatale.

Des gardes dans la ville ?

Le jeune homme reprit son souffle lorsque Slorak dégagea son étreinte. Il fut tétanisé quelque seconde, mais se ressaisit rapidement.

Rien d'anormal. Comme convenu, votre commande a été payé par notre homme, et récupéré. Elle est dans votre chambre a l'auberge. Une chambre réservé a votre nom. Aucune filature n'a pu être accomplie. Un homme armé dormira dans la chambre a côté de la votre en cas de problème. Gloredhel étant une ville paisible il n'y a pas de couvre feu d'installer, mais les gardes son quand même méfiant aux mouvements nocturnes. Comme convenu vous pourrez partir demain matin en toute sécurité. Vous n'avez qu'a trouver de quoi vous occuper jusque la.

Slorak observa un court silence avant d'ébouriffer ses cheveux amicalement en lui adressant un franc sourire.

Très bien, vous pouvez disposer soldat ! J'informerais votre père de votre réussite dès mon retour.

Très rapidement l'assassin quitta la ruelle et fit tomber sa capuche sur ses épaules. Ses yeux vert transformé en bleu azur par les plus grand secret de ses magiciens étaient légèrement entravé par quelque petites mèches blondes de ses cheveux qui avaient subit le même sort que ses yeux. Il arrivait sur la place publique. Les musiciens de rue se laissaient aller a leur art, et l'assassin décida de tuer le temps en charmante compagnie. Il scruta du regard la place, et observait une jeune femme seule a une table. Il s'en approcha d'un pas assuré et franc. Il avait bien l'intention comme a son habitude de ne pas passer la soirée seul. Arrivé a sa hauteur, il observa son verre vide et, un sourire charmeur au coin des lèvres, il proposa

Me permettez vous de vous offrir un verre ?

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Ven 13 Nov - 10:12

    Pour un soir d'automne, il ne faisait pas froid. Le temps était même agréable, les murs de la cité protégeant la ville des vents marins. Jenifael se laissa guider par la musique des troubadours, pendant qu'un cracheur de feu fit son apparition pour amuser les passants. L'elfe détourna son regard de la mer où le soleil venait d'y plonger, et s'assit à une table libre, contemplant avec un sourire la joyeuse bande. Son esprit vagabonda alors que la chaleur du feu caressait son visage. Des rires d'enfants attirèrent son attention et elle vit quatre bambins s'amuser au bout de la place sous l'œil attentif de leurs mères, qui riaient de bonne compagnie. Ce qui s'offrait à l'elfe lui montra à quel point les hommes pouvaient vivre heureux. Mais pour combien de temps ? Depuis quelques temps, la rôdeuse avait ressenti de l'agitation dans le sud. Une vieille énergie que ces terres avaient déjà rencontrées il y a des milliers d'années. Quand reviendrait-elle en force ?

    Sa méditation fut coupée par une présence qui attira son attention devant elle. Un homme aux cheveux blond l'interpella d'une manière chaleureuse :

    _ Me permettez vous de vous offrir un verre ?

    Jenifael porta son regard dans ses yeux bleus. De nature douce, elle ne repoussa pas l'inconnu et lui offrit un sourire. Ses yeux clairs brillaient avec le feu du cracheur à quelques mètres. Le temps de la guerre n'était pas encore aux portes de la ville...

    _ Avec plaisir. Asseyez-vous.

    Elle lui fit signe de la main de s'asseoir à la chaise en fac d'elle, et fit signe au gérant qu'elle voulait passer une commande. Le service se faisait d'habitude au comptoir, mais le propriétaire était aux petits soins de la princesse elfe. Il s'approcha gaiement et prit soigneusement la commande, avant de retourner dans son auberge.

    Jenifael parcourut de ses yeux l'inconnu qui se tenait face à elle. Elle put constater qu'il portait une épée à la ceinture, comme beaucoup de gens par ici. Cette région était tranquille depuis des années, mais personne n'était à l'abri d'une quelconque agression. Rien d'autre ne montra à la rôdeuse que l'homme lui voulait du mal. Une troupe de garde passa sur la place, s'arrêtant pour discuter avec quelques habitants. L'elfe porta un rapide coup d'oeil, puis reporta son attention sur son interlocuteur. Cet homme l'intriguait, mais ce n'était pas la première fois qu'elle se faisait accoster. Elle parla la première, de sa voix naturellement douce:

    _ Qu'est-ce qui vous amène à Gloredhel ? A moins que vous n'habitiez ici, mais quelque chose me dit que vous n'êtes pas du coin.

    Avant qu'il puisse répondre, le gérant apporta leur commande, tout en envoyant un clin d'oeil à l'elfe qui répondit par un sourire. Elle reporta son attention sur son voisin lorsque des bruits de bagarre se fit entendre un peu plus loin. Jenifael détourna le regard et observa en silence les deux hommes qui tentaient de se battre, rapidement interrompu par les gardes. L'alcool faisait-il déjà son effet ? L'altercation ne dura que quelques minutes et déjà la petite place reprenait son ambiance festive. La rôdeuse plongea ses yeux bleus dans ceux de son interlocuteur, nullement intimidée par cette nouvelle rencontre. Elle porta son verra à sa bouche, sans le lâcher du regard. Puis après une gorgée, elle reprit la parole :

    _ Je suis étonnée de voir un homme comme vous sans compagnie... Ou est-ce un leurre ?


__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Dim 15 Nov - 3:13

_ Qu'est-ce qui vous amène à Gloredhel ? A moins que vous n'habitiez ici, mais quelque chose me dit que vous n'êtes pas du coin.

A cette question le noble ne put retenir un petit sourire. Il ne pouvait divulguer ses véritables fins. Mais un rictus amusé dansait sur ses lèvres. Il tripotait nerveusement une des nombreuses bagues qui ornaient sa main droite. Il n'avait pas l'habitude de tout ces artifices, mais cela était nécessaire a sa couverture. L'homme apporta leur breuvage. Slorak porta sa coupe a ses lèvres et se délecta de sa boisson. Il posa délicatement le verre sur la table.

En effet je ne suis pas d'ici. Je suis originaire de Syu, un petit village non loin d'Hecara.

Il marqua une courte pause et observa furtivement la place principale a la recherche d'une éventuelle présence hostile. Il se sentait observé, mais rien d'alarmant n'avait frappé sa vigilance.

Je suis ici pour affaire. J'ai dans l'espoir de relancer l'économie dans cette région abandonné a son sort par le Roi.

Il écarta une mèche de cheveux qui tombait devant son visage. Décidément, il ne comprenait pas comment les hommes pouvait si attiré par ce phénomène en vogue a la cours. Il tripotait toujours nerveusement sa bague, la faisant rouler inlassablement autour de son annulaire. Le fourreau de son épée venait caresser le talon de sa botte, et la légère brise qui soufflait sur la ville, laissait flotter au vent sa tunique blanche. Puis vint une question légèrement plus personnelle de la part de la jeune femme.

_ Je suis étonnée de voir un homme comme vous sans compagnie... Ou est-ce un leurre ?

Slorak ne put réprimer un rire franc. Il était vrai qu'il n'était pas dans sa nature d'être seul, et encore moi dans son fief d'Hecara, ou son entourage proche était essentiellement composé de femmes qui avaient toutes les même talents pour la séduction et pour courtiser celui qui tous respectaient pour ses talents de maître assassin, et qui se plaisait a se faire nommer le Loup d'Hecara. a vrai dire il était plutôt de ses hommes qui n'avait pas d'attache qui se plaisait a prendre la vie comme elle venait ,et a ne jamais refuser les charmes qu'elle lui offrait. Après avoir terminé son verre d'une seule traite, il fixa la jeune femme droit dans les yeux, un sourire amusé.

Il ne s'agit pas d'un leurre. Non loin de là. Pour être franc, je ne suis le genre d'homme a vouloir s'engager dans des relation durable. Et mon travail est tellement prenant qu'il est très difficile pour moi d'entretenir ce genre de relation sentimentales.

Soudain un homme s'approcha de la table. Sale et tout en sueur. Haletant comme un chien il s'approcha de Slorak qui immédiatement se leva en dégainant sa lame, et pointant la gorge de l'inconnu de bout de son glaive. Il l'avait très bien reconnu, mais ceci était un signe destiné a brouillé les pistes quand a la réelle identité qu'il endossait. Il était après tout l'homme le plus rechercher de tout les royaume. Sous l'effet de la terreur, l'homme s'arrêta net. Slorak le fixa un court instant, et rangeant sa lame, il s'excusa au près de l'homme.

Pardonnez mon geste mon brave. Je vous ai prit pour l'un de ses assassins qui s'en prennent aux nobles du royaume.

Slorak fouilla sa bourse et donna quelques pièces d'or a l'homme.

Voila, en guise de rédemption.

Il s'assit sur sa chaise, en souriant a la jeune femme. Le message était clair. La garde royale venait d'arriver en ville. Avait-il était repéré ? Ceci était presque impossible. Sans doute une coïncidence. Mais il fallait être vigilant. Il porta son attention sur la jeune femme sans laisser transparaître la moindre émotion négative. Comme si de rien ne s'était passé, et comme si son raisonnement mental n'avait pas eu lieux.

Et vous jeune fille ? Comment expliquez vous cette solitude dans une ville pleine de charmant seigneur ?

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Dim 15 Nov - 7:37


    Jenifael regarda avec calme l'arrivée de l'homme qui s'approchait de leur table. Elle n'était pas armée comme son interlocuteur, mais sa main descendit tout de même au niveau de sa botte où était cachée sa dague. Elle plissa les yeux avec curiosité lorsque le noble dégaina son épée avec agilité et observa la scène avec beaucoup d'attention. Autour d'eux, les gens avaient arrêté de discuter et regardaient tous leur table. L'elfe pouvait ressentir leur appréhension mélangée à l'inquiétude de voir une telle action dans leur paisible cité. Mais le noble fit partir le clochard.

    _ Pardonnez mon geste mon brave. Je vous ai prit pour l'un de ses assassins qui s'en prennent aux nobles du royaume.

    L'elfe se redressa sur sa chaise et appuya son dos au dossier, interpellée par cette phrase. Il est vrai que depuis quelques années, des nobles se faisaient assassinés dans leur sommeil. Mais jamais en pleine rue... Le roi n'avait toujours pas réussi à mettre la main sur ce groupe crépusculaire, mais la rôdeuse était persuadée qu'Arzhael savait qui était derrière tout ça. Des bruits d'armures lui firent sortir de sa méditation; la garde royale était à Gloredhel. Jenifael préféra ne pas se retourner pour ne pas qu'ils la voient, mais elle perçut l'arrivée du sergent. Il l'a cherchait.

    _ Et vous jeune fille ? Comment expliquez vous cette solitude dans une ville pleine de charmant seigneur ?

    La question de son interlocuteur, toujours inconnu à ses yeux lui fit sourire. Elle avait plusieurs siècles de plus que lui et il l'appelait "jeune fille". La rôdeuse n'y fit pas attention et porta son verre à sa bouche, lorsque le sergent arriva enfin à sa hauteur. Elle reposa son verre vide tranquillement sur la table, et leva les yeux. Le militaire fit un signe de la tête à l'inconnu et salua respectueusement l'elfe.

    _ Lady Jenifael.


    Puis il se pencha et lui murmura quelque chose à l'oreille de façon que personne n'entende. Un riche marchand de la ville venait d'être retrouvé assassiné dans son bureau. Ils savaient que Jenifael était dans la ville. Comment, elle n'en savait rien, mais ils avaient eu ordre de la mettre en sûreté. L'elfe plongea ses yeux dans ceux de son interlocuteur. Elle tenta de sonder son coeur mais se heurta à une solide barrière de glace. Cet homme possédait-il des dons magiques ? Ne pouvant insister, et avant qu'il s'en rende compte, la rôdeuse porta son attention sur le militaire.

    _ Sergent, cette place est pleine de monde, je ne crois pas qu'un assassin soit venu pour moi ce soir, sinon, je l'aurai déjà rencontré. Vous pouvez vous mettre non loin de moi, mais je ne bougerai pas de cette chaise pour le moment.

    Son ton insistant ne laissa pas le choix au garde, qui d'un signe de tête ravala sa fierté et acquiesça. Il recula et regagna le reste de ses hommes en silence. Ils restèrent à cet endroit, surveillant les alentours avec minutie. Cette attention déplaisait fortement à l'elfe, mais étant future reine de Kleryana, que pouvait-elle faire ? De plus, la garde royale venait de montrer l'importance de l'elfe aux gens qui l'entourait.
    Pour l'instant, elle choisit de faire comme si de rien n'était, tout en propageant ses sens aux alentours, mais aucun comportement agressif se fit connaître. Elle regarda son interlocuteur et répondit à sa question silencieuse.

    _ Les charmants seigneurs ne m'intéressent pas, pour la bonne et simple raison que je préfère la solitude aux abrutis de ce royaume.

    Jenifael lui adressa un regard plein de sens pour lui faire comprendre que s'il était l'un de ces abrutis, il perdait son temps.

    _ Quant à l'intervention de la garde royale, n'y portez pas attention.

    Elle ne savait comment lui expliquer, sans en dire trop qu'elle était de la famille royale. Elle préféra changer de sujet, en évitant d'énoncer une fois de plus son nom.

    _ Je ne sais pas à qui j'ai à faire, sire .... ?

__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Dim 15 Nov - 10:50

Lady Jenifael ! Slorak n'en revenait pas. Il avait face a lui, la femme qui lui aurait permis d'accéder a la famille royale et de pourfendre en plein coeur l'ennemi de l'humanité. Le Roi ! Son père ! Avec professionnalisme il ne laissa transparaître aucune émotion face a l'entente de nom de la jeune femme, et ne montra aucune hostilité envers le sergent de la garde, alors qu'un simple coup d'épée aurait suffit a en finir avec cette homme qui le traquait depuis des mois. Ils échangèrent même un signe de tête en guise de salutation. Cette situation amusait beaucoup l'assassin, qui prenait la chose avec philosophie, se plaisant a ce petit jeu malsain.

Lady Jenifael ? Lancça-t-il sur un ton amusé. C'est un honneur d'avoir face a moi, la future épouse du Prince Hadrian. Il ne masqua pas un sourire franc et joueur. Ses yeux brillèrent l'espace d'un instant d'un éclat malsain. Il était d'utiliser ce pouvoir que son grand père lui avait offert. Ce précieux don, dont il était garant et avec lequel il devait rendre le monde meilleur. Il lança un coup d'oeil furtif au sergent et s'adressa a la dame en indiquant l'homme d'un geste négligé de la tête. Ne vous en faites pas quand a leur présence, elle ne me dérange pas. Elle m'amuse même. C'était un phrase lourde de sens, mais un sens indéchiffrable pour la jeune elfe. Il se décida enfin a donner son identité. Je me nomme Wilhelm De Celhancy, mais n'attachez pas trop d'importance a ce nom, ce n'est qu'une formalité.

Une pensé sanguinaire frappa alors l'esprit de l'assassin. Peut être était-il temps de faire sortir l'ours de sa tanière en mettant a mort son second. Slorak était poursuivit depuis des années par le chevalier personnel de son fère. Il s'agissait du capitaine de la garde Royale. Lord de Sahley. Mais il craignait bien trop l'assassin pour oser sortir de la capital et poursuivre en personne le loup d'Hecara. Mais de mettre a mort son second serait une chose qui le forcerait a sortir, a le mettre échec et mat. Mais comment faire ? Il ne pouvait pas communiquer avec ses hommes et il ne pouvait se découvrir. Il allait devoir user de sa ruse.

Pardonnez moi jeune femme, mais je viens d'apercevoir un homme qui me doit de l'argent, et je ne peux rater cette occasion de le lui faire rappeler. Je ne serai pas long.

Lentement il se leva et avança vers un homme tout a fait banal, adosser contre un mur a regarder des musiciens. Il traversa la foule telle un fantôme, en écartant furtivement les gens sur son passage. Il aborda le jeune homme, une lame a la main et plutôt que de l'assassiner il le fixa droit dans les yeux. A ce moment le temps s'arrêta une fraction de seconde, et son oeil droit perdit instantanément son éclat azur pour un rouge vif et brillant. Les yeux de l'homme prirent la même teinte une fraction de seconde avant de retrouver leur couleur normal, et Slorak en profita pour s'adresser a lui en lui tendant discrètement la lame.

Lorsque j'irais m'assoir, tu tranchera la gorge du sergent de la garde avec cette lame, et tu t'en prendras ensuite a l'elfe assise face moi. Ensuite tu prendras la fuite vers la plage.

Slorak fit volte face et s'en alla. Il avait utiliser ce pouvoir d'anéantissement de la volonté que son grand-père lui avait légué avant son trépas. Il arriva sur la terrasse et s'excusa une fois encore auprès de la jeune femme. A peine une poignée de seconde plus tard, un hurlement de terreur déchira la foule. Slorak dirigea son regard dans la direction ou le cri prenait sa source. Il vit le Sergent de la garde s'écrouler, et avant qu'il n'ai touché le sol, un homme se rua vers Jenifael. Un sourire de victoire traversa le visage de l'assassin qui se leva en dégainant sa lame, et dans la continuité de son geste décapita l'agresseur de l'elfe. le corps sans vie tomba au sol, et alors que les garde se ruèrent vers le sergent pour qui il était déja trop tard, il se tourna vers l'elfe.

Tout va bien Milady ?

Il venait par la mise a mort d'un innocent, d'éliminer l'un de ses plus grand ennemis, et de s'ouvrir les portes de la cours royale. Chaque guerre exigeait des sacrifice, et il honorerait la mémoire de cet homme mort pour la liberté. Slorak avait un nouveau visage. Il était devenu Wilhelm de Celhancy, l'homme qui avait sauvé la future princesse de Kleryana....

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Mer 18 Nov - 7:52


    Le cri attira son attention dans la foule et c'était à cet instant qu'elle vit un homme se ruer sur elle au dernier moment. Jenifael se leva rapidement de sa chaise tout en faisant un pas en arrière pour éviter l'attaque, mais son interlocuteur fut plus rapide et décapita d'un coup sec l'agresseur. La foule se précipita sur le corps, ou du moins ce qu'il en restait.

    _ Tout va bien Milady ?

    L'elfe leva son regard calmement vers Wilhelm tandis que le sang coulait à travers les pavé sous leurs pieds. Elle hocha la tête en signe d'acquiescement, mais aucun son ne sorti de sa gorge. La scène s'était passé si vite, mais le noble ne venait-il pas de l'endroit où le sergent venait de perdre la vie ? Elle n'avait pas eu le temps de voir l'homme à qui il devait parler et n'avait rien vu d'autre. Le regard plongé dans les yeux de Wilhelm, elle ressentit la foule ainsi que la garde royale qui s'approchait d'eux. Jenifael ravala ses commentaires et ses questions, pour les remettre à plus tard. Un garde affolé s'avança rapidement vers elle:

    _ Lady Jenifael, est-ce que tout va bien ?

    Sans quitter son sauveur des yeux, elle répondit que oui. Des gens se ruèrent davantage vers le groupe et saluèrent avec entrain celui qui venait de sauver la future princesse. Un vieil homme demanda à un jeune garçon de courir prévenir Dame Sten, la duchesse de la ville, afin qu'elle envoie une missive au roi. Pendant tout ce temps, Jenifael ne bougea pas, continuant d'observer avec attention Wilhelm qui semblait bien accueillir les félicitations. Le garde prit le risque de poser sa main sur le bras de l'elfe pour attirer son attention, cependant, elle fut plus rapide, lui prit la main et porta ses yeux dans les siens:

    _ Conduis nous à votre poste de garde de cette ville, et vite !

    Ses ordres avaient été clairs et il ne pouvait réfuter. Il hocha la tête et fit signe de le suivre pendant que quelques uns des autres gardes restaient sur place pour canaliser la foule. Jenifael jeta un coup d'oeil à Wilhelm pour qu'il les suive.
    La nuit était tombée sur Gloredhel pendant que les corps étaient retirés de la place. La rôdeuse ne voulait pas voir la duchesse de cette ville, trop conditionnée dans les affaires malsaines du roi et sans coeur pour sa cité. Heureusement, les gardes réussirent à maintenir la foule loin d'eux et personne ne les suivit. Ils marchèrent dans l'obscurité des ruelles. Le trajet ne fut pas long, car le poste de garde de l'armée royale se trouvait non loin de l'auberge. Le jeune garde les menèrent dans une petite pièce, dans cette maisonnette. Jenifael se rua vers la fenêtre mais ne vit pas la moindre ombre.

    _ Merci Murdey, tu peux te retirer. Va chercher mes armes dans ma chambre à l'auberge et reviens tout de suite; il se peut que je doive quitter cette ville.


    Le garde comprit qu'il recevait indirectement une promotion, et avec un sourire, se retira pour s'acquitter de sa mission. L'elfe se tourna vers Wilhelm et tenta à nouveau d'entrer dans son esprit pour y déceler une quelconque émotion. Mais encore une fois, elle se heurta à un mur de glace; l'esprit de l'homme était totalement protégé et inaccessible. Elle n'insista pas, et prit la parole, le regard insistant:

    _ Si vous vous attendez à des remerciements, soit vous les avez. Cependant, je ne sais pas si je pourrai rester plus longtemps dans cette ville, car cette action à attiré l'attention sur moi, ce qu'il ne fallait surtout pas.

    Jenifael garda les questions qui concernaient son sauveur pour une autre fois et retourna à la fenêtre en espérant que Murdey apporterait rapidement des armes, et qu'elle pourrait partir sans s'attirer d'autres ennuis.

__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Mer 18 Nov - 10:42

Arrivé dans le poste de garde, Slorak fut prit d'une sensation de malaise. Il se trouvait dans un endroit qu'il aurait pu diriger, qu'il devait diriger. En cet instant précis, il maudissait une fois de plus son père le roi, pour son égocentrisme et sa misanthropie. Il n'avait rien écouté de ce que l'elfe lui avait dit. Sous sa tunique, il serrait le poing, tenté par l'idée d'abattre lui même la future princesse.
Deux gardes firent alors leur apparition. Le premier passa devant Slorak et alla vers la jeune elfe le second s'arrêta face a l'assassin. sans se douter de ce qui allait arriver. Un bruit de lame se fit entendre, et s'étouffa en pénétrant dans la peau du second garde. Le premier chargea l'assassin. Slorak regarda une chaise poser a côté de lui. Il tendit la main vers elle et d'un geste sec du bras, il visa le garde, qui fut percuté de plein fouet par la chaise. Il tituba en arrière, et lorsqu'il se ressaisit, Slorak était déjà en extension face a lui, le bras gauche armé, et une lame dépassant de sa manche. Une seconde plus tard, il pourfendit la gorge de l'homme et tout deux tombèrent a terre, Slorak accroupi sur le cadavre de l'homme. Sa capuche retomba sur sa tête, masquant tout son visage. Ses cheveux retrouvèrent leur véritable forme, et ses yeux perdirent leur éclat azur, pour laisser une couleur émeraude prendre la place. Lentement il se redressa et rétracta sa lame.

Wilhelm de Cellhancy n'est qu'un masque qui ne me vas pas du tout, lady Jenifael. Cela faisait bien trop longtemps que nous ne nous étions pas rencontré, et vous m'en voyez désolé que cela soit dans ses conditions.

Sans prendre la peine de se déplacer,il envoya une table bloquer la porte par la seule force de sa pensée. Il fit quelque pas dans la pièce et jeta un coup d'oeil rapide dans les coin afin de s'assurer que personne d'autre n'était dans la pièce. Le reste de la garde allé très vite arriver ici.

Vous ne devez sans doute pas me reconnaitre .

Il redressa légèrement la tête pour laisser ses yeux livrer leur éclat dans les iris de la jeune femme.

Je suis le Loup d'Hecara, Slorak Hartsok, ancien premier prince de Kleryana, et fils rejeté de l'usurpateur qui gouverne ce royaume.

Il laissa un rire franc s'échapper de sa gorge avant de reprendre instantanément son sérieux.

Qui aurait cru que le descendant de l'homme qui fut votre sauveur il y a des décennies de cela, serait aujourd'hui celui qui tiendrait sa lame face a votre gorge. Mais je ne suis pas ici pour mettre fin a votre vie. En fait elle m'importe peu. Je suis ici pour que vous m'aidiez, de votre plein gré, ou de force.

Un homme fit irruption dans l'escalier qui montait a l'étage.

Et laissez moi vous montrer l'étendu de mes pouvoirs...

Slorak laissa le guerrier pousser un hurlement a la gloire de son père, et le regarda le charger sans broncher. Lorsqu'il fut non loin de lui, l'oeil gauche de l'assassin vira au rouge écarlate et il hurla

Meurt !

Le guerrier s'arrêta aussi sec. Il posa la pointe de son épée sur sa poitrine et l'enfonça d'un geste rapide et précis a travers son thorax. Slorak soupira en voyant l'homme mourir et porta son regard sur l'elfe.

Devenez mon allié, et faites moi entrer dans le palais royale pour que je puisse assassiner le Roi et mettre fin a toute cette violence et cette oppression. Ne m'obligez pas a devoir utiliser ce pouvoir sur vous....

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Ven 20 Nov - 10:30


    Jenifael recula de quelques pas jusqu'à ce que ses épaules touchent le mur froid derrière elle. Elle écouta celui qui était Slorak et alors que ses yeux émeraudes étincelaient, l'elfe revoyait ceux de Mazhel il y un des décennies. Les images de cette altercation défilaient dans son esprit et elle fut incapable de parler ou de bouger pendant un certain moment. Sans quitter son descendant des yeux, elle n'écouta pas ce qu'il disait, perdue dans son passé qu'elle aurait aimé oublier. Ce fut lorsqu'il utilisa son arme que la rôdeuse cligna enfin des yeux et revint à elle-même.

    _ Devenez mon allié, et faites moi entrer dans le palais royale pour que je puisse assassiner le Roi et mettre fin a toute cette violence et cette oppression. Ne m'obligez pas a devoir utiliser ce pouvoir sur vous....


    Jenifael leva la tête et regarda Slorak, soutenant son regard. La première fois qu'elle l'avait vu était à la mort de Jaoven. Elle n'avait pas oublié le regard sombre de ce jeune homme qui ressemblait tant à son grand-père. Bien qu'elle l'ai vu une seconde fois, elle n'avait jamais eu connaissance de son nom et ne savait même pas que ce bel homme était le célèbre Loup d'Hecara.

    _ Slorak...

    Sa voix s'était étouffée dans sa gorge. Depuis dix ans une rumeur circulait sur cet assassin et Jenifael voyait qu'elle n'était pas fondée. Elle pensa à Hadrian qui serait certainement heureux de voir son frère en vie, mais la raison lui fit comprendre qu'il ne devait surtout pas le savoir. Pas tout de suite du moins...

    _ Le roi a depuis longtemps déclaré que vous étiez mort. Je n'ai pas.... J'ai....

    Les mots se perdirent dans sa gorge et elle baissa la tête un instant. Jamais elle n'avait oublié ce regard sombre lorsqu'il avait renoncé à la succession du trône de Kleryana. Ce regard l'avait touché au plus profond de son esprit et en dix ans, l'elfe ne l'avait pas oublié. Mais ce n'était pas le moment. Jenifael leva la tête et plongea ses yeux bleus dans les émeraudes de Slorak. Elle reprit sa vitalité et son courage de combattante, effaçant sa défaillance précédente.

    Son esprit vagabonda jusqu'au roi, celui qu'elle haïssait parce qu'il ressemblait tant à Mazhel et qui opprimait son peuple. Mais était-ce une raison pour lui donner la mort ? Fallait-il aller jusque là ? Le rôdeuse médita les paroles de l'assassin, consciente que sa rancune surpassait sa soif de vengeance tout à fait compréhensible. Mais devait-elle le seconder et se retrouver mêlée à ses affaires ? Mais ne voulait-elle pas une meilleure condition pour les elfes et l'ancien royaume de son père ? Le pour et le contre se bâtèrent dans son esprit alors qu'une présence approcha dans l'escalier derrière la porte. Avant que Slorak ne puisse bouger, Jenifael posa une main sur son bras.

    _ C'est Murdey avec mes armes, ne lui faites pas de mal, il peut s'avérer un bon aide de camp.

    La rôdeuse se dirigea vers la porte et poussa la table pour la débloquer. Elle attrapa le jeune militaire par la manche et le poussa doucement contre la porte. Son esprit était torturé par la peur et l'angoisse de cette première mission. Jenifael s'insinua un peu plus dans sa tête pour y découvrir autre chose. D'un regard, elle permit au jeune homme de parler.

    _ Lady Jenifael, la duchesse Sten vous cherche, elle dit vouloir vous héberger pour la nuit, ainsi que votre sauveur, mais...

    Ses yeux se perdirent sur Slorak qui venait de reprendre son véritable visage. Le jeune homme ne comprenait plus à qui il avait affaire.

    _ Mais quoi Murdey ?
    Insista gentiment l'elfe.

    _ Des hommes capuchonnés de noir vous recherchent, enfin c'est qu'il m'a semblé. Ils m'ont vu avec vos armes et m'ont demandé qui je servais. Je leur ai répondu que c'était la duchesse Sten, mais je suis persuadé qu'ils ne m'ont pas cru.

    Jenifael recula doucement, l'effroi la submergeant d'un coup. Murdey lui tendit ses armes qu'elle accepta dans un état second. Mais ce n'était pas le moment de perdre pied. Tout en ajustant sa ceinture avec son fourreau ainsi que son carquois avec son arc, elle réfléchissait à une solution pour s'en sortir vivante. Le mieux était peut-être que Murdey fasse diversion pendant qu'elle prendrait la fuite à cheval. Mais combien de temps mettraient-ils cette fois avant de la retrouver ? La rôdeuse se retourna vers Slorak, les yeux remplis de malice. Il serait peut-être la solution. Mais pour cela, ils devaient s'enfuir ensemble.

    _ Vos projets sont à discuter calmement Sire Slorak, mais pour le moment, nous devons quitter cette ville au plus vite. Les Dragons Noirs sont à ma poursuite.


    Elle se tourna vers Murdey qui semblait perdre totalement le contrôle de la situation. Jenifael ne voulait pas le laisser ici, et était persuadée qu'il deviendrait très utile dans les prochains temps.

    _ Murdey, tu sais beaucoup de choses sur moi à présent alors soit tu me suis en quittant l'armée royale pour être à mon service, soit je serai obligé de te tuer.

    Le jeune militaire ne chercha pas longtemps à comprendre et accepta avec empressement de devenir l'écuyer de celle qu'il admirait tant. Il respira un grand coup pour se redonner du courage et fit un signe tête qu'il était prêt à suivre les ordres, et à veiller à la survie de sa maîtresse. Jenifael lui adressa un sourire et se tourna vers Slorak afin de savoir s'il avait une idée.

__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Ven 20 Nov - 23:33

Ainsi donc l'elfe était prête a faire équipe avec l'assassin ? Du moins il s'agissait d'une éventualité. Il fallait donc la faire sortir d'ici. Slorak rangea sa lame au fourreaux, geste en parfaite contradiction avec ce qu'il se préparait dehors.

Les dragons noirs ?

L'assassin éclata de rire un court instant.

Ils ont longtemps était un fléau pour moi, mais nous avons finalement réussi a les chasser d'Hécara, et mes hommes et moi avons donc pu assoir notre autorité sur la ville. Mais même s'ils sont plus nombreux que nous, il ne sont que des amateurs.

Il toisa rapidement les courbes de la jeune femme, et porta son attention sur celle du soldat. Il avait la même carrure. Le jeune age du soldat jouait en la faveur de l'assassin. Tout en s'avançant vers les escaliers il déclara.

Lady Jenifael, otez vos vêtements, et laisser Murdey, les enfilé a votre place. Murdey vous vous placerez...

L'assassin était a l'étage et stoppa sa phrase pour laisser place a sa réflexion. Il scruta depuis la mezzanine la pièce en contre bas. Une idée lui frappa l'esprit.

Vous vous placerez devant la fenêtre.Ces imbéciles tomberont dans le piège a coup sur.

Il sentait la présence de ces chiens galeux a l'extérieur. des hommes sans valeurs morale, ni même amour propre. Des mercenaires aussi habile que des poupées de chiffons. Il ne serait pas difficile d'en venir a bout. Lady Jenifael, emparez vous des vêtements d'un des hommes morts dans la pièce d'en bas et empressez vous de rejoindre le grenier. Nous fuirons par les toits, des archers nous couvrirons.

En silence l'assassin observait la princesse et le soldat s'activer a leur tâches. Il ne put retenir un sourire lorsqu'il vit Murdey se travestir. après quelques minutes d'un grand chaos, le silence retomba et l'on pouvait entendre derrière la porte des hommes se mettre en place. Slorak reconnaissait leurs odeurs.

5...Peut être 6 ! Qu'importe !

La porte s'ouvrit et trois homme s'engouffrèrent lentement. Il entendit le parquet grincer sous leur pas. Et lorsqu'il vit le premier depuis sa corniche, il se lança dans le vide, et d'un geste précis du poignet il laissa sortir une lame dite secrète. Il amortit sa chute sur les épaules de l'homme et enfonça sa lame dans la nuque de celui ci. S'il n'était pas mort, il était paralysé. Sans perde une seconde, il sortit un couteau de lancé et l'envoya pourfendre la gorge de son agresseur, qui glaive a la main se tenait juste derrière lui. Avec une joie et profonde et une habilité impressionnante, il laissa Écarlate prendre l'air, avant de terrasser le troisième homme, en lui tranchant son bras armé puis sa tête. Il observa les trois hommes restant, qui semblaient hésitant.

Murdey, Jenifael, tenez vous au plan, je me charge d'eux et je vous rejoindrai.

L'assassin entama une course rapide et agile avant de bondir sur les hommes et d'un seul saut, les plaquer tout les trois au sol, pour finir par les égorger de sa dague, qui avait dormit a sa ceinture depuis le début de sa journée.

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Dim 22 Nov - 7:45


    Jenifael s'exécuta en prenant soin de faire confiance à Slorak. Cet homme pourrait sûrement l'aider non seulement à partir de Gloredhel, mais surtout ses ambitions personnelles. Elle ordonna à Murdey de faire attention à ses vêtements. Le jeune homme prenait cette mission de survie très au sérieux et s'appliquait à sa tâche. La rôdeuse s'arma de ses propres armes, ayant trop l'habitude de s'en servir. Puis elle se dirigea vers l'escalier qui menait au grenier puis au toit. Des bruits de pas se firent entendre en contre bas, l'elfe se retourna pour voir Slorak réduire au silence ses ennemis avec agilité et force. Être son alliée lui sera certainement un atout majeur. Jenifael n'attendit pas davantage et grimpa les marches quatre à quatre pour atteindre rapidement le grenier. La pièce était petite et des faibles rayons de lune traversaient avec peine les tuiles altérées par le temps. Le bruit d'un combat faisait rage en bas et l'elfe se dirigea à l'endroit où le toit touchait presque le sol. Sans attendre, elle retira les tuiles afin de créer un passage assez large pour les fuyards. Des bruits de pas se firent entendre dans les escaliers, elle arrêta sa tâche et dégaina son épée prête à intervenir en cas d'attaque. Une ombre se dessina et la lune éclaira le visage de Murdey. Ses yeux trahissaient sa peur, mais Jenifael n'avait aucune craintes concernant son courage. Elle lui fit un sourire pendant qu'il s'approchait d'elle. La rôdeuse lui fit signe de grimper sur le toit.

    _ On n'attend pas Sire Slorak ?


    _ Il nous rejoindra.

    Le jeune homme n'insista pas et se hissa sur le toit, puis se retourna pour aider l'elfe. Celle-ci regarda vers les escaliers tandis que des bruits de combat se faisaient entendre en bas. Une inquiétude naquit en elle. Mais elle ne pouvait pas attendre, et se hissa à son tour sur le toit. Murdey l'aida à se relever en gentleman alors que Jenifael lui rappelait qu'il n'avait pas à faire ça vu qu'ils avaient échangé leur rôle. Les écuries étant à l'est de la ville, l'elfe se repéra aux étoiles dans le ciel et avança en direction des montagnes. Elle ne savait pas si Slorak avait un cheval mais se doutait qu'il en volerait un si c'était nécessaire. Elle, il n'était pas question qu'elle abandonne le sien. Ils pressèrent le pas, se sentant observé et sûrement pisté. Le chemin sur le toits n'était pas difficile, les maisons étant relativement proches les unes des autres, et ne demandait pas énormément d'acrobatie. De la musique résonnait depuis la place centrale, mais le reste de la ville était calme. Calme qui fut brisé par un cri qui provenait du poste de garde qu'ils venaient de quitter. Jenifael se retourna brusquement, arrêtant sa respiration et regarda derrière elle. Nerveusement, elle joua avec la garde de son épée en espérant voir apparaître Slorak en vie. Mais aucun signe de l'assassin. Murdey fit un pas en avant pour voir ce qu'il se passait. L'elfe plaqua son bras sur son torse et lui fit signe de la tête qu'il ne fallait surtout pas y retourner. Elle étendit son esprit jusqu'au poste de garde mais ne ressenti pas la présence de Slorak n'arrivant jamais à l'atteindre. Elle ne pouvait avoir le coeur net.

    Alors qu'ils allaient reprendre leur route, une flèche siffla vers eux et frôla le bras droit de l'elfe, assez pour déchirer sa tunique et qu'un filet de sang s'échappe de la blessure. Jenifael émit un petit cri de douleur et leva son regard vers le toit où se trouvait le tireur. Sa vision elfique lui permit de repérer rapidement l'homme qui portait la tunique des hommes de la duchesse de cette ville. Il venait de tirer sur quelqu'un qui portait l'uniforme de l'armée royale. Sans attendre, la rôdeuse prit son arc dans son dos ainsi qu'une flèche. Elle banda l'arc en direction de l'ennemi et décocha la flèche qui se planta dans le coeur de l'homme.

    Elle perçut la présence de quelqu'un qui arrivait derrière eux. Murdey le vit également et dégaina son épée pour protéger sa maîtresse. Un autre soldat de Lady Sten fonça sur eux mais fut arrêté par la lame du jeune militaire qui prouva sa force. Sans en attendre plus, ils se mirent à courir en direction des écuries alors qu'une autre personne, voire deux les suivaient. Durant sa course, Jenifale ne pu s'empêcher de se demander pourquoi les hommes personnels de la duchesse d'en prenaient à quelqu'un qui aurait dû appartenir à l'armée royale. Cette situation confuse ne se règlerait pas dans les instants qui suivaient et il était préférable de sauver sa peau des Dragons Noirs.

    Alors qu'ils passaient sur une maison aux volets fermés, le toit de tuiles se déroba sous leurs pieds et les entraînèrent dans une chute vers l'étage inférieur. La main de Jenifael s'accrocha à la tunique de Murdey pendant qu'ils tombaient. Ils atterrirent sur un plancher, des morceaux de tuiles tombant encore à leurs côtés créant une brume de poussière. Murdey toussota un peu, son visage blanchit par la poussière. Toujours couchée sur le dos, la rôdeuse leva un oeil vers lui et vit qu'il était légèrement blessé au front. Elle allait lui demander si ça allait lorsque des bruits de pas se firent entendre sur le toit. L'elfe ressenti une faible présence, mais ne put dire si elle était hostile ou non. Elle arma son arc qu'elle avait gardé en main et le banda en face de l'ouverture au dessus d'eux. Elle ne trembla pas et attendait la personne qui approchait doucement.


__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Lun 23 Nov - 10:04

L'assassin avait parcouru les toits semant la mort sur son passage. Les tuiles et le sang qui y séchait étaient les seuls témoins de ses mises a mort rapide et discrète, mais tellement efficace. Sous la pale lueur de la lune, le ciel laissait tomber une fine pluie rafraichissante. Ce flux de lumière et de pluie avait une double signification pour Slorak, surtout a l'égard des vies qu'il enlever. Pour lui il ne tuait par plaisir mais parce qu'il n'avait pas le choix. Ce requiem d'élément venait mettre un terme au souffrance des victimes. Ainsi le ciel répondait a leur mort. Il versait un flot de lumière pour bénir ces âmes héroïque, et des larmes de compassion pour apaiser leur souffrance. Chaque coup de lame faisait des orphelins, des veuves, des familles brisés, générait de la haine a son égard, mais il n'y pensait pas, il savait que tôt ou tard, ca mort viendrait et que cela sera sa rédemption. Ses pieds continuaient de fouler les toits, il ne s'arrêtait plus. Rapide comme la foudre, léger comme le vent et silencieux comme l'ombre, il se mouvait, bondissait, atterrissait avec toujours autant de grâce et d'aisance. Le bas de sa tunique, mouillé par la pluie, venait coller de temps a autre son pantalon. Ecarlate était dans son fourreau, et sa garde se cognait contre la hanche de l'assassin a chacun de ses pas. Dans cette poursuite, il était le meneur, celui qui guidait la danse, celui qui décidait de qui vivait et de qui mourrait. Le souffle rapide, mais régulier, il ne sentait aucune fatigue, trop habitué a ce genre d'exercice. sa concentration était a son paroxysme. La moindre erreur était synonyme de chute, et peut être de mort. Il s'arrêta dans la nuit sur une corniche. Il avait semé ses poursuivant. Un sourire de triomphe se dessinait sur ses lèvres. Un sourire de courte duré. Ses yeux aperçurent la garde de la ville qui bloquait la porte principale et sans doute les autre porte.

Il devait donc trouver un autre moyen de sortir de la ville. Par les airs ? Impossible, il ne lui poussait pas d'aile en situation de crise. Par les souterrains ? S'ils existaient, cela pouvait constituer une échappatoire. Encore fallait il que cette éventualité soit démontrable. Autour de lui le silence de la nuit battait de son plein. Perturbé par quelque râles d'agonie, le silence était presque parfait. Alors qu'il s'apprêtait a partir a la recherche de la princesse et de son écuyer, il sentit une vive douleur dans sa tête et des images incompréhensible défilait devant ses yeux. Il porta ses mains a ses temps en grimaçant de douleur. Quel mauvais sort l'avait touché. Une voix surgissant des entrailles de la nuit lui parvint. Mais cette voix qui semblait si réelle, n'était que l'illusion parfaite de l'écho de ses pensées. Il ne savait pas comment s'en guérir, ni même comment y faire face. Il se laissa alors étreindre par les ténèbres et s'abandonna a cette voix.

Enfant de la nuit, frère des assassins, ta princesse, aussi illégitime a tes yeux a soit-elle, est en danger. Suis ton coeur, et ne le laisse pas le destin se jouer de nos projet...

Aussi tôt la voix se tut et Slorak fut a nouveau maitre de ses synapses. Qui était cette voix ? Que lui arrivait-il ? Il ne le savait pas. Il aurait aimer s'attarder a de telle reflexion, mais il n'en avait pas le temps. Il fut guider par une force étrange et envoutante. Il reprit sa course effréné de toits en toits pour arriver face a un énorme trou dans une des toitures. Il sentait la présence de la princesse et de son écuyer. Il s'approcha du bord, la lune dans son dos, son ombre se dessinant sur le plancher poussiéreux de ce qui s'apparentait comme un grenier. Il avança avec un assurance un pied dans le vide et laissa le sol se dérober sous ses pied. Il retomba avec agilité sur le sol. Une réception digne d'un félin. Il se mouva alors vers la princesse, et s'assura d'un rapide coup d'oeil qu'elle n'était pas blessée.

Il ne faut pas trainer ici. La garde verrouille les issues. Nous sommes cernés et devons trouver un moyen de nous quitter au plus vite cette cité. Une idée votre altesse ?

L'assassin tendit sa main a la jeune femme, en guise d'assistance en vue du poids de l'armure qu'elle portait sur le dos...

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 31



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Mar 24 Nov - 9:28


    La silhouette de Slorak apparut et Jenifael pu relâcher la corde de l'arc, apaisant ainsi son bras. Un sentiment rassurant envahi son esprit et un faible sourire se dessina sur ses lèvres. Elle se releva et rangea son arc et la flèche dans le carquois. D'une main, elle aida Murdey, encore un peu sonné à se relever. L'elfe passa doucement sa main libre sur sa plaie au front et fut rassurée de voir que la blessure n'était que superficielle.

    _ Il ne faut pas trainer ici. La garde verrouille les issues. Nous sommes cernés et devons trouver un moyen de nous quitter au plus vite cette cité. Une idée votre altesse ?

    La rôdeuse lâcha le jeune militaire et se tourna vers l'assassin en fronçant les sourcils. L'appellation "altesse" la dérangeait fortement. Son sang royal et son appartenance à la famille du monarque de Kleryana lui en donnait pourtant le droit, mais elle se sentait enfermée et étouffée lorsqu'on utilisait ce dénominatif. Elle en informa Slorak.

    _ Ne m'appelez pas altesse car je ne me considère pas comme une de ces bourgeoises. Mon prénom suffira amplement.

    Elle s'approcha de Slorak dont la lune éclairait le dos. Il y avait une solution pour sortir d'ici, mais à quelle prix ? Celui de son secret, mais aussi de son énergie vitale. Ses yeux se perdirent dans les iris émeraudes du maître assassin. Qui pouvait lui assurer qu'elle ne risquait pas de se faire tuer une fois qu'ils auraient quitté cette ville, ou même que sa vengeance soit assouvie ? Elle n'avait preuve d'aucune sécurité, mis à part le fait qu'il l'ait aidé à sortir du corps de garde. Mais que fera-t-il une fois hors des murs de Gloredhel ? Le regard de Jenifael glissa sur le cou de Slorak où elle pouvait voir une chaîne en argent qui portait le même pendentif qu'elle avait en bague: le dragon au yeux rouge. Ses doigts jouèrent avec la bague tandis que son esprit dessinait le portrait de Jaoven. Ce roi ne lui avait-il pas donné la puissance ? Ses yeux remontèrent dans ceux de l'assassin.

    _ Si, il y a un moyen, mais nous devons d'abord rejoindre les écuries. Et avant cela, je récupère mes vêtements.

    Murdey n'eut pas le choix et exécuta la demande de la princesse. En quelques mouvements et peu de temps, chacun récupéra ses propres vêtements.

    L'elfe partit la première, elle montra le chemin en choisissant de ne pas passer par les toits, et ouvrit une porte qui donnait à un étage inférieur. Elle s'y engouffra, suivit de Murdey et Slorak. La maison dans laquelle ils se trouvaient été abandonnée, ce qui facilitait largement leur tâche. Arrivés en bas, la rôdeuse ouvrit la porte d'entrée en bois et observa la rue. Des gens anodins circulaient librement, rentrant probablement chez eux après la petite fête de la place centrale. C'était le moment d'en profiter. Jenifael montra l'exemple en ajustant sa capuche sur sa tête et avança au milieu d'un petit groupe de personnes, à la même allure qu'eux et dans la plus grande discrétion. Un des avantages d'être une elfe, plus une rôdeuse était de se fondre dans l'environnement. Ils marchèrent ainsi sur deux pâtés de maisons, puis se dégagèrent du groupe en prenant une petite ruelle qui menait aux écuries. La capuche de l'elfe glissa sur ses épaules, libérant ses long cheveux noir.

    A l'autre bout de cette ruelle, se dessinait dans la nuit une grande bâtisse qui abritait les chevaux. Les fuyards s'arrêtèrent au carrefour des rues et observèrent un instant la présence des gardes, mais aucun signe de vie ne montrait qu'ils étaient poursuivis. Le chemin étant libre, ils entrèrent dans les écuries. L'obscurité les envahit et Jenifael aida Murdey visiblement incommodé. Elle lui trouva un cheval puis se dirigea vers le sien, quelques box plus loin. Les animaux étaient calmes, la nuit les apaisant. La chaleur que dégageait l'endroit était agréable et l'elfe se surprit à penser qu'elle aurait aimé se coucher dans la paille pour y passer la nuit. Mais elle n'avait pas le temps, et guida son cheval, Azur par les rennes à travers les écuries. A l'approche des deux hommes, elle grimpa sur son cheval, et se laissa se placer à leurs côtés. Slorak avait trouvé un cheval mais l'elfe ne lui demanda pas si c'était le sien. Les questions viendraient plus tard.

    Elle s'apprêta à leur expliquer son plan lorsque des voix se firent entendre à l'extérieur. Jenifael étendit son esprit pour constater qu'il s'agissait de gardes à leur recherche.

    _ Tant pis.


    Ils n'avaient plus le temps, et alors que la porte principale s'ouvrait faisant entrer le clarté de la lune, la rôdeuse posa ses mains sur les avants bras de Murdey et Slorak, et les trois fuyards disparaissaient magiquement alors que les militaires entraient dans les écuries.

    Cette dépense d'énergie fut considérable pour l'elfe qui lutta pour ne pas lâcher prise. Ensemble, ils réapparurent dans les montagnes de Zaïkwen, à l'est de Gloredhel, au pied d'un poste de garde abandonné. Plus loi, on pouvait apercevoir la ville qui brillait encore de quelques flambeaux. Jenifael savait qu'elle aurait le droit à des questions concernant sa puissance, car seules quelques personnes avaient de tels pouvoirs. Cependant, l'épuisement prit place avant tout autre chose. Une fois certaine qu'ils étaient revenus dans un endroit solide et en sécurité, elle lâcha leurs avant bras et glissa de son cheval, sans pouvoir retomber sur ses jambes. Allongée sur le dos au sol, elle se battait pour ne pas perdre connaissance.




__________________________________


Gardienne du forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
MDJ
Bête de guerre toute puissante
avatar

▌Date d'inscription : 21/12/2009
▌Messages : 157


Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   Ven 30 Juil - 22:53

Jenifael : 43 xP

Slorak : 41 xP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a des visages plus beaux que les masques qui les couvrent. [PV Slorak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Nous sommes noirs et très beaux » Eloge de Anténor Firmin
» URGENT! TJS PERSONNE PR 7 beaux vieux minous suite décès, 67
» Ton visage
» de beaux tracteurs
» Les plus beaux chateaux du monde
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Kleryana  :: Le Royaume de Kleryana :: + Vlùgwei + :: Glòredhel :: Auberges-
Sauter vers: