AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
          

Partagez | 
 

 Siège d'Hecara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Dim 24 Oct - 8:43

Alors ainsi le loup noir était plus particulier que prévu. Elle l'observa calmement, le laissant s'approcher d'elle, il semblait presque un brin perdu à ce moment. Moment qui ne dura point.
L'explosion résonna, il ne fallu que quelques secondes pour que l'on imagine l'étendu des dégâts ! Elle vit le bloc, elle aurait pu réagir, mais cet homme, lui qui ne savait même pas qui il avait en face l'aida. Il aurait pu être blessé, pourquoi prendre le risque ? Au sol, alors que le souffle de l'impacte s'étouffa tout juste, la Vampire ne sentait que l'odeur du sang de Slorak, alors qu'il était contre elle, son regard était rouge cerise, brillant et lumineux, la faim l'appelait, car depuis là, elle avait tué, mais ne s'était pas nourrie. Elle plissa le nez, se retenant, elle savait suffisamment se contrôler pour ne pas toucher à un protecteur. Elle le regarda se lever, la haine au coeur et se leva à son tour, regardant le bloc de pierre et la vue chaotique de cette bataille, que faire ? Continuer à tuer pour jouer, pour combler cette vie sans fin ou alors, rendre ces morts utiles à Hecara ?

« Qui que vous soyez, restez ici, et mourrez ! Sinon emboitez le pas jusqu'à la cité, et défendez votre vie, aux côté de mes hommes.
»
Dit-il. Cet homme ne se rendait pas compte, ses paroles fut vite effacée de l'esprit de Nymphea, alors qu'elles venaient à peine d'être prononcée.
Elle regarda Slorak partir, un sourire d'amusement aux lèvres, alors qu'il était déjà loin, elle se mit à rire et prit un ton très amusé pour ces quelques paroles.

«Mourir ? Mais c'est déjà fait, depuis bien des Lunes...Bien trop longtemps. »
Elle tendit le bras, laissant Thana' se crocher à son avant bras, les serres de l'oiseau se plantant doucement dans la peau de la femme.

«Nous rentrons mon ami, le manoir à bien besoin d'être entretenu et gardé, non ? Et puis, je pense que tout cela ne regarde pas un être comme moi. » Le corbeau Croassa, battant un peu des ailes sans pour autant s'envoler. «Oui, oui ! Nous nous arrêterons pour prendre de quoi manger ce soir, promis.»

Nymphea tourna les talons, fît une dizaine de pas dans la direction opposé à celle de la cité d'Hacara, l'air autour d'elle était toujours aussi glaciale, même plus encore, sa faim monta de plus en plus et son corps le lui rappela, il était plus que temps de rentrer. La créature ne voulu pas prendre le risque de croiser le soleil sur sa route, elle fit encore six mètres et s'évapora dans un bruit étrange, comme une aspiration, laissant un léger voile nuageux noir à la place de sa personne, elle avait tout simplement, disparut.

Revenir en haut Aller en bas

▌Date d'inscription : 20/07/2010
▌Messages : 14


Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
74/118  (74/118)

MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Lun 25 Oct - 1:39

La brèche dans la muraille était impressionnante. Je ne pensais pas que les hommes étaient capable d'autant de destruction. Mais ce qui comptait n'était ni mon avis, ni même mes pensées. Non seul la victoire pour mon Roi comptait. J'allais devenir un héros. je deviendrais Bismarck Waldstein, l'homme qui détruisit la cité noire d'Hecara, et mettrais un terme a l'insécurité grandissante de notre royaume. Il était l'heure de combattre. Je levais une main d'acier au dessus de ma tête. La brèche ardente, n'attendait que notre engouffrement dans ce qui allait être l'enfer sur la terre. Alors que je baissais mon bras vers la brèche, dans un hurlement commun, les hommes montèrent a l'assaut de la ville. Il nous suffisait d'atteindre la place centrale, et notre victoire serait totale. Le seul problème allait être les étroites ruelles d'ou les embuscade serait évidente. Mais après tout, a vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Alors que les guerriers chargèrent, un sifflement de mort déchira la nuit se mélangeant a la cohue générale. Les premier hommes tombèrent, pourfendu, puis projeté au sol par les terribles carreaux d'arbalète des soldat D'Hecara. Décidement, leur savoir faire, en matière d'arme létale était impressionnant. Ils étaient un réel problème, une tare a supprimé de notre royaume. Si seulement, il avait pu se rallier a notre Roi, plutôt qu'a cette ordure d'assassin...
Si Seulement ...

Le déluge de mort ne dura qu'une léger instant. Puis les hommes se mirent en formation serrée, se protégeant a l'aide des bouclier. Les carreaux rebondissaient, ou au mieux ne traversaient que légèrement les écus. La progression étaient parfaite. Un bloc compacte d'homme traversait les vestiges de la grande porte, qui autrefois faisait la réputation de la ville d'Hecara, du moins, du temps ou elle n'avait pas fait scission avec le reste du royaume. Alors que j'avançais a couvert avec mes hommes, je pouvais sentir le souffle commun des hommes qui nous attendais de pieds ferme. L'affrontement serait terrible. Le plaisir ne serait que plus grand.
Triomphe,victoire, richesse...

Les tirs avaient cessé. Ma vue s'habituait la fumé qui devenait de moins en moins épaisse. Ce fut alors que mes yeux m'offrirent un spectacle, que j'aurais ne jamais préféré voir. Face a nous, se tenait immobile une ligne de soldat, a l'armure encore plus sombre de que la nuit. Leur casque, étaient exactement les même que les notre, en faisant abstraction de leur couleur obscure. Des ceinturons pourpres, enserraient leur taille, et côtes de mailles, a la couleur doré, se devinaient sous leur armures.
La garde noire...

Depuis le début de la campagne d'hecara, je n'avais cessait d'entendre parler de ses féroces guerriers, impitoyable au combat, qui combattait comme une seule âme. Des hommes qui avaient servis le monarque déchu, des années auparavant, et qui avait annexé a eux seul, la quasi totalité des terres du nord de notre royaume actuel. Des guerriers redoutable, qui avait la réputation de ne frapper que pour tuer. On raconte même que leur attaques faisaient toujours mouche. Nous avions a faire a l'élite de l'armée d'Hecara. Vingt-cinq mille soldat se tenait côtes a côte prêt a en découdre. Parmi eux, deux seulement, ne portait pas de casque. Je devinais évidement la présence du Loup Noir, et de son second.

Slorak ! Par ordre du Roi, nous te condamnons a mort ! d'une voix ferme et puissante je continuais. épargne la vie de tes hommes et de ta cité. Ta seule issue est scellé par une armée cinq fois plus grande que celle qui se tient derrière toi.

La seule réponse que le vent m'apporta était le crépitement du brasier derrière nous. ils restèrent immobile a attendre notre charge. Puis un bruit sourd résonna. Des lame frappaient des boucliers. Ils nous narguaient. Il frappèrent a l'unisson un rythme d abord lent, qui s'accéléra a mesure que mon coeur se serrait dans ma poitrine. Il n'avait pas l'intention de capituler. Ils avaient choisit le massacre. Alors, il me fallait les contenter. La place centrale était a cent cinquante mètre devant moi.

Contournez la place par la droit et la gauche en empruntant les rues principales. submergeons les, et a l'aube, rentrons victorieux a notre campement. avais-je chuchoté a mes hommes. Quelques secondes plus tard; La charge était lancé. Alors que les rebelles engagèrent une contre charge. L'éclat de la violence en première ligne fut époustouflant. Les corps se brisaient, le sang giclait et coulait a flot, mais il était impossible pour nous, comme pour eux de gagner le moindre centimètre de terrain. Nous étions embourbés dans un flot de mort et de désolation, sans pouvoir se libérer de cet enfer par un autre moyen que l'anéantissement complet de toute vie dans la cité...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Lun 25 Oct - 2:36

Le combat. Voila tout ce que j'avais connu depuis ma naissance. Le combat pour se faire de vrais amis en étant le fils du Roi, le combat pour gagner le respect d'un père dépourvu d'intérêt a l'égard de sa propre progéniture. Le combat d'un homme qui s'affirme comme un prince. Puis celui pour devenir un général respecter. Et enfin le combat pour survivre dans un monde qui refuse ceux qui osent se révolter, ceux qui osent affronter; Ceux qui osent dire non ! Mais aujourd'hui mon combat était vital. De son issue dépendait le sort du monde. Le monde pouvait soit s'affranchir de ses entraves, ou alors sombrer dans des ténèbres encore plus mordants que ceux des enfers eux-mêmes. Je n'avais pas le droit d'échouer. Alors que le sang giclait sur mon visage, je pouvais voir les boucliers de ma formation s'écarter et laisser passer une lance de temps a autre. semant mort et souffrance parmi les rangs de l'ennemi. Notre formation tenait bon et je sentait la difficulté de l'ennemi a nous faire reculer. Mais tout bascula lorsque des troupes ennemis nous débordèrent par les rues adjacentes, aussi bien a droite comme a gauche. Les tirs de nos arbalétriers sur les toits, n'avait pas l'efficacité prévu, mais en revanche, les hommes de l'armée régulière faisait leur part avec acharnement et dévouement.

Reculez !

sans même broncher, mes hommes avaient obéit a un ordre que je venais d'aboyer. en ligne, nous laissions l'armée Royale continuer sa progression vers la place centrale Et lorsqu'il furent a l'angle des dernières demeures tous s'immobilisèrent. Puis brutalement, un grand fracas résonna dans toute la rue. Les portes des habitation volèrent en éclats. Puis surgirent des entrailles de ses maisons autrefois paisible, le gros des troupes de l'armée de la république d'Hecara. Ce waldstein avait une fois de plus fait preuve de trop d'audace, et s'était retrouvé séparé de son armée, qui occupait uniquement trois rues de la cité. Précédés, des plus vaillant soldats de la garde noire qui éventrèrent les rang ennemis, les troupes régulière, submergèrent les rangs de l'ennemi brisant ses formations. Il ne me restait plus qu'a mené l'attaque frontale de la garde noire pour terminé cette mêlée générale. Ainsi, il ne restait plus qu'a trouver le premier chevalier, le tuer, et tout se terminerait ici, la ou tout a commencé. S'était sur cette place que j'avais assassiné le Duc d'hecara, sbire de feu mon père. Sur cette place ou j'avais pour la première fois, au bord de cette fontaine, ressentit un amour sincère pour une femme. Cette femme que je ne manquerais pas de retourner voir dans sa modeste demeure dès que cette bataille serait terminé. Je serais la garde d'Ecarlate et me rua au coeur de l'action. je devais le trouver. Je frappais de front, de côté, de dos. A chaque fois la mort venait saisir les présent que je lui offrait. Mais subitement mes yeux se posèrent sur un homme a l'armure blanche. Un homme que j'avais déjà affronté, et que j'avais déjà blessé. Je devais terminer le travail. Mais ce que je vis, me glaça le sang.

Il se tenait la, prêt a frapper le chef ennemi, lorsque je vis une lame, puis une autre, pourfendre sa poitrine. Ses mains au dessus de sa tête, il lâcha son arme. Aussitôt des hommes de la garde noire encerclèrent son corps allongé sur le sol, et le défendirent du mieux qu'ils pouvaient, tandis que deux soldat tiraient son corps a l'abri dans une demeure avoisinante. L'homme aux cheveux bleu, qui affichaient un sourire triomphant après avoir mis a mort, mon plus vieil ami, ne payait plus rien pour attendre. Je m'engouffrait dans la maison et écarta d'un signe du bras les hommes qui s'affairaient a prodiguer des soins a Rodric. Mais ses blessures étaient mortelle. je posais le genoux au sol. je me souviens encore, combien sa main était froide, lorsqu'il la glissa dans la mienne. Son visage était blanc, son regard presque vide, était humidifié par les larmes qui naissaient dans ses yeux. Je ne pouvais rien faire. La vie quittait son corps. Il essaya de parler, et le sang qui remontait dans sa gorge glissa le long de son menton.

_ J'ai fait du mieux...Du Mieux que...j'ai...Que j'ai pu.

_ Je le sais mon frère ! je le sais bien. J'essuyais de ma main libre le sang qui coulait sous sa bouche.

_ Nous... Allons les écraser....Et...Tu...Tu...Sa respiration était rapide et superficielle. Tu Sera....enfin le ... Roi Que tu ...dois...être...

Je n'y serais jamais parvenu sans un tel compagnon. Au loin l'écho de la bataille résonnait, mais rien ne semblait pouvoir briser cet instant. Je voyais un sourire naître sur son visage.

_Honneur....Et....Fi...Fidélité ! Sa main glissa de la mienne; Sa pupille se dilata, et son dernier souffle disparu dans l'air de la pièce. Rodric était mort, non pas pour servir une cause, mais pour servir le prince a qui il avait juré fidélité. Je devais honorer la mémoire d'un tel homme. Les deux soldat me regardèrent.

_Amenez son corps a la maison des assassins et confiez le a l'archimage. Puis revenez sur le champs de bataille, pour écraser les ennemis de notre république.

_A vos ordres ! déclarèrent ils en synchronisation.

je jetais un dernier regard a mon ami, avant de me replonger dans la bataille. Je su immédiatement ou se trouvait le meurtrier, qui menait cette armée a sa perte. Une aura Grise, similaire a celle qui m'entoura lors de mon affrontement avec ce mystérieux guerrier m'enveloppa. La haine était lisible sur mon faciès, et sans crier garde, je fis appel a toute la puissance de ma relique pour me créer la place d'agir. Mes pouvoir psychiques s'intensifièrent et bientôt tout les hommes, qu'ils soient amis ou ennemis, et qui se trouvaient entre ma cible et moi, furent projeté par une onde télékinésique a quelques pas en arrière. Il n'y avait plus personne entre le premier chevalier et moi. Alors qu'il pivotait pour me faire face, d'une seule impulsion, je traversais l'air, a une vitesse presque proche de celle d'un oiseau de proie et empoigna dans mon bond, ma cible. La puissance fut telle, que sa lyre se décrocha de son armure et tomba a même le sol. J'entends encore mon hurlement qui résonnait avec puissance incroyable, capable de faire fuir une meute de loup en chasse. Nos corps traversèrent une fenêtre, et nous heurtions le sol d'une maison vide de toute âme. Je relevais mon ennemi complète surpris et parfaitement sonné, en saisissant le col de son armure. Ecarlate était au fourreaux, et de ma main droite j'extirpais une dague de l'un de mes étui tout en bloquant contre le mur, de la main gauche son adversaire. Alors que ses yeux s'ouvrirent, j'amorçais un mouvement offensif de la main droite...
Tout était fini...

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 20/07/2010
▌Messages : 14


Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
74/118  (74/118)

MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Lun 25 Oct - 6:37

Tout s'était passé si vite ! Je venais d'être foudroyé par un éclair noir et en l'espace d'une seule seconde, j'étais plaqué contre un mur, la gorge écrasée par une main puissante, et le reflet d'une dague brillante face a ma pupille. En d'autre circonstance j'aurai paniqué. Mais je tenais devant moi l'occasion ultime de mettre fin a cette guerre en prenant la vie de marginal stéréotypé. D'un geste rapide j'évitais la lame qui traversa le mur juste a côté de ma tête. Un coup sur son avant bras me permis de me dégager de mon étreinte et de me rouler au sol pour récupérer ma lame. Qu'allait il pouvoir me faire avec sa dague. Le temps qu'il sorte son épée de son fourreaux, il serait déjà mort.

Tout est fini pour toi ! Loup Noir !

Je me ruais sur lui, ne sachant quelle serait l'issue de cet ultime contact. qui de nous deux survivrait. Au moment ou sa main se posa sur la gade de son épée, ma lame traversa de toute son épaisseur son épaisse armure, pour venir déchirer son corps et laisser une pointe ensanglanté, dépassé du milieu de son dos. si je n'avais pas réussi a la tuer, une blessure au niveau du foi serait inévitablement fatale. Je regardait triomphant, l'homme dit le plus véloce de nos terres, toisant sa blessure du regard. Je l'avais fait. Je venais il y a tout juste cinq minute de tuer son second avec une facilité déconcertante, et la vie du loup noir allait s'éteindre ici.

tu as perdu

Je voyais son sang ruisseler sur ma lame. Une erreur de débutant que de me laisser une simple seconde de répis, ou de compassion. Son estime l'avait poussé a me regarder droit dans les yeux avant de me tuer, et en réalité s'était moi qui le fixait de mon regard intense en le regardant mourir. La victoire était mienne. Tout était terminé pour lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Lun 25 Oct - 8:25

Le métal froid qui transperce un corps est toujours une chose désagréable. En particulier lorsque cela nous arrive personnellement. J'avais l'habitude des coup de tranche et des entailles, mais jamais une estoc n 'avait été si bien placé. Pour la première fois de ma vie, je voyais mon âme quitter mon corps. La douleur était intense. Le froid dans sa terrible morsure gagnait tout mon corps. Mon souffle devenait rapide, et mon sang quand a lui se répandait comme les torrents des nos montagnes a même le sol de la petite maison. Dehors le fracas de la bataille, ne devenait qu'un bourdonnement. Ma vue se brouillait, et tout devenait flou. Était-ce cela de mourir ? Mourir seul ici, n'était pas vraiment ce que j'avais envisagé. Je voulais la victoire, et je savais très bien qu'elle serait mienne. Par tout les moyen, je devais défendre Hecara et le royaume de Kleryana des traitres, tyrans, et rois conjurés. La voix de Waldstein résonnait encore dans mon esprit. Il pensait avoir gagné ? Inepties. Juste un tas d'inepties et de mensonges, qu'il proférait pour se rassurer. Alors que je tenais des mes dernières forces Ecarlate dans ma main droite, j'empoignais la main de Waldstein, et j'y exerçais une forte traction. Sa lame s'enfonça en moi jusqu'a ce que sa garde butte sur mon armure. Je n'avait jamais rien connu d'aussi douloureux. Mais d'une certaine manière j'étais surpris de tenir encore debout. au plus profond de moi, je savais que cela était le don de cette relique que mon grand-père, m'avait fait jurer de protéger au péril de ma vie. Le regard de mon agresseur était plein de stupeur. Sa main tremblait et le mouvement de la lame dans mes entrailles ne faisait qu'accentuer l'expression de douleur sur mon visage. Je ne pouvais laisser un imbécile pareil me terrasser. J'avais su dominer cette bataille, et le surpasser en matière de stratégie. Avec seulement soixante-quinze mille braves, qui donnaient leur vie sans même oser émettre le moindre doute sur la possibilité de repousser l'envahisseur, j'avais mis en échec une armée composé de trois fois plus de soldats ! Non décidément, cela ne pouvait pas finir ainsi ! Pas maintenant ! ce fut alors que je le fixait au plus profond de son être que tout la force qui restait en moi s'abattit sur lui. D'un geste a la fois rapide et brutal, je sectionnais l'avant bras du chevalier, avant d'assener un violent revers de lame, laissant subir le même sort a sa jambe droite. Privé des membres de son côté droit, il tomba au sol, dans un hurlement dont la puissance, autorisa des frissons a parcourir mon échine. Sans perdre une seconde, je pris une profonde inspiration avant de bloquer mon souffle. Puis les secondes qui suivirent furent les pires de toute ma vie. Autant la sensation de douleur causé par une telle blessure était terrible, autant, elle ne valait pas celle que je venait de subir en retirant la lame. Je titubait avant de tomber genoux au sol. Même si j'allais mourir, mon adversaire n'aurait pas le plaisir de vanter les récits de cet affrontement. Ecarlate était au sol, a mes côtés. Ma plus fidèle amie m'avait décidément suivit jusqu'au bout du monde, et au bout de ma vie. A mesure que les secondes s'écoulèrent, et que j'observais le chevalier qui gesticulait inutilement a même le sol, une sensation de bien être me dominait. Enfin ! Elle était la. La douce caresse de la mort. J'allais partir sans le moindre regret, sans même la craindre; J'étais fier de partir a ses côtés. Elles que j'avais si souvent côtoyé sans pour autant la courtiser.
Mais il n'en fut rien...


L'aura grisâtre qui m'entourait laissa apparaitre des orbes de lumière qui me traversèrent de tout les côtés. Cela n'était ni douloureux, ni agréable. Je sentais des forces inconnues me combler. Et contre toute attente, mas blessure aussi grave fut elle, se résorba a la vitesse de la lumière. en quelques secondes a peine, je me trouvais debout, l'arme en main, prêt a en découdre. je me sentait légèrement faible, mais j'avais la force de mettre un terme a cette bataille. Mon pas fut lent, hésitant, mais je savais ce que je faisais. Je me tenais au dessus de ma victime; Une jambe de part et d'autre de son thorax; la pointe de mon épée était orienté vers le bas. je visais le cœur de cette ordure. Un sourire triomphant se dessinait sur mon visage. J'allais être victorieux. tout s'arrêtait ici. La république d'Hecara était victorieuse.

Permet moi de te corriger chevalier. Tu as perdu...Ton Roi t'as envoyé a la mort. Une mort que je t'offrirais avec le plus grand des plaisirs.

Sans rien ajouter de plus, je laissais ma main guider ma lame pour arracher la vie de ce guerrier prétentieux. Lorsque la secousse de ma lame percutant le sol, vibra dans mes avant bras, je compris que le coeur de ce bâtard royaliste était transpercé et que sa vie s'arrêtait ici ! Ma dernière considération a son égard fut une cracha sur une tête que j'avais entrepris de découper pour l'exhiber face a une armée en déroute. Quelques minutes plus tard, je quittais la maison, une tranché dans la main...

Lorsque mes pieds touchèrent les pavés ensanglantés de la rue, la situation était des plus favorables; Les cadavres qui jonchaient le sol était majoritairement ceux de royalistes, bien que les pertes humaine de l'armée séparatiste était importante. Notre victoire était totale. Alors que je brandissait la tête de leur général, mes ennemis se figèrent et commencèrent la retraite. Se regroupant en une masse homogène, les arbalétriers, qui occupaient les toits de la ville s'en donnèrent a coeur joie pour abattre les couards. La mort prenait ce qui lui revenait de droit. Les lâches et les impurs devenaient sa pâture. Devant se spectacle je ne pu qu'exprimer une expression de triomphe. Le visage dégoulinant de sueur et de sang, j'étais une fois encore victorieux, et je venais de prouver au monde que la détermination était l'arme absolue en matière de combat inégal. Des hennissement de chevaux me firent revenir a la raison. a la tête d'un groupe de cavalier de deux cent hommes, Adrien de Beaujeux, le frère Cadet de Guillaume chargeait les fuyard pour les repousser hors de la ville. Les derniers royaliste coincé dans la mêlée furent mis a mort par mes fidèles soldats et le calme gagnait presque la cité. Un officier se présenta face a moi.

_Slorak ! quels sont les ordres ?

Je regardais en direction de la porte, une pensée pour toute les âmes héroïque tombées en se bien triste jour.

_Que les arbalétriers se tiennent en place a la porte. Évacuez les blessés, faites bruler les corps des nos morts et allumez un brasier a l'extérieur de la ville pour bruler ceux de l'ennemi. Puis faites flotter notre étendard sur les ruines de la porte et...Je lui tendit la tête de ce Waldstein. Faites empaler cela sur le chemin entre notre cité et le camp de base de l'ennemi. Si les quelques survivant tente de lancer une offensive désespérée, la vision de leur chef dans cette état, devrait suffire a les convaincre que faire demi-tour.

Alors que silencieusement il accepta, je me rendit vers la fontaine, en plein milieu de la place centrale. Après m'être rafraichi, je m'asseyais sur la pierre froide, heureux d'être victorieux, en laissant bon nombre de mes pensées pour l'une des prochaines personne a qui j'allais rendre visite dès que la cité serait a nouveau en mesure de se défendre...
Je n'étais pas encore très sur, mais je pensais que je l'aimais...

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ
Bête de guerre toute puissante
avatar

▌Date d'inscription : 21/12/2009
▌Messages : 157


Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Lun 25 Oct - 8:29






Alors que l'armée Royale bat en retraite après la mort de son général, la bataille d'Hecara prend fin. La victoire des Troupes rebelles ne fait aucun doute. Malgré tout, le bilan humain est catastrophique, et il ne fait aucun doute, que le Roi Hadrian, ne laissera pas un tel affront sans une sévère répression derrière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MDJ
Bête de guerre toute puissante
avatar

▌Date d'inscription : 21/12/2009
▌Messages : 157


Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   Dim 7 Nov - 0:23

Lucifer: 166 xP


Création du sujet : 0/4
Réponse : 3/3*4
Longueur : 2/2
Orthographe : 2/2

+ gain de la bataille : perdant : 150 xP



Slorak: 325 xP


Création du sujet : 0/4
Réponse : 3/3*7
Longueur : 2/2
Orthographe : 2/2

+ gain de la bataille : gagnant : 300 xP



Nymphea: 116 xP


Création du sujet : 0/4
Réponse : 3/3*4
Longueur : 2/2
Orthographe : 2/2

+ gain de la bataille : neutre sans combat : 100 xP



Hadès : 310 xP


Création du sujet : 0/4
Réponse : 3/3*2
Longueur : 2/2
Orthographe : 2/2

+ gain de la bataille : gagnant : 300 xP



Rikyu : 106 xP


Création du sujet : 0/4
Réponse : 3/3*1
Longueur : 2/2
Orthographe : 1/2

+ gain de la bataille : neutre sans combat : 100 xP



Elvira: 105 xP


Création du sujet : 0/4
Réponse : 3/3*1
Longueur : 1/2
Orthographe : 1/2

+ gain de la bataille : neutre sans combat : 110 xP




Merci à tous pour votre participation !
La suite des évènements arrivent.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Siège d'Hecara   

Revenir en haut Aller en bas
 

Siège d'Hecara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» tour de siège
» engin de siège
» samurai siège
» Le siège social de la Coopérative du fer
» Bataille terrestre d' ABOUKIR
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Kleryana  :: Le Royaume de Kleryana :: + Llegwen + :: Hecara :: Remparts & Ruine de la porte Noire-
Sauter vers: