AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
          

Partagez | 
 

 [Quête des Dragons] Au commencement !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenifael
Gardienne du forum
avatar

▌Date d'inscription : 22/09/2009
▌Messages : 1811
▌Age : 30



Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: [Quête des Dragons] Au commencement !   Dim 12 Juin - 10:21

Il y a trois jours, les habitants de Karyanis ont été réveillés en plein milieu de la nuit par un terrible bruit. Arrachés de leur sommeil, certains, prit de peur, se retournèrent dans leur lit et se forçaient à fermer les yeux pour se rendormir. D'autres, plus courageux (ou poussé par une curiosité grandissante) osèrent affronté la fraicheur de la nuit et sortir de leur demeure.
La surprise fut général lorsque les plus téméraires s'étaient approchés du temple, source de ce fracas, pour voir au sol, des gros morceaux de pierre écrasés sur les pavés sombres. En levant les yeux, ils découvrirent avec effrois qu'une partie de la tour du temple avait sauvagement été détruite et les morceaux jonchaient au sol. La tour menaçait de s'effondrer.

Depuis, les habitants ont essayé comme ils pouvaient de consolider la tour afin qu'elle ne tombe pas. Mais la peur gagne cette cité tranquille, car quelque chose ou quelqu'un a tenté de détruire un lieu sacré ! Les magiciens n'ont pas réussi à identifier la source de ce destructeur, et attendent l'aide du royaume...




Ordre de passage ;

- Aslan
Nombre de post :: 2

- Maël
Nombre de post :: 1

- Enora
Nombre de post :: 1

- Erwan
Nombre de post :: 1

- Trucid
Nombre de post :: 0
Premier tour passé

__________________________________


Gardienne du forum


Dernière édition par Jenifael le Sam 2 Juil - 5:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kleryana.forumactif.org
Aslan l'Ardent
Chef de classe d'arme
avatar

▌Date d'inscription : 12/04/2010
▌Messages : 715
▌Age : 27



Feuille de personnage
Niveau: 5
Expérience :
267/300  (267/300)

MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   Lun 13 Juin - 2:00

J'avais rarement poussé mes voyages jusqu'à Karyanis. Pourquoi ? Je ne peux y répondre. Peut-être que, malgré mon statut de rôdeur sans famille, j'ai fini par prendre des habitudes. Enfin, les habitudes de mes clients, devrais-je dire. Ceux-là se trouvant dans le nord du Royaume, je suis rarement descendu en-dessous de la cité de Gloredhel et de sa célèbre foire.
Pourtant...j'ai toujours en envie de découvrir les montagnes de Zaïkwen. On les dit plus belles et plus sauvages que celles abritant la cité d'Hecara. Et puis...c'est aussi le pays des magiciens. Je ne me suis jamais trop posé de questions sur mes étranges facultés mais je pense qu'il est temps que je me penche sur ce problème. Je trouverai peut-être, dans les bibliothèques de Karyanis, la clé de mes origines. Car les humains normaux ne peuvent pas se faire pousser des ailes indestructibles ou faire apparaître des oiseaux de feu, excepté si ils sont des mages. Et moi, je sais que je n'en suis pas un.
*
J'ai donc quitté Kan'rei et son dojo pour plusieurs semaines. Il se débrouillera bien, ce petit. Et puis, il a Hadès avec lui. Il n'est pas tout seul. De toute façon, je suis resté trop longtemps à les aider. Non pas que ça me déplaise, loin de là, mais je déteste simplement ne pas bouger. J'ai l'impression de devenir vulnérable. L'arrivée de Kaveh a sans doute renforcé mes convictions...
Toujours est-il qu'après plusieurs jours de voyage, Charlie et moi-même arrivons en vue de Karyanis. Je suis parti tôt du relais où j'avais trouvé refuge pour la nuit – les étoiles scintillaient encore – si bien qu'il est encore de bon matin lorsque j'arrive au pied de la cité. Quel beau pays, quelle belle ville ! Elle est bien proche de l'image que je m'en faisais : des tourelles délicates plantées dans la roche de la montagne, masquées aux importuns par une épaisse forêt de sapins. Un sanctuaire pour qui vient étudier. Excepté la circulation folle qui, malgré l'heure, encombre déjà la seule route menant à la ville.
Je double sans vergogne les charrettes qui font la queue devant moi et me glisse par la poterne est. J'ai suffisamment d'argent pour survivre plusieurs jours sans travailler – cela me laisse du temps pour faire quelque chose de plus intellectuel. Dans mon dos, on peste et on m'injurie. Qu'importe. Je n'ai pas de temps à perdre !
Bien vite, les rues étroites de la ville ramènent le calme et la sérénité de l'aube. Pourtant, je sens comme une fièvre consumer la cité. Les habitants semblent se hâter, inquiets, et ce n'est pas à cause de ma carrure. Quelque chose s'est passé ici ; j'en ai entendu parler dans la plaine avant de m'engager dans les montagnes. Les paysans m'ont raconté qu'une des tour du temple s'était effondrée une nuit, après qu'un cri terrible ait réveillé les habitants. Lui-même pensait avec terreur que c'étaient les fantômes des sbires d'Arzhael qui se réveillaient, ou bien quelques démons venus en balade dans notre pays. En tout cas, cela semblait assez mystérieux pour alerter les mages qui, apparemment, ont demandé l'aide du Roi pour résoudre cette énigme. Voilà peut-être la cause de l'inquiétude des gens de Karyanis.
Je laisse mon paquetage à l'auberge du Grand Loup, peu onéreuse et dont on m'a dit le plus grand bien. À cru sur le dos de Charlie, je décide d'aller jeter un œil à ce temple avant d'aller aux bibliothèques.
Effectivement, la belle tour s'est effondrée, comme coupée net à sa base. Les gravats sont restés dans un coin de la place menant au bâtiment : ce qui a fait un tel travail avait sûrement une puissance terrible. En tout cas, la tour a été soufflée et complètement mise à bas. Je m'approche, histoire de jeter un œil aux gravats. Il y a toujours un petit attroupement sur la place.
Sans doute d'autres curieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 30/09/2009
▌Messages : 255


Feuille de personnage
Niveau: 3
Expérience :
174/176  (174/176)

MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   Mer 15 Juin - 23:21

« Si nous ne marchons pas plus vite, nous ne verrons pas à Karyanis avant le début des premières neiges. »

Scotch venait de lancer cette phrase, brisant ainsi le silence instauré depuis plusieurs heures. Non pas que je n'avais pas envie de parler, mais bien parce que j'en étais maintenant incapable, la chaleur brûlait chaque parcelle de ma peau, et avait asséché mon gosier très rapidement. Je comptais maintenant mon eau, l'économisant au mieux. Je n'avais aucune idée d'où j'étais, je suivais la carte sans parvenir réellement à me repérer dans un royaume qui malgré les mois m'était toujours inconnu. Voilà trois jours que je faisais route vers Karyanis. C'était la prochaine mission que Slorak m'avait confié. Celle du bateau fantôme était un succès, et si je n'avais pas le petit coffre scellé avec lequel j'étais repartis, je penserais toujours à l'heure actuelle que j'avais rêvé les évènements. Je le gardais contre moi, comme un totem. La mission était beaucoup plus dur que ce qu'il m'avait dit. Il m'avait pourtant bien prévenu des dangers encourus, mais jamais des dangers pouvant affecter ma psychologie. Je m'étais battu contre bons nombres de créatures impressionnantes, mais jamais contre celles de mon esprit.
La prochaine serait certainement plus simple... Du moins si je parvenais vivant jusqu'à la ville des mages, et pas comme un vieux pruneau sec. Pourtant j'adorais la marche à pied, mais je savais déjà que pour revenir à la capital, je me munirais d'un beau cheval, qui réduirait considérablement mon voyage. Une fois le tour des défenses faite, je sauterais dessus et partirait au triple galop en direction d'Helbereth. Slorak et son rapport irait au diable, le temps que je me décrasse et surtout, que je sache si Taya allait bien.

« Déjà, tu ne marches pas boule de poil. Tu te contentes de te prélasser dans ma poche, ne faisant qu'ajouter du poids à mon fardeau. Et si les premières neiges par miracle arrivait jusqu'au Sud du royaume, je n'y verrais la qu'une délivrance. Je me sentirais enfin dans mon élément. »

Voilà qu'il était mouché. Je n'étais pas d'humeur à me faire brimer, surtout par lui. Il ne répondit pas, mais se garda bien de descendre de sa poche. L'herbe haute me courait jusque sous les genoux. Jaunis par la sécheresse, si bien que j'en vins à penser qu'une seule étincelle mettrait le feu à tout ce bourbier pendant au moins des jours. Prions pour que je ne sois pas là au mauvais moment.

Je ne me sentis vraiment bien qu'au moment ou le soleil déclinât par delà les montagnes, et que le vent frais s'engouffra dans le vallon. Enfin de l'air frais, qui n'était pas chargé d'iode comme à Oilosse, ou prêt de la crique de la mer d'émeraude, ni même chargés des effluves du marché comme à Helbereth. Pour la première fois, je sentais enfin quelque chose de singulier, qui me rappelait les campagnes déneigés du lointain royaume d'où je venais. Scotch devait aussi sentir quelque chose de différent, car il sortit sa tête et huma au mieux ce qui l'entourait. D'un bond gracieux, il retrouva le plancher des vaches, et arrêta son regard dans une direction.

« Tu sent quelque chose d'anormal ? »

« Hum... Si le ragout a une odeur anormal, alors oui. Est-ce que sur ta carte il figure un petit village proche ? »

« Pour savoir s'il est proche il faudrait que je sache moi même ou je suis, or, je n'en ai aucune idée. Peut être est-ce la simplement des braconniers ou autres chasseurs. Ou pire, des sauvageons qui n'hésiteront pas à vouloir nous détrousser. Et ça me rendrait malade d'avoir à verser leurs sangs sur une aussi belle parcelle de prairie. »

Mais un coup d'œil sur la carte valait bien le coup. Je dépliais soigneusement le bout de parchemin que Nessa m'avait offert lors de mes premiers jours dans la citée des neiges. En trois jours de marche, je devais être à mi-chemin entre la mer d'émeraude et ma destination, ou exactement ? Je ne le savais pas, mais aucun village n'était indiqué dans les alentours. Qui pouvais donc bien faire cuir du ragout dans les environs ? Un seul moyen de le savoir, il fallait pour ça que je me rapproche.

« Tu le sens proche d'ici Scotch ? Ou pouvons nous marcher à découvert pendant un moment ? »

« Ce sont des plaines Maël, et pas vraiment d'arbre à l'horizon pour nous cacher. Il va falloir se faire à l'idée que nous serons toujours bien en vu d'eux si nous nous approchons. Ils ne doivent pas être loin. Peut être dans ce renfoncement, là bas. Que proposes-tu ? »

Il avait raison, encore une fois. Je voyais à présent le renfoncement dont il parlait, et en y regardant au mieux... Oui, était-ce de la fumée qui réchappait de là ? Je rangeais la carte à la hâte, parcourant rapidement la distance qui me séparait du fumet, en quelques minutes, je pouvais moi aussi le sentir bien distinctement. Des voix aussi, trois hommes et une femme. Qu'avais-je à craindre ? J'étais désormais le premier chevalier de Slorak, et même sans ça, j'étais de taille à les réduire au silence si une rixe éclatait. Ils avaient bel et bien dressé un campement. Deux toiles étaient tendus autour d'un feu, et une écuelle en métal cuisait sur des pierres rougis. Le premier homme, un vieillard aux cheveux grisonnant attrapa par l'épaule la femme qui me tournait le dos, et l'amena derrière lui. Les deux autres étaient plus loin, discutant de vive voix en ramassant des poignées d'herbe sèche, ils ne m'avaient pas encore vu.

« Ola étranger. Nous ne sommes que des voyageurs en quête de sensation. Souhaiterais-tu partager notre feu ? » Les deux hommes du fond se retournèrent enfin. Des jeunots, pas l'ombre d'un poil sur le visage, mais une expression d'extrême anxiété. Me prenaient-ils pour un bandit de grand chemin ? Je devinais tout de même dans cette invitation une manière de connaître mes intentions, ils n'étaient pas tranquille. « Merci de l'invitation l'ami, et c'est avec plaisir que je me joindrais à vous. » joignant le geste à la parole, je m'approchais. Tendant la main vers l'inconnu. Une poigne vigoureuse et ferme, même sous son apparence d'homme ayant bien vécu, il conservait une certaine force. «Maël Theirmall, enchanté. » « Baelor, de même. Et voici Katika, mon épouse » d'un signe de la tête il me montra les deux autres, toujours aussi figés. « Et les deux ahuris qui oublient la politesse mais pas la méfiance, sont mes enfants, Robb et Bran. »

Ils me saluèrent alors à leurs tour, mais toujours à bonne distance. Je ne pus m'empêcher un sourire. « Si vous partagez votre feu, je peux au moins partager mon repas. Vous semblez bien munis, mais si l'idée d'aromatiser un peu le tout vous plait, je suis votre homme. »
Voilà comment débuta ma soirée en compagnie d'inconnu. Après quelques échanges, la ragout était délicieux, et c'est dans la bonne humeur que nous entamions ce bon repas. Robb et Bran étaient à présent détendus, Katika ne parlait pas beaucoup, mais apporta toujours de bonne précision aux questions que je posais. Pourquoi étaient-ils là ? Que faisaient-ils ? Ou étais-je ?
Ils s'agissaient d'itinérant, qui partaient de ville en ville afin de proposer leurs service dans les différentes grandes maisons du royaume. Un noble métier, qui demandait beaucoup de courage pour ne faire la route qu'à quatre. Une fois rassasié, c'était sans doute à leurs tours de poser des questions. Et je me prêtais au jeu, avec la même franchise dont ils avaient fait preuve. Robb parla le premier.

« Je vous reconnais maintenant, vous êtes la main du Roi n'est ce pas ? Je vous ai vu lors de son couronnement à Elbereth. »

« C'est exact, je suis ici pour me faire le tour des villes du royaume, afin de m'assurer que le peuple ne manque de rien. Ce n'est pas chose facile, la débâcle d'Hadrian laisse beaucoup de séquelle, surtout ici, dans le Sud. »

« Mais vous auriez dû nous le dire plutôt, j'ai presque honte d'avoir mangé un si mauvais plat en compagnie d'un chevalier royal. » Bran semblait indigné par lui même. Cependant, Baelor le repris. « Quel honte devrions nous avoir ? Il est un homme comme un autre, et il sait bien que nous n'avions pas mieux à offrir pour ce soir. Comme il dit, les séquelles dans le Sud son importante... N'est-ce pas Lord Theirmall ? » Il avait raison, lui et sa famille venaient de prêter allégeance au nouveau Roi, Slorak. Et en dehors de lui, personne n'était apte à les faire culpabiliser. Je comprenais son fonctionnement. « Ton père a raison, Bran. Et sans vous je n'aurais même pas eu un bout de viande à me mettre sous la dent, c'est moi qui vous suis reconnaissant. » Il ne semblait tout de même pas du même avis, et enchaîna « Vous êtes là simplement pour faire le tour ? En voyageant seul et sans escorte ? » Je ris.
« Oui, simplement pour faire le tour, et c'est déjà bien suffisant. Et j'ai une escorte. » en tapotant ma poche, Scotch compris qu'il était temps pour lui de sortir, l'odeur des restes de ragoût le motivant. Quatre visages incrédules, voilà ce que j'avais en face de moi. Les secondes s'égrainèrent, pour finalement finir sous un torrent de rire. Moi même j'y succombais. Ils ne pouvaient pas comprendre. « Plus sérieusement, mériterais-je mon statut de Main du Roi si j'avais besoin d'homme pour me défendre ? Je ne crois pas. Je suis sa première épée, et il serait ridicule que je m'affuble d'une garde personnel. En me voyant seul, non seulement le peuple reconnaît ma valeur, mais celle de notre souverain. Et je deviens aussi plus accessible pour les gens. Ce qui me permets de partager un repas avec vous ce soir, et de mieux apprendre à connaître les gens pour qui je me bats. Ne sont-ce pas la des raisons suffisantes, Bran ? »
Il se tut, réfléchissant. Je savais ce qu'il en pensait, et je ne doutais pas que mes paroles raisonnerait encore dans sa tête cette nuit. Je percevais l'admiration dans ses yeux. Mais ce n'était pas moi qu'il admirait, mais mon statut. Peut être que lui aussi un jour ferait un très bon chevalier. Robb brisa à son tour le silence. « Père, peut être devriez-vous lui parler des dernières nouvelles de Karyanis, si c'est la bas qu'il se rend, peut être devrait il savoir non ? »
Il n'en fallait pas plus pour piqué ma curiosité, et je reportais mon regard sur Baelor, qui se caressait les cheveux, cherchait-il pas ou commencer ? Il finit par commencé au plus simple.

« Les curieux convergent en ce moment vers Karyanis. Du moins, les plus courageux. Les autres quant à eux fuient la ville en grande hâte. » « Pourquoi donc ? » Le coupais-je. « Une menace plane ? » J'en vins à penser aux sauvageons du Sud. Aussi loin dans les terres ? Ici ne m'aurait pas étonné, mais j'étais encore à bonne distance de la ville des mages, et une attaque sur une citée d'une telle envergure me surprenait. Baelor reprit. « Une menace ? L'invisible n'est pas une menace mon ami, mais les gens parlent, ça c'est indéniable. Il y a deux nuits de ça, l'une des tours des observatoires a littéralement été arraché. Elle tient toujours, mais à ce qu'on raconte, la fracture de la pierre est assez impressionnante, sans compter que les gens retrouvent des blocs de pierre à quelques lieux de la tour. » « Je vois... » En faite je ne voyais pas du tout ce qui aurait pus causer de tel dégât. Mais je me devais d'enquêter au plus vite. Bran rajouta « Nous pensons que c'est une attaque du royaume sombre lord Theirmall, ce qui expliquerait l'homme avec une capuche noir que nous avons vu plutôt dans la journée. Tout le monde sait que c'est l'uniforme en vigueur pour les créatures au delà du mur... Du moins, tous les Sudistes. »

Un homme à capuche noir ? Peut être était-ce là simplement un voyageur. Le fait de porter une capuche était courant dans le royaume, surtout sous cette chaleur, pour se protéger les yeux du soleil. Mais cela ne valait-il pas le coup que je m'attarde au moins sur cette piste ? Je faisais confiance à ce petit groupe. Et d'ailleurs, il était temps que je parte. Je ne dormirais pas ce soir, mais plus vite Karyanis m'accueillerait, plus vite je comprendrais.

« Merci pour ces informations. Je ne vous ai pas demandé... Faite vous parties des courageux qui se rendent à Karyanis ? »

« Oui, c'est effectivement là que nous allons. »


« Alors j'aurais plaisir de vous retrouvez la bas. Mais il me faut me mettre en route dès maintenant, au moins pour être sur les lieux le plus vite possible." Scotch comprit le message, et finissant son bout de viande, il grimpa sur mon épaule sous le regard amusés de mes compagnons d'un soir.

« Alors à Karyanis Lord Theirmall, et que la chance vous accompagne. »

« Vous aussi, faite bien attention. »

Je commençais à douter que la mission serait plus simple que celle qui m'avait conduit dans une vieille épave fantôme... Pendant combien de temps encore risquerais-je ma vie ? La réponse me vint automatiquement. « Temps que je vivrais, ma foi. » murmurais-je, le sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Abd al-Krim
Hashishiyyin
avatar

▌Date d'inscription : 06/08/2010
▌Messages : 532
▌Age : 30



Feuille de personnage
Niveau: 9
Expérience :
577/589  (577/589)

MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   Jeu 16 Juin - 8:52


L’air était sec. J’y étais habituée, mais plus sur mes terres que sur celles-ci. Je venais de traverses les plaines qui séparaient Llewenig à Karyanis, et j’arrivais presque à les comparer à nos déserts orientaux. L’été s’annonçait plus chaud que les années précédentes, et les paysans devront lutter contre la sécheresse. Un élément supplémentaire auquel le royaume devra faire face. Et s’il n’y a pas de blé, comment nourrir l’armée qui devra protéger le peuple contre le royaume Sombre. Je tournais la tête vers le sud, tentant d’apercevoir les montagnes obscures de ces terres fertiles, mais je ne vis que l’herbe haute et les champs cultivés s’étendre à perte de vue. Je levais les yeux vers le ciel d’un bleu pure et éclatant. Il ne semblait pas vouloir une quelconque guerre.
Je claquais les rennes de mon cheval, qui partait alors au galop. J’en profitais pour ajuster mon turban sur la tête, ne laissant afficher que mes yeux bleus. Depuis que Slorak avait réhabilité le commerce avec Ilinsah, des orientaux se promenaient librement sur les terres de Kleryana et n’avaient plus aucune crainte de représailles. Sauf en Isowen, où les tensions se faisaient sentir et devenaient à mon goût de plus en plus dangereuses. Mais là encore, ce n’était pas mes affaires.

J’entrais enfin dans la forêt qui bordait Karyanis, et je pouvais apercevoir par endroit les hautes tours s’élever au dessus de la cime des arbres. Je me répétais sans cesse le motif de ma venue dans la cité, ne voulant pas m’écarter de ma mission ; un assassinat commandité par mon empereur F arhaad. Un fugitif de ses prisons qui pensait trouver refuge sur les terres de Kleryana. Je savais parfaitement que Slorak n’approuverait pas mon déplacement, et ce meurtre, mais j’étais plus que décidée à exécuter cette mission. Et rentrer à Shahnaz.
J’accueillie l’ombre des arbres avec bonheur et me risqua à descendre mon turban sur mes épaules. Le soleil brillait par moment sur mes cheveux, provoquant une sensation agréable. L’air était un peu plus frais et je croisais des voyageurs qui faisaient une pause avant d’affronter les plaines brûlantes. Ils ne m’adressèrent qu’un bref regard et je savais ainsi que je ne risquais rien sur cette route. Cependant, je ne m’accordais pas plus de répit et ordonnais à mon cheval de maintenir sa vive allure. J’arrivais rapidement aux portes de la cité et je découvris avec un sourire, que l’air n’était plus aussi chaud. Il régnait dans les rues de Karyanis, une douce brise qui me fit oublier la chaleur des plaines que j’avais traversées. Néanmoins, les habitants semblaient préoccupés par autre chose que la sécheresse.

Je descendis de cheval, le tenant par la bride et avançais calmement dans les rues pour entendre une quelconque information. Tous parlaient d’une tour, celle du temple qui s’était effondrée sans raison. Certains mentionnaient l’œuvre du royaume Sombre, d’autres parlaient de magie noir. Il n’y avait absolument rien de rassurant dans ce qu’ils disaient. Je décidais de laisser mon cheval aux écuries publiques et d’être ainsi plus libre pour errer dans les rues. Il régnait une agitation palpable qui fit monter en moi une nervosité. Quelques personnes parlaient de fuir la ville au plus vite, tandis que les plus curieux accouraient de tout le royaume pour voir l’œuvre des ténèbres. J’entendis un homme, un noble aux vues de son accoutrement, mentionner l’aide rapide de la couronne. Je me retournais sur ses paroles, qui résonnaient dans ma tête. Il me paraissait plus que clair d’agir rapidement, et de quitter Karyanis avant que le roi ne débarque en personne. Je crispais ma mâchoire et me mis en quête d’une taverne. Selon les indications de l’empereur, ma cible n’était pas un homme de grand esprit et aimait la compagnie des femmes. Un abruti qui ne savait pas se mettre à l’abri, rien de plus. Il aurait pu m’attendre sur la place du village, ça aurait été pareil. Je demandais au hasard aux passants, s’il existait un tel lieu. Les regards furent inquisiteurs. D’ailleurs, je ne pouvais pas en attendre moins… Mais finalement, je réussi à avoir l’adresse que je recherchais et me mis en marche. L’établissement se situait en dehors de la ville, par la porte nord. Peut-être qu’une fois cela fait, je m’accorderai le temps d’aller voir cette maudite tour qui faisait tant parler d’elle. On n’en voyait qu’un morceau au dessus des toits aux tuiles rouges vives. On pouvait effectivement penser qu’il manquait une partie de l’édifice, mais pas d’où je me situais. Tant pis, je reviendrai plus tard, lorsque mon contrat sera remplis.

Alors que je voyais au bout de la rue, la porte de la ville, un turban rouge aux couleurs d’une tribu d’Ilinsah attira mon regard. L’homme que je recherchais. J’avançais prudemment, profitant des personnes qui se trouvaient sur mon chemin pour me dissimuler afin de m’approcher de lui sans qu’il me voit. Il passa la porte sans que je le perde de vue. Je marchais derrière une charrette transportant des tonneaux en bois. Cependant, mon intuition me murmura de me dépêcher si je ne voulais pas le manquer à la sortie la cité. La charrette s’arrêta avant la porte. Je me décalais et tentais d’apercevoir le turban rouge dans la foule. Des groupes de curieux entraient dans Karyanis pour voir la tour tandis que je voulais aller dans l’autre sens. Les gens ne se poussaient pas, rendant ma progression difficile alors que je ne voyais plus ma cible. Avait-il senti ma présence ? J’en doutais, il avait certainement prit un autre chemin. S’il quittait la ville, je n’avais aucune piste de sa nouvelle destination. Je serrai la mâchoire et pressa le pas contre la foule. Je jouais des coudes et les gens semblaient enfin décidés à me laisser passer. J’accélérai et passais enfin la porte. J’avançais encore, évitant les gens qui allaient et venaient. Mon regard arpenta tout ce qui se trouvait autour de moi. Rien. Aucune trace de ma cible. Je tournais doucement sur moi-même, mes yeux se perdant sur chaque détail sur lequel je pouvais m’accrocher. Mais aucun turban rouge ne fit son apparition. Je me décidais à poursuivre mon chemin jusqu’à la maison close en retrait dans la forêt. Je me retournais, jetant un dernier regard vers la porte de la ville pour m’assurer qu’il n’y soit plus, et fis un pas en avant. Alors que je tournais la tête, quelqu’un me percuta de plein fouet, arrêtant ma progression. Je levais la tête, légèrement sonnée, pour voir un visage familier.

« Maël ! »

Instinctivement, je penchais la tête de côté pour voir si une parade royale ne le suivait pas. Je n’avais aucune envie de faire face au roi. Mais rien, il semblait seul, ou juste accompagné d’une famille. Je me calmais un temps soit peu et posais mon regard dans le sien. Je n’eu pas besoin de parler, il pouvait certainement lire dans mes yeux la question qui brulait mes lèvres, concernant sa présence dans ce lieu. L’idée qu’il soit envoyé par Slorak m’apparut clairement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Aurion
Chef de classe d'arme
avatar

▌Date d'inscription : 03/08/2010
▌Messages : 110
▌Age : 23



Feuille de personnage
Niveau: 1
Expérience :
30/63  (30/63)

MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   Lun 20 Juin - 1:39

Le soleil était agressif, un air aride et sec, aucun nuage a l'horizon. Je ne pensais pas qu'il ferait si chaud dans le sud du royaume. Je me rendais à Karyanis, citée des mages. La seule ville ou je pourrais encore trouver de l'aide et un hébergement. De plus, je connaissais quelqu'un la-bas, un ancien ami du coter de mon père, mais cela fait maintenant plus de treize ans que je ne l'ai pas recroisé. Les paysages désertique ne m'étais pas familier. J'étais plutôt habitué à la neige et au climat froid... Tout en marchant, je pouvais percevoir au loin une petite ferme, les plants était totalement séchée, et les feuilles jaunis. Plus je m'en rapprochais, plus elle avait l'air abandonnée. Des planches de bois barricadant la porte. Je soupirais en continuant la route. Je me demandais combien de temps encore j'allais rester dans cette plaine. Heureusement, grâce à mon contrôle du vent, je faisais des vas et viens avec ma main pour envoyer l'air sur mon visage. Je pouvais supporter la chaleur mais au bout d'un certain temps, j'allais forcement m'épuiser...

Les minutes passèrent, j'étais enfin devant la forêt qui séparer Keryanis de la plaine. On pouvait distinguer plusieurs personnes au abord de là forêt, ils se dirigeait vers la ville, d'autres aller certainement traverser les plaines. L'ombre des arbres me faisais le plus grand bien, je n'avais encore jamais traverser un endroit si chaud que celui ci. Je m'agenouillais devant la petite rivière qui passait par là, avec le creux de ma main, je m'étalais un peu d'eau partout sur le visage, elle devait provenir de la montagne, fraiche comme elle était. Je pense d'ailleurs qu'elle n'allait pas faire long feu avec la sécheresse qui touchait le royaume en ce moment. En me relevant, un groupe de personnes arrivaient des plaines. Ils transpiraient à grosse goutte. Une dizaine de personnes tous armées. Ce n'était pas des gardes, mais plutôt des genres de mercenaires, ou de bandits. « Aucune pause messieurs ! Nous devons nous y rendre sur le champs ! » On entendait que le long soupire des mercenaires qui continuer leurs route vers le sentier menant à Karyanis... Les autres personnes se posèrent des questions sur leurs venu, je pouvais même entendre certain dire. « Ils viennent pour la tour ? »... Une tour ? Sur le coup je n'avais pas vraiment compris, je voulais en savoir plus à ce sujet. « Excuser moi monsieur, vous avez parler d'une tour, pourquoi ? » Le pauvre homme soupira. « Vous n'êtes pas au courant ? La tour du temple d'Irzhawen, a été attaquer par quelque chose. Ça remonte à quelques jours maintenant, la nuit même... Des cris... Et puis la tour... » Il s'arrêta, le visage attristé... Je me contente de ça, je n'allais pas l'importuner plus. Le sentier qui menait a la ville était vraiment animé, il y avait beaucoup de monde qui se dirigeaient vers Karyanis, d'autres était avec des sacs sur le dos. Sans doute fuyaient t-ils la ville ?

Après avoir réussis à atteindre les porte de la citée. Je n'avais plus le souvenir que c'était aussi grand. Les toits rouge, cette odeurs unique qu'on ne retrouve dans aucune autres ville, mais surtout cette tour qu'on pouvait apercevoir. Il en manquait une bonne parti. Qui aurait pu faire sa à part une catapulte ? C'est inquiétant... Je passais entre les personnes qui c'était regrouper dans les rues. Des curieux qui venait voir la tour sans l'ombre d'un doute. Pourquoi cette événement attirait tant de monde ? A peine cinquante mètre à passer entre les personnes, je retrouvais le groupe armée de tout à l'heure. Il était impossible d'accéder a la place du temple. Le petite maisonnette sur ma gauche aller faire l'affaire. Je prenais mon élan pour pouvoir m'agripper sur la prise qui était une pancarte accrocher sur la façade, on pouvais lire ' Chez fer et acier ', j'espérais quelle était solide. Je me hissais de mon bras droit, pour poser ensuite ma main gauche sur la poulie un peu plus haut, laissant mon pied droit sur la pancarte. Il fallait maintenant grimper sur le toit, c'était un jeu d'enfant. Je me hissais maintenant sur mon bras gauche, en m'aidant de mon pied droit, et seulement ensuite je pouvais avec ma main droite attraper le bout du toit, qui me laissais la main gauche de libre pour avoir les deux mains sur le bord du toit... Il me suffisais juste de poser mon pied gauche sur la poulie et me hisser tout simplement. Une fois sur le toit, personne ne pouvait me pousser. Je pouvais maintenant contempler la tour et chercher d'éventuelle indice sur l'impacte d'un projectile, ou même d'une choses qui aurais pu heurter le bâtiment, mais cela reste encore impossible.

__________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan l'Ardent
Chef de classe d'arme
avatar

▌Date d'inscription : 12/04/2010
▌Messages : 715
▌Age : 27



Feuille de personnage
Niveau: 5
Expérience :
267/300  (267/300)

MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   Sam 2 Juil - 4:53

Les gravats forment un tas relativement épars. On a dû en pousser certains parmi les plus petits pour faciliter le passage mais les plus grosses pierres sont probablement restées à la place qu'elles occupaient lorsqu'elles sont tombées. Maintenant que je suis au pied de la tour, je lève le regard vers le ciel. La tour ou ce qu'il en reste se dresse à une hauteur impressionnante au-dessus du temple ; séparée des autres bâtiments de la ville, la tour est inatteignable par les toits, sans doute pour s'en assurer la protection de ce côté-ci. En réalité, à moins de monter un échafaudage, on ne peut pas grimper sur la tour. Peut-être offre-t-elle assez de prises pour qu'on puisse y grimper mais évidemment, ce n'est pas avec une telle hypothèse qu'on pourrait expliquer la chute d'une si grande construction.
Je reporte mon attention sur les pierres. Mes doigts glissent sur leur surface polie par les tailleurs et les intempéries. La chute d'une telle hauteur a arraché de multiples éclats tranchants comme des dagues au granit mais rien de bien notable. En tout cas, je ne vois pas trace d'explosion : je sais pour en avoir vues que certaines substances approchées d'une flamme explosent en brûlant. Pas trace de dégâts par le feu sur les pierres. Et puis, une explosion aurait été perçue par les habitants.
Mes réflexions s'arrêtent au moment où mes doigts, qui flânaient toujours sur les pierres, rencontrent d'étranges irrégularités. Je baisse les yeux. La pierre que je caressais porte une large empreinte en forme de creux sur toute sa longueur, large de trois doigts et profonde de quatre. À force d'examiner les autres gravats, je trouve deux ou trois autres pierres avec le même type d'empreinte. Mon regard glisse sur le bâtiment : l'ensemble du temple est recouvert d'un enduit qui lisse la surface des pierres et a permis aux constructeurs de peindre des fresques à la gloire des dieux sur ses murs. Aucune pierre ne semble porter ce même type de balafre, mais je suis bien loin pour pouvoir en juger avec efficacité.
Essuyant la sueur de mon front, je délaisse la place écrasée de soleil pour aller m'asseoir sur la margelle d'une fontaine. Plongeant mes mains dans l'eau glacée, je bois copieusement. Mes cheveux collent à mon front et je sens la sueur ruisseler dans mon dos. Voilà peut-être pourquoi je n'ai jamais mis les pieds dans le Sud : ce climat brûlant est tout nouveau pour moi. Il va falloir que je m'y habitue...

- Vous vous intéressez à la tour effondrée, hein?

Je sursaute et me retourne. Une vieille femme étique, un paquet sur le dos, me fixe avec un regard fou entre ses mèches crasseuses et grises. J'hoche lentement la tête.

- Vous feriez mieux de fuir ! Cette ville est maudite ! La tour est un avertissement : bientôt, nous mourrons tous ! Moi j'ai vu ce qui a détruit le temple et cela hantera mes cauchemars jusqu'à la fin des temps!

Allons bon ! Il est vrai que l'atmosphère est loin d'être sereine à Karyanis : depuis que je suis arrivé, c'est un flot continu dans les rues, entre les curieux qui veulent voir la tour effondrée, comme moi, et les habitants qui partent de la ville en hâte. Je lève les yeux au ciel. Je peux comprendre leurs craintes : le pays a été malmené par Arzhael puis par la guerre civile, on ne parle plus que des sbires du Royaume Sombre qui envahissent petit à petit les frontières. Mais je me dis que cette vieille femme va me servir un conte à dormir debout. Je fais mine de me détourner. Sa main, sèche et vive comme une serre, se referme sur mon bras.

- La mort plane sur nous tous ! C'était une bête énorme, un monstre volant...un dragon! Il a emporté la tour comme on balaierait de la main un château de cartes ! Il nous tuera tous !

Je ne peux m'empêcher d'éclater de rire. Un dragon, et puis quoi encore ? Ce sont des créatures de légende, des monstres mystérieux qui gardent les trésors dans l'imagination des enfants. Les légendes ont toujours un fond de vérité, certes, peut-être alors ces bêtes ont-elle existé autrefois, mais cet âge est révolu. Et puis, pourquoi viendrait-il raser une tour d'un temple des Hommes quand il aurait pu raser la ville ? J'hausse les épaules et je laisse la vieille à ses élucubrations.
Pensif, je déambule dans les rues, tournant toujours autour de la place du temple. Peut-être verrai-je mieux depuis les toits, au moins aurai-je une vue d'ensemble. Je grimpe sur un tas de tonneaux amassé à l'arrière d'une auberge, puis, m'arc-boutant contre la gouttière de pierre, je gagne le auvent de l'arrière-cour. Quelques efforts plus tard, je suis debout sur le faîte du toit. Plus habitué à grimper dans les arbres que sur des tuiles brûlantes, il me faut quelques minutes pour trouver mon équilibre. Mais enfin, je trotte sur les terrasses et les toits en pente douce de la ville jusqu'à arriver au-dessus du niveau du temple. Comme je l'avais vu depuis la rue, le temple est inaccessible depuis les toits.
Mon regard est alors attiré par une silhouette sur la maison en contrebas de celle où je me trouve. C'est un homme de haute taille, svelte. La main en visière, il scrute la tour détruite lui aussi. On aurait donc envoyer des gens enquêter sur cette mystérieuse chute ? Je me laisse glisser à sa hauteur et le rejoins silencieusement, désireux d'en savoir plus mais prêt à me défendre si l'inconnu manifeste la moindre hostilité. De près, il me fait penser à un mage. Peut-être est-ce simplement un habitant ?...

- Drôle d'évènement, n'est-ce pas? je murmure avec une pointe d'ironie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 30/09/2009
▌Messages : 255


Feuille de personnage
Niveau: 3
Expérience :
174/176  (174/176)

MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   Sam 9 Juil - 7:30

[ Désolé du retard, ma réponse vient ce soir ou demain ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Quête des Dragons] Au commencement !   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Quête des Dragons] Au commencement !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Donjons et dragons : figurines sur plateau lumineux
» I. Autremonde, les autres planètes, et les Dragons et Démons
» Exposition Dragons...
» Dragons VS SW
» Nouvelle partie de Donjon & Dragons 3.5
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Kleryana  :: Le Royaume de Kleryana :: + Vlùgwei + :: Karyanis :: Temple d'Irzhawen-
Sauter vers: