AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
          

Partagez | 
 

 Loin de tout [pv Enora & Slorak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

▌Date d'inscription : 19/11/2010
▌Messages : 54
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
55/63  (55/63)

MessageSujet: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Lun 27 Juin - 8:22

Cela faisait dix jours que l'assassin était de retour sur ces terres. L'odeur du sable chaud, de l'aridité lui réchauffèrent le coeur, les couleurs des rubans qui ornaient les murs des maisons, les turbans vifs qui habillaient le peuple l'apaisèrent. Durant ces journées, il avait parcouru la ville retrouvant l'ombre des palmiers, la chaleur des habitants, les épices du marché; il était chez lui. Ce retour prématuré lui embellissait le coeur, mais son esprit restait dans l'obscurité. Pour lui, il avait failli à sa mission, et bien qu'aucun indice ne permettait de trouver la trace d'Hadrian, il savait que celui-ci se trouvait toujours sur les terres de Kleryana, et qu'il attendait le bon moment pour agir. Mais pour le moment, les ordres avaient été clairs; le roi le libérait de cette mission. Dans l'esprit de Kaveh, ce n'était juste le temps que le royaume soit plus fort pour mieux frapper.

L'assassin avait donc retrouvé ses appartements dans la maison des Hashashiyyin. Il avait également retrouvé sa fille adoptive, Enora, rentrée quelques semaines auparavant. La revoir était son plus grand plaisir et voir qu'elle allait mieux lui redonnait le sourire. Ils avaient passé du temps ensemble, racontant les derniers événements mais aussi l'inquiétude face aux tensions au sud de plus en plus perceptibles. Le Royaume Sombre avait attaqué un village au sud de Kleryana, il était fort probable qu'Ilinsah connaisse le même sort. Ils avaient donc prit la décision de renforcer la défense de la ville, et se tenait prêt en cas d'attaque. Cependant, Kaveh ressentait la triste sensation que l'empire était en sécurité tant que les Uruloki attaquaient Kleryana. Mais pour combien de temps ?

Ce matin là, l'Hashashiyyin marchait tranquillement dans les rue de Shahnaz, prenant le temps de bavarder avec qui voulait. Il gagna une petite place où se tenait généralement un petit marché d'épices rares. Mais matin là, une autre animation alimentait une foule de curieux. Kaveh grimpa des escaliers pour se retrouver sur un niveau de remparts (la ville en compte cinq). De là, il pu voir un visage familier défier un homme dans un combat à mains nues. Il savait que ce n'était qu'une question de pari, et qu'il y avait surement de l'argent derrière tout ça, mais il ne pouvait tolérer ce genre de comportement dans la cité.

« Maître Kaveh ! »

L'assassin se retourna. Un jeune homme arrivait vers lui en courant. Il devait avoir parcouru une bonne distance, car lorsqu'il s'arrêta il était essoufflé.

« Maître Kaveh ! Merwann m'envoie vous cherchez. Il faut que vous veniez rapidement à la porte nord. »

L'oriental acquiesça. Il reporta un moment son attention sur les deux combattants, mais surtout sur la jeune femme emportée par l'acclamation de la foule. Ses yeux bleus brûlaient d'une provocation alléchante, tandis qu'elle rendait les coups avec détermination et minutie. Ses longs cheveux roux-blonds lui collaient à la nuque sous la sueur alors que sa tunique clair était plaquée contre son corps. Elle avait le dessus, et au vu de l'agitation de la foule, elle avait une grosse somme d'argent sur la tête. Kaveh soupira et décida de lui accorder un peu de temps pour surenchérir de l'argent. Il suivit le jeune homme le long des murailles.

Ils montèrent sur les remparts principaux, puis au-dessus de la porte nord. Là, il trouva Merwann, un de ses sergents responsable de la garde. Celui-ci lui fit un signe de tête pour l'accueillir. D'un autre signe de tête, il lui indiqua de regarder au loin. Kaveh suivit ce regard et vit à l'horizon une caravane approcher de la ville. Cependant, elle n'avait rien d'orientale et portait les couleurs de Kleryana. L'assassin accrocha ses yeux sur les bannières pour voir que c'était le roi en personne qui s'approchait, accompagné d'une vingtaine d'hommes. Le soleil allait atteindre le zénith et les sabots de leurs chevaux laissaient un nuage de sable se former derrière eux.

Kaveh s'adressa successivement à deux hommes.

« Allez préparer leur arrivée à la demeure. Le roi sera logé dans le bâtiment principal et ses hommes dans l'ancien atelier. »

Les deux hommes acquiescèrent et s'apprêtaient à partir quand Kaveh les arrêta.

« Et prévenez Enora aussi. »

Une fois cela fait, il ordonna à Merwann de rester sur les remparts afin d'en assurer la quelconque protection. Puis, il descendit par les escaliers et rejoignit la porte. Il resta à l'ombre en observant les cavaliers arriver à l'horizon. Une faible brise se leva, atténua légèrement la chaleur qui régnait dans la région.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 27



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Mar 28 Juin - 8:50

Le désert ! Du sable à perte de vue, le soleil qui vous harcèle, et qui à chaque instant menace la moindre parcelle de peau de votre corps de finir carbonisée. La chaleur incessante, qui se lançait sur la caravane par vague, aussi meurtrière que les vagues d'assaut des uruloki. Les uruloki... Voila un sujet qui me préoccupait. Depuis quelques semaines, les rapports alarmants venant du sud du royaume suggéraient une invasion prochaine. Le royaume sortait à peine de la guerre civile que déjà un conflit majeur se présentait à nos portes. Et c'était bien là la raison de ma visite dans cet enfer de sable. Le soutient de l'empire d'Ilinsah.

Notre caravane semblait modeste, avec ces vingt âmes, le double en comptant les bêtes. Trois jours de chevauchée, nous avait conduit au travers de nos terres et de ces dunes hostiles pour arriver à Shanaz, le repaire des Hashashiyyin. La ville où l'un de mes plus prestigieux allié résidait. L'homme qui avait traqué Hadrian, des semaines sans se reposer. Mais Shahnaz n'était pas que cela. C'était la ville où se trouvait l'un des trésors les plus attirant de tout le continent....

L'un de mes cavaliers arriva à la rencontre de notre groupe.

Votre altesse. Shahnaz est de l'autre côté de cette dune, nous y sommes !

Je souriais victorieux.

Très bien, lançons la cavalcade jusqu'aux portes de la cité. Avant !

J'enfonçais mes étriers dans les flancs de ma monture, qui se cabra, avant de s'élancer dans une course peu gracieuse, sur un sable instable. Un hennissement de fatigue s'arracha à l'ensemble des bêtes qui nous menèrent tant bien que mal, aux portes de la ville. Leur rapide galop, faisait flotter les héraldiques royales au vent. Du moins, ce qui y ressemblait. Cette sécheresse, ne pouvait impliquer le moindre souffle d'air. Rapidement nous étions sous la muraille, qui ne nous offrait même pas la moindre ombre. Bientôt, le silence nous guetta. Les hommes sur les remparts restèrent immobiles, sans montrer la moindre once d'empathie, ou d'agressivité. Je fixais mes hommes, qui n'attendaient que de pouvoir se reposer et se réhydrater. Même si l'heure était grave pour notre patrie, la conviction qu'ils affichaient à me servir dans cette mission montrait bien l'inébranlable volonté de sécurité du peuple de Kleryana.

Moi ! Slorak hartsok vi Kleryana; Empereur Phénix et Souverain de Kleryana, demande audiance auprès de Kaveh Abd Al-Krim, et demande l'hospitalité au peuple de Shahnaz, pour moi, et mes hommes....

Ils n'avaient aucune raison de m'offrir ce que je demandais, si l'on tenait compte des relations tendue entre nos deux nations lorsque mon père gouvernait. Je pris mon souffle et mon courage à deux mains pour rajouter...

Nous venons en paix, et je viens payer de ma personne, les affronts commis par mon père, contre votre peuple...

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 19/11/2010
▌Messages : 54
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
55/63  (55/63)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Mer 29 Juin - 7:05

Un large sourire se dessina sur les lèvres de Kaveh. Les portes de la villes étaient grandes ouvertes, accueillant qui voulait bien et surtout les marchands. Ceux-ci s'arrêtèrent pour observer la caravane. Il n'était pas coutume de voir un tel spectacle dans cette cité, et encore moins si les visiteurs venaient de Kleryana. L'assassin fut touché par la politesse de Slorak; encore un grand dessein qui montrait sa sagesse.

Kaveh sortit de l'ombre et apparut au soleil. Il marcha jusqu'au cheval du roi dont il prit la bride dans la main droite. Ses yeux sombres étincelaient de bienveillance à l'égard de la troupe. Slorak descendit de sa monture, imité par ses hommes. Tous mirent un pied à terre, foulant le sol oriental. Kaveh adressa un sourire sincère au roi de Kleryana, et hocha la tête:

« Salam Alykoum mon ami. »

Cette rencontre, dans ces murs signifiait beaucoup. Les tensions entre les deux royaumes étaient sur le point d'être enfin apaisées après des décennies de malentendus. Les gens autour d'eux regardaient attentivement la scène, conscients de l'événement qui s'offrait à eux. Kaveh avança jusqu'à Slorak, et ils se saluèrent à la façon des chevaliers, en s'empoignant le bras.

« Entre dans ces murs. Ils t'offriront l'ombre, l'eau et le repos. »

Il se retourna et donna quelques ordres dans sa langue maternelle à quatre hommes. Ceux-ci s'affairèrent et rejoignit la caravane de Kleryana pour les mener à la maison des Hashashiyyin où ils pourraient enfin se reposer. Ils logeraient dans l'ancien atelier de tissu du père d'Enora, qui faisait désormais office de refuge où tout le confort nécessaire était à leur disposition. Mais Kaveh ne pouvait se permettre de loger un roi dans ces appartements. Il confia le cheval de Slorak à l'un de ses hommes et proposa à son ami de le suivre. Il le guiderait personnellement au repère des Hashashiyyin. Cela lui permettrait de faire une rapide visite de la ville, mais l'oriental savait pertinemment qu'il avait certainement envie de se reposer et de se rafraichir.

Il fit entrer la caravane dans les murs de la cité. Les habitants arrêtaient leur activité pour observer les soldats passer dans la ville, chevaux tenus par la bride. Kaveh expliqua à Slorak que chaque personne devait descendre de monture en entrant dans la cité. C'était une des raisons pour laquelle il y avait de grandes écuries à chaque entrée. Les orientaux guidèrent ainsi les hommes de Kleryana dans ces écuries afin qu'ils y laissent leur chevaux.

« Ils seront très bien traités. » Rassura Kaveh.

Puis ils se mirent en route vers la demeure des Hashashiyyin, les deux assassins en tête du cortège. Kaveh expliqua les différentes progression de la ville, sans la démolition des ses remparts successifs, ce qui expliquait les cinq couronnes de remparts. Le trajet se fit sans encombre, jusqu'à ce que la fameuse petite place soit toujours animée par une attraction. Kaveh conduisit Slorak en hauteur sur la muraille où il se tenait auparavant, espérant éviter la foule de curieux. Il serra les poings en voyant que c'était toujours les mêmes personnes qui s'affrontaient. Pourtant, il lui avait dit de rentrer. Son adversaire lui porta un coup dans les cotes sur les traces de sa blessure à peine cicatrisée. Enora se courba de douleur.
Kaveh adressa un regard en coin à Slorak, sans piper mot. La jeune femme se redressa rapidement et asséna différents coups à son adversaire qui se retrouva au tapis. L'assassin siffla pour attirer son attention, puis lui parla dans leur langue orientale.

« Suis-moi. » Lança t-il à Slorak.

Ils marchèrent encore quelques instants, profitant de l'ombre des bâtiments, mais aussi des cyprès et des oliviers. Enfin, ils atteignirent une grande demeure aux couleurs du sable. Elle était de forme cubique, au toit plat pour garder la fraicheur entre les murs. Kaveh poussa la lourde porte de bois, et fit entrer son hôte. La température à l'intérieur contrastait avec celle de l'extérieure; il y faisait doux et non chaud. Au centre, se dessinait une grande cour à ciel ouvert permettant la lumière de pénétrer dans la maison. De grandes plantes exotiques ornaient la cour où se situait une fontaine au centre, en mosaïque bleu et blanc. Quelques poissons y nageaient paisiblement. Le bâtiment s'élevait sur deux niveaux au-dessus du rez-de-chaussée, et s'organisaient comme des balcons donnant sur la cour intérieur et communiquant entre eux. Des voutes orientale ouvraient les pièces dans lesquelles se trouvaient du mobilier riche en bois exotiques et des teintures colorées accrochées aux murs.

Kaveh conduisit Slorak dans une des ces pièces où se trouvaient des coussins au sol, sur un tapis tout aussi coloré. Une petite table se dressait au centre, sur laquelle était posée un plateau en argent avec une théière et des petits gobelets ornés d'or.

« Installe-toi mon ami. Considère cette demeure comme la tienne. »


Il servit deux gobelets de thé fumant, et en proposa un à son hôte. Boire du thé par une chaleur pareille pourrait le surprendre, ainsi, Kaveh lui expliqua les bienfaits rafraichissant d'une telle boisson. Puis, ils s'installa aussi confortablement sur les coussins.

« Tu as fait un long voyage pour venir jusqu'ici, et quelque chose me dit que ce n'est ni une visite de courtoisie, ni une offre de paix, car si ça avait été le cas, tu serais directement allé voir l'empereur. Alors, bien que ta visite me fasse honneur, dis-moi pour quelle raison viens-tu dans cette cité ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Abd al-Krim
Hashishiyyin
avatar

▌Date d'inscription : 06/08/2010
▌Messages : 532
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 9
Expérience :
577/589  (577/589)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Mer 29 Juin - 7:58

Il était tenace, mais je ne voulait pas faiblir. L'acclamation permanente de la foule autour de moi m'offrait le plus grand des soutiens et alors que je voyais du coin de l'oeil l'argent mis en jeu, je n'avais pas envie de perdre la face devant cet homme. Il tenta un sourire charmeur auquel je lui répondis par un regard provocateur. Je lui fis signe à main d'attaquer le premier, sachant parfaitement que j'esquiverai son attaque. Il mordit à l'hameçon, et je fis un pas sur le côte. Nous échangeâmes quelques coups légers. La crasse du sable salissait ma tunique tandis que la sueur collait mes cheveux à ma nuque. Mais je ne m'y attardais pas. Je me sentais si puissante, qu'aucun détail de ce genre pouvait m'atteindre. « Sayyidatî Enora ! » Sans me déconcentrer, je jetais un rapide coup d'oeil dans la direction de la voix. Un jeune garçon d'à peine quinze ans courait vers nous, se frayant un chemin dans la foule. Je fis signe à mon adversaire de faire un temps-mort. J'avais encore cette autorité sur lui, et il ne pouvait le nier. Il soupira, mais s'exécuta. Je cru entendre une insulte émaner de sa bouche, mais je fis comme si de rien n'était. « Sayyidatî Enora ! Maître Kaveh m'envoie vous dire de rejoindre la demeure. » Essouflé, il avait quand même réussi à me transmettre son message. J'arquais un sourcil, surprise d'une telle demande. « Pour quel motif ? » Le gamin se redressa, reprenant davantage son souffle. Il s'approcha de moi afin de murmurer « Une caravane de Kleryana arrive. » Je crispais la mâchoire, tout en lui faisant un léger signe de tête pour lui confirmer ses paroles. Il m'adressa un sourire, puis reparti d'où il venait en courant. Je me sentais nerveuse. Trop nerveuse, et pourtant, je n'avais aucune preuve qu'il venait en personne. Après tout, c'était peut-être un messager pour informer Kaveh d'un quelconque ordre de mission.

La foule autour de moi s'impatientait, tout comme mon adversaire. Quant à moi, une sensation d'adrénaline monta en moi tel le venin d'un serpent. Je regardais l'homme chargé des comptes. Il me montra la coquette somme que pourrait emporter le vainqueur. Je sourirais, et me remis en position de combat. Cependant, je n'étais pas assez concentrée et mes coups se perdaient rapidement. Il me percuta de plein fouet et me fit tomber au sol sur le dos. Je roulais sur moi-même et parvins à me relever rapidement. Je faiblissais, et devais me rendre à l'évidence que le poison faisait encore effet dans mon corps. Justement, mon adversaire me frappa au flan, à l'endroit exact de ma cicatrice. Je me courbais sous la douleur et manquait de tomber à terre. Je clignais des yeux, mais me redressa tant bien que mal. La douleur se répandit dans mon coeur, telle que je l'a connaissais parfaitement. Je devais mettre un terme à ce combat avant de perdre lamentablement. A mon tour, je le frappais au ventre. Une fois courbé, je lui assénais un coup de genou dans le nez. Puis dans la nuque. Enfin, il tomba à terre sous l'acclamation de la foule. Moment de gloire de courte durée, car un sifflement de la muraille interrompit l'agitation. Je levais la tête et mon coeur s'arrêta de battre un instant. Il était là, aux côtés de Kaveh, et je sentais son regard sur ma peau transpirante. Mon mentor me conseilla de rejoindre la demeure des assassins. Je ne répondis pas, mes yeux accrochés à Slorak et à la surprise de sa venue dans la cité. Ils se mirent en route vers ma maison, sans se retourner.

Une fois partis, la foule reprit son acclamation et demandait déjà un autre combat. Sans moi cette fois-ci, bien que la coutume veuille que le gagnant choisisse son prochain adversaire. Je récupérais l'argent et me mit en route vers la maison des Hashashiyyin, la gorge serrée. Mes pensées se bousculaient dans ma tête et restaient immanquablement accrochées à la vision de Slorak. Pourquoi était-il venu jusqu’ici ? Que voulait-il ? Je comprenais trop vite que Kleryana me rattrapais toujours, quoique je puisse faire. Et quelque chose me disait que cette fois-ci, je n'arriverai pas à m'en débarrasser si vite.
Je me dépêchais et arrivait rapidement chez moi. Si j'avais de la chance, et si Kaveh était un temps soit peu clément, il ferait un léger détour pour me faire gagner du temps. J'entrais comme une furie et me dirigeais sans attendre vers les bains. Je croisais un domestique qui portait un plateau en argent avec du thé. Ils arrivaient donc. J’accélérais le pas et traversais la maison. Les bains se trouvaient à l'extrémité et étaient déserts à l'heure là. Je poussais la porte et entrais, tout en me déshabillant. Je rentrais dans l'eau fraîche tandis qu'Inyala, une domestique entrait avec du savon à l'huile d'olive. Elle me gronda doucement pour mon comportement. Je l'a laissais faire, l'écoutant que d'une oreille. Je lui permettais ces paroles, comme aux quelques domestiques de cette maison. Ils étaient habitants comme nous tous dans cette demeure. Elle me lavait les cheveux, puis je plongeais entièrement dans l'eau pour me rincer. J'y restais un instant, toujours aussi songeuse sur la venue du roi de Kleryana.

Quelques instants plus tard, je sortis de l'eau. Inyala m'avait apporté des vêtements propres que j'enfilais rapidement. Elle avait choisis une tunique blanche qui descendait à mis cuisse, sur un pantalon noir. Je refermais mes bottes par dessus, tandis que ma domestique tentait de me coiffer. Je rigolais sans me laisser faire: «Tu en as assez fait Inyala, merci. » Elle me sourit, puis sortit de la pièce. Les cheveux encore mouillés, je sortais à mon tour des bains et me dirigeais vers le salon des invités, certaine d'y trouver Slorak et Kaveh. Je marchais lentement, les entendant discuter. Lorsque j'entendis la voix du roi de Kleryana, un large sourire naquit sur mes lèvres. Bien que j'étais surprise et curieuse de sa visite, je n'en étais pas moins heureuse. Cependant, je décidais de ne pas le montrer et effaça comme je pouvais ce sourire. Je passais l'encadrement qui formait une voûte orientale et posais directement mes yeux sur Slorak. Je souriais toujours en coin, mais plus timidement. J'hochais la tête en signe de bienvenue. « Bonjour Sire ! » Je ne l'avais pas revu depuis son couronnement à Elbereth, et je ne savais toujours pas comment me conduire avec lui.
Je contournais Kaveh, qui me servait du thé, et m'installa sur des coussins. Je décidais de me montrer polie, et repris la parole : « C'est une surprise de te... » Je marquais une pause, confuse. Je n'avais aucune idée comment m'adresser à lui. « De vous voir dans notre cité. Agréablement surprise. » Il semblait s'amuser de mon malaise. Je portais mon gobelet à mes lèvres, et dégustait ce thé aux saveurs douces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 27



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Mer 6 Juil - 6:06

En effet mon ami....je n'ai pas fait toute cette route pour rien.

Ces paroles résonnèrent dans ma bouche comme le son d'une confession. Acceptant l'hospitalité de mon hôte, je pris place dans la pièce ou nous trouvâmes refuge pour cet entretient plus qu' officieux. Je portais ma main dans les plis de mon manteau pour en ressortir un parchemin plié, dont le sceau était brisé. Il s'agissait d'un message du sud du royaume que l'un de mes assassins m'avait fait parvenir. Je le tendais a Kaveh afin qu'il puissent en prendre connaissance. Le voyant poser ses yeux sur l'écrit je pris les devant.

Pour résumer la situation, les attaques au Sud de Kleryana sont le fruit d'une trahison des seigneurs du Sud. L'attaque contre le village de Klenwing a été possible par le concours de ces derniers qui ont ordonné la retraite de soldat en faction non loin du mur et dont la vocation était la surveillance des montagne. Une armée entière ne peut franchir se passage, mais des groupes de petites tailles peuvent passer sur nos terres par cet endroit.

La vérité que j'allais admettre me glaçait le sang.

Il y a des traitres parmi la noblesse, et je pense que ce changement de positionnement a été motivé par une personne que nous ne connaissons que trop bien.

Je serrais les dents, chassant de mon esprit l'image de mon frère continuant a agir contre les intérêts de mes terres. S'il était vraiment mon frère, je n'aurais eu aucun scrupule a le tuer.Mais la question ne se posait plus a présent que les récents événement avaient apporté leur lots d'information et que ma véritable fratrie m'avait été révélé .

La situation me laisse penser penser qu'en l'absence de preuve, la condamnation a morts des responsable serait un désastre diplomatique pour l'équilibre du royaume. La paix est encore trop fragile, et mon peuple n'est pas prêt a supporter une nouvelle guerre civile, d'autant plus que la menace du Sud est bien réelle et l'armée se doit de s'économiser pour repousser les envahisseur du Sud. Aussi j'ai donc besoin des services de tes assassins pour trouver les preuves qu'il me faut, car je ne peux pas détacher les hommes de mon ordre a cette mission. Ils se doivent de surveiller la montagne, et d'un autre côté les hommes en réserve traversent le royaume pour neutraliser les derniers partisants affichés d'Hadrian. Plus vite ils mourront et moins grande sera l'opportunité que se fléau se répande.

Mais il n'y avait pas que ce problème qui me préoccupait. L'intégrité des civils était ma priorité absolue, et avec les menaces de guerres civiles et de guerres ouvertes avec l'Empire noir, il fallait trouver une solution pour les protéger.

Les régions du Sud comportent une importante population agricole. Ils ne quitteront leur champs et leur ferme seulement lorsqu'ils n'auront pas le choix a savoir, lorsque leur terres seront frappé par la guerre. en soit ce n'est pas un problème, mais un exil jusqu'a Elbereth serait trop long, et en cas de raids ennemis, ils traverseraient des terres a découvert. C'est donc vers toi que je me retourne. Si cela doit se produire, je viens demander la permission de mener mon peuple a Shanaz, qui est géographiquement moins loin et plus sure. Il faudra des caravanes pour leur venir en aide dans leur traversé du désert, mais il me faut dabord ton autorisation mon ami !

Je tendis un autre parchemin vers l'oriental.

Si tu acceptes, voila une contre partie humble, certes, mais qui devrait faire avancer nos deux sociétés. Par cet écrits, je te fais chevalier honorifique de la couronne de Kleryana, et m'engage venir au secours de Shanaz, si un jour un fléau s'abat sur cette cité !

Je souriais.

qu'en dis tu ?

C'est alors que mon regard fut attiré par une silhouette dans l'encadrement de la porte. S'était elle, dans toute sa splendeur. Un joyaux oriental. Un modèle de perfection. Elle était la, souriant, illuminant ainsi se visage angélique. elle n'avait pas changé depuis son départ d'Elbereth, si ce n'était que sa beauté était encore plus frappante. De sa voix douce elle me salua. Je m'amusait de sa gêne.

Inutile de me parler comme a un souverrain. Ici je ne suis qu'un assassin...un alter ego ! Heureux que ta santé se soit améliorer Enora !

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

▌Date d'inscription : 19/11/2010
▌Messages : 54
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 2
Expérience :
55/63  (55/63)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Jeu 7 Juil - 8:25

Kaveh prit le temps de lire le parchemin, même lorsque Slorak lui exposa ses problèmes. Ce serait mentir de dire qu'il n'était pas dans une situation difficile, et Hadrian ne lui rendait pas la tâche facile. L'oriental réfléchit à ce qu'il aurait pu voir ou entendre lors de son voyage à travers Kleryana, mais rien ne lui vint à l'esprit. Bien sûr, le peuple en Isowen parlait peu, mais il n'avait pas insisté car ces gens étaient méfiants de ce qu'il se passait sur leurs terres. Il fallait bien évidemment chercher au-dessus d'eux.

« Je me souviens d'un peuple qui a peur en Isowen, alors que les autres régions fêtaient ta victoire. Mais il en a toujours été ainsi sur ces terres. Je n'ai jamais aimé les traverser, même lors du règne de ton père. »

Sa proposition était convaincante, mais Kaveh devait spécifier une chose à Slorak; la ville n'était pas sienne. L'empereur l'avait offert à une autre personne. Justement, celle-ci entra discrètement. L'oriental remarqua avec un léger sourire, le petit malaise qu'elle exprimait, mais se garda toutes remarques dans le but de la taquiner. Il observa sa protégée, et ses yeux attendrit par la présence du roi de Kleryana. Et pourtant, il savait que leurs mondes était trop différents pour être compatibles. Une fois Enora installée, il reprit la parole:

« Il était sûr que tu aurais rapidement des ennemis, et tes plus proches alliés devront vérifier leur loyauté envers toi. Hadrian a laissé de nombreuses marques qu'il te faudra effacer. Et certaines seront plus coriaces que d'autres. Tu te souviens à Elbereth, à peine que tu étais sur le trône qu'on a tenté de te tuer. Quelque chose me dit que ce ne sera pas la dernière fois. »

Il marqua une courte pause. Kleryana traversait des heures sombres, et Slorak cherchait des alliés. Ilinsah en était un, puissant qui plus est, mais encore fallait-il l'aval de l'empereur. L'idée de ne pas avertir celui-ci lui traversa l'esprit, mais c'était un risque à prendre. Et Kaveh ne pouvait se le permettre.

« Nous avons également eu des attaques du Royaume Sombre, mais elles étaient isolées et pas importantes. Je pense plutôt que l'Empereur Noir tentera d'abord de s'en prendre à Kleryana avant d'affronter Ilinsah. Il faut donc d'abord apporter notre aide à nos voisins. »

Kaveh savait que Slorak comprenait. D'autant que sa proposition de le nommer chevalier de la couronne. Il se demanda néanmoins si cela était possible en vivant ici. Mais là n'était pas la question, car cette proposition ne s'adressait pas directement à lui. Cependant, Slorak ne semblait pas savoir qui était véritablement à la tête de la cité. L'oriental tendit les parchemins à Enora, en lui racontant la situation en deux mots.

« Ta proposition est très intéressant, mon ami. Mais seule Enora représente la ville et son peuple. »

Un homme se présenta sous la voute. Kaveh s'excusa et se leva afin de recueillir le motif de ce dérangement. Une affaire pas plus importante que cela, mais l'oriental prit la décision de laisser ce moment de répit à sa protégée. Il savait qu'elle prendrait la meilleure décision, si elle ne se montrait pas trop impulsive comme à son habitude. Dans son dialecte, il encouragea la jeune femme à montrer certaines archives au roi. Puis, il s'inclina et prit congé en se dirigeant vers les portes de la demeure.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Abd al-Krim
Hashishiyyin
avatar

▌Date d'inscription : 06/08/2010
▌Messages : 532
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 9
Expérience :
577/589  (577/589)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Sam 9 Juil - 10:45

Je n'avais eu de cesse de le regarder durant cet entretien. Kaveh me parlait, et bien que je l'écoutais attentivement, mes yeux restaient accrochés au souverain de Kleryana. Je retraçais dans mon esprit notre courte histoire, qui pourtant avait plus de dix ans. Au départ, il était ce prince et dorénavant, il était ce roi que tout le monde espérait. Ces dix années de clandestinités l'avaient ouvertement transformées et je devais admettre qu'il serait un grand roi. Cependant, j'espérais qu'il resterait loin de moi, car seule l'envie d'oublier prenait le dessus sur tout le reste.

Oublier.

Je n'avais rien d'autre à espérer et voulait retrouver ma liberté d'autrefois. Celle que la sorcière m'avait prise.

Kaveh me tendit le parchemin qui portait le sceau de Kleryana. Tout en l'écoutant me résumer la situation, je parcourais le document minutieusement, comprenant parfaitement la situation. Je tournais la tête lorsqu'il émit mon nom et je sentis que Slorak était un temps soit peu surpris de cette révélation. Je lui adressais un sourire sans pour autant lui adresser une quelconque parole. Kaveh sortit de la pièce sans que j'y fasse véritablement attention. J'étais toujours concentré sur le parchemin. Je levais la tête vers Slorak. « L'empereur Farhaad m'a offert la tutelle de la cité contre des ordres de mission. » Je reposais le parchemin sur la table et bu une gorgée de thé. Je plongeais mes yeux clairs dans ceux de ce roi. Je ne devais pas me mentir et avouer qu'il avait quelque chose qui m'impressionnait et m'intriguais à la fois. Cependant, ce n'était pas le moment de mes éternelles interrogations, et je me devais de rester concentré sur le pourquoi de sa venue. Kaveh avait raison, mais je n'avais pas à prendre une ultime décision concernant l'avenir de la ville. J'étais parfaitement consciente que c'était à double tranchant, soit j'avais tout à gagner, soit je perdais tout. Je lui fis part de mes inquiétudes: « La décision ne me revient pas de droit, Slorak. La ville est sous ma tutelle mais elle ne m'appartient pas. Laisse-moi y réfléchir. » Je bu une nouvelle gorgée de thé sans le quitter des yeux. De toute façon, après un tel voyage, il ne risquait pas de repartir dans la même journée. L'idée de m'éloigner de lui tenta de prendre le dessus, mais finalement, je cédais peu à peu à la tentation. Kaveh n'aura qu'à l'emmener lui-même aux archives pour voir je ne sais quoi.

Je m'avançais pour poser mon gobelet sur la table et adressais un sourire à Slorak : « Le voyage a été très long. Je suppose que Kaveh te l'a dit, mais tu es ici chez toi. » Mon regard fut plus insistant. « Autant de temps que tu le souhaite. » Je me levais brusquement et me dirigeais vers la sortie de la pièce. J'interpellais Inyala qui passait non loin les bras chargés de tissus. Elle me fit savoir que l'atelier était prêt pour loger les hommes du roi, et que notre meilleure chambre accueillait dignement le souverain de Kleryana. Elle me parlait dans la langue de l'empire et lorsqu'elle m'adressa un sourire en coin, rempli de sous entendu en jetant un oeil à Slorak, je fus bien contente que celui-ci ne comprenait pas. Je souris à mon tour, tout en lui tournant le dos, et m'adresse à ma domestique : « Préparons un banquet digne des contes orientaux pour nos invités. Je te laisse t'en occuper. » Inyala hocha la tête pour m'indiquer son accord et se dirigea prestement vers les cuisines.

Je me retournais vers Slorak qui n'avait pas bougé. « Suis-moi, je vais te montrer tes appartements. Tu as certainement envie de te rafraîchir. » Je marchais devant lui, lui indiquant le chemin. La demeure n'était ni trop grande, ni trop petite. Nous passâmes devant le bassin d'eau au centre de la cour et comme à chaque fois, l'image de ma mère morte dans cette eau me vint en mémoire. Il faudrait peut-être que je songe à mettre un autre bassin ou je ne sais quoi qui m'aiderait à oublier le visage malsain de ma génitrice. Je me fis violence pour penser à autre chose alors que Slorak me suivait en silence. Je sentais son regard dans mon dos, mais décidait de ne pas y faire attention. Une fois arrivée au deuxième étage, je me retournais pour lui parler tout en marchant : « La maison appartenait à mes parents. Ils sont tous les deux morts à quelques années d'intervalles. Depuis, c'est devenue la maison mère des Dragons Noirs. » Nous arrivâmes devant une porte en bois simple. Je la poussais pour découvrir une chambre au couleurs chaudes; des voilages rouge et orange ornaient le plafond et descendaient doucement sur les murs. Un lit en bois clair se trouvait derrière un paravent au fond de la pièce, tandis que le reste de la chambre présentait le meilleur confort possible. A l'oriental.Je le fis entrer, le suivant de peu et me dirigeais vers les grandes ouvertures qui donnaient sur un balcon à l'ombre à ce moment de la journée. Les rideaux qui filtraient la lumière du soleil dansaient avec la brise qui se levait. La vue était imprenable sur la ville et sur le désert au loin. Je m'adossais contre un pilier: « L'avantage de cette chambre est que le soleil vient le matin réchauffer la fraîcheur de la nuit. Une fois le zénith passé, il disparaît derrière la maison. » Je l'observais découvrir ses appartements. Il portait l'uniforme de la royauté de Kleryana, mais teint en noir. Je devais admettre que ça lui allait plutôt bien. Mais il devait avoir chaud. J'esquissais un sourire et baissait les yeux : « Tu risque d'avoir chaud. Si tu veux, je peux te trouver des vêtements qui protègent de la chaleur et du soleil. » Je relevais la tête et souriais de plus belle.

Je me dirigeais sur le balcon, tout en prenant soin de rester à l'ombre. D'une main, je lui indiquait les différents endroits de la ville, puis le désert au loin. On pouvait voir quelques caravanes se déplacer lentement. « Si tu le souhaite, je te servirai de guide. Et nous pourrions faire une course dans le désert et je te prouverai que les chevaux orientaux vont plus vite que les vôtres ! » Je me retournais vers lui, et lui adressais un regard grave : « A moins que tu sois uniquement venu pour des affaires politiques. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 27



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Mar 12 Juil - 1:58

Ainsi donc, le destin de mon royaume reposait sur l'aide de celle qui par le passé, avait tenté de m'assassiner ! Pas très rassurant dans l'absolue, mais je savais que négocier était possible. Nous marchions un court instant a travers la ville avant d'atteindre ce qui s'apparentait a mes quartiers. Une très jolie pièce en soi, mais trop luxueuse a mon goût. Après avoir passé dix année a croupir dans les bois et les montagne, a coucher sur la dure, j'avais une certaines hésitation a accepter le luxe que tout le monde m'offrait, y compris a Kleryana.

C'est trop d'honneur que voila ! Dormir auprès de mes hommes, aurait été largement suffisant, mais la bienséance ne me permet pas de refuser un tel présent.

Je m'approchais du lit, en désengageant ma cape de mes épaules. Elle tomba sur le bord du lit. J'avançais alors vers la fenêtre, le soleil dans le visage me forçait a plier légèrement les sourcils, et fermer partiellement les paupières. Je m'arrêtait face a la fenêtre, fixant le desert; Au loin, a plusieurs lieues d'ici, des hommes se battaient et mourraient en mon nom au pied du mur de Mewen. Je tentais de chasser ses images et leur hurlement d'agonie de mon esprit, mais la raison l'emportait, il me fallait être a leur côté le plus rapidement possible, avec tout le soutient militaire disponible, sans dégarnir les garnison du Nord et la Garde Noire d'Elbereth. Je tournais lentement, restant a contre jour, afin de masquer toute traces d'émotion sur mes traits. Lorsque me regard se posa sur elle, je sentis mon coeur se gonfler d'une joie inexplicable. Comment faisait elle , était elle une sorcière ? Une enchanteresse ? Non elle avait tout ce qui était de plus normal dans son âme, et dans sa beauté.


En effet ! Je suis venu ici pour affaires politiques...


Je m'avançais quelque peu vers elle, gardant l'avantage du soleil, pour que mon visage ne soit qu'une ombre, sur laquelle dansait deux émeraudes. Après quelque pas, mon visage pouvait lui apparaitre, laissant transparaître un sourire amusé !

Mais au diable la politique ! Allons donc a l'aventure. Parcourons le désert sur nos chevaux.

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Abd al-Krim
Hashishiyyin
avatar

▌Date d'inscription : 06/08/2010
▌Messages : 532
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 9
Expérience :
577/589  (577/589)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Mer 3 Aoû - 8:51

J'observais ce roi. Je n'avais pas vraiment vu ses traits jusqu'à maintenant, et je sentis mon coeur se serrer. Cette sensation ne me paraissait pas désagréable, mais je ne m'en réjouissait pas pour autant. L'envie de me rapprocher de lui effleura mon esprit et pourtant je la combattais férocement. Je tentais de résister de toute mon âme, bien que je sentais que celle-ci ne se concentrait uniquement sur ce roi.

Un large sourire naquit sur mes lèvres, et je ne pu le dissimuler. M'ouvrir à cet homme me paraissait tellement impensable que je le faisais sans même m'en rendre compte. « Viens ! » Je sortis de la chambre tandis que Slorak m’emboîtait le pas. Nous sortîmes sous le regard des membres de la guilde des Dragons Noirs. Alors que nous traversions la ville sous un soleil de plomb, je lui servais de guide, racontant les exploits de cette cité ancestrale. Shahnaz était un point stratégique pour l'empire car elle ouvrait les portes du désert qui menait à la capitale. Nous nous arrêtâmes à divers endroits, bien souvent des étalages de marchands venus de loin: je montrais à Slorak les épices de nos contrées, ainsi que les herbes, fleurs, tissus... Il semblait m'écouter attentivement, et j'espérais de ce fait lui faire oublier les tensions de son royaume.
Une fois arrivés dans l'écurie, on scella nos chevaux. Je pris soin de choisir Azur, mon fidèle destrier, reconnu pour sa grande vitesse. Une fois prêts, je fis signe à Slorak de me suivre et nous sortîmes de la ville. A nos pieds, se dressait l'immensité du désert oriental: du sable mélangé à des rochers. Les grandes dunes se dressaient à plusieurs lieux de là. Je me tournais vers le roi et lui adressais un large sourire. Puis, je claquais les rennes d'Azur qui démarra au triple galop. Ainsi, nous parcourûmes une grande distance et je savais parfaitement où j'allais. Slorak n'était pas loin derrière moi, et me suivait attentivement afin de ne pas perdre ma trace. Ce désert représentait la mort pour beaucoup, alors qu'il suffisait de le comprendre.

Au bout d'une bonne heure, nous arrivâmes à une oasis; des palmiers verts poussaient au-dessus d'une mare à l'eau translucide. Les chevaux se désaltérèrent, tandis que je remplissais la gourde que j'avais emporté. Je l'a partageais avec le roi, qui visiblement n'appréciait pas tellement que ça la chaleur. Je riais de le voir ainsi. Installés à l'ombre, je lui expliquais la création du désert selon nos dieux, pas si différents de ceux de Kleryana. Nous restâmes ainsi pendant un long moment, au milieu de l'immensité silencieuse. Je me tournais vers lui, afin d'apercevoir ses yeux émeraudes:« Je me souviens d'un prince qui contait les merveilles de son royaume. Il me racontait les exploits des chevaux de son pays, et ne croyait pas qu'il existait des chevaux à la robe noir beaucoup plus rapide. » Je me rapprochais de lui, voulant sentir son souffle sur ma peau. « Je me souviens d'un prince oublié lors d'une nuit. » Un cri aérien résonna parmi les dunes: je levais la tête pour voir un des faucon de Kaveh qui tournoyait au-dessus de nos têtes. Je fis un sourire à Slorak et l'invita à rentrer à Shahnaz. Le chemin du retour se fit sous l'éclat du crépuscule. Le sable semblait absorber les rayons roses du soleil. A plusieurs reprises je me retournais et il me semblait apercevoir l'émerveillement dans les yeux du roi.

Une fois de retour dans la cité, je conduisis le roi aux bains et à ses appartements afin qui se repose et se prépare pour le banquet. Je mis deux domestiques à son service en lui spécifiant qu'ils n'étaient pas esclaves. Puis, je montais dans mes appartements, afin de me préparer à mon tour. Une fois lavée, j'entrepris de m'habiller d'une robe légère aux couleurs écrues. Centrée à la taille, elle reposait sur les épaules, sans les manches et descendait en dessous des chevilles. Je relevais mes cheveux avec une pince et posait sur mon poignet un bracelet aux couleurs dorés. Une fois prête, je restais assise un moment, pensive à la demande de Slorak. Celle-ci me paraissait dangereuse vis à vis de l'empereur et je ne cessais de vouloir connaître sa réponse face à cette situation. Pourtant, le temps jouait contre nous et je me devais de faire un choix. Dans ma tête, je parcourais les diverses possibilités et les hommes en qui j'avais parfaitement confiance. J'espérais juste qu'il ne précipite pas son retour à Kleryana. J'avais parfaitement conscience de la gravité de la situation, et pourtant, je le voulais près de moi.

Je me levais et sortis de mes appartements. Le banquet se déroulait dans la maison qui brillait de miles couleurs grâce à des lanternes et des tissus vifs. La musique résonnait dans toute la demeure et des danseuses du ventre présentaient leurs danses aux hommes de Kleryana. Je parcourais le bâtiment, lorsque je vis Slorak discutant avec ses hommes au bord de la fontaine dans la cour centrale. Je m'approchais de lui, et ses hommes se retiraient, sauf un que je cru reconnaître comme étant Lord Gregor, un de ses plus fidèles alliés. Sa présence ne me dérangeais pas et après l'ayant salué, je m'adressais au roi : « Tu as mon accord. Des caravanes seront prêtes à des points stratégiques de la frontière que nous définirons ensemble. Ton peuple trouvera refuge entre ces murs. J'étais à Klewing, et je connais le pouvoir des Uruloki pour en avoir déjà rencontré. Le mal qui menace ton royaume menace également le mien, et je pense qu'il est important de garder une puissante alliance. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 27



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Lun 15 Aoû - 2:13

L'eau bruit de l'eau qui s'écoulait avec douceur dans la fontaine sculpté, a côté de laquelle nous étions, était un contraste agréable avec lui vacarme de la fête. Chant, rires, musique, et éclat de voix en tout genre était une agression sonore, qui, il fallait l'avouer, était toujours plaisante a écouter. L'espace d'un instant les musicien orientaux avaient remplacé les tambours de guerres. Les danseuses du ventre offrait un spectacle d'une grâce surpassant celle des charges de cavalerie. L'espace d'une soirée, nous pouvions rompre ce sentiment d'oppression et de menace qui envahissait tout Kleryana depuis quelques semaines !

Qu'en est il des garnisons du Sud ?

Aucune nouvelles, mais nous en aurons dès que le régiment de Lord Eryl, aura atteint sa destination !

Et au nord ?

Il semblerait que les tensions a la frontière s'intensifient, mais pour le moment parler d'invasion serait prématuré !

Je suis volontaire pour servir dans le desert blanc Monseigneur !

Sois sans crainte, tu pourra retourner au Nord près des tiens, sans pour autant avoir a y combattre,après tes exploits durant le siège d'Hecara et notament la defense des ruines de la porte noire, je peux t'accorder quelques jours aurpès de ta famille, en te détachant de tes obligations de soldat, Lord Kendric.

L'assemblé émis un leger rire moqueur. A mesure que le temps passait, de charmantes jeunes filles tournaient autour de nous, dévorant mes hommes du regard. Tous, dans leur discipline respecté de tout leur être, ne répondirent a leur avances en ma présence. Puis au milieu de cette foule, de ses effluves, et de tout ces chants, une jeune femme captiva mon regard...s'était elle !

Messieurs ! Rompez, profitez de votre soirée et n'abusez pas sur l'alcool, je veux que vous soyez tous prêt a prendre la route demain si necessaire !

Les hommes s'executèrent prenant congé de ma présence d'un salu respectueux, et s'en allant danser et chanter, en charmante compagnie. Lord Gregor s'appreta a les rejoindre alors qu'elle arrivait a notre hauteur.

Pas vous Lord Gregor ! Ne soyez pas si humble. Vous êtes un homme de confiance, et vous le savez !

Elle se planta devant nous, et je ne pouvais m'empecher de succomber a son charme. Elle était simplement magnifique, et resplendissait d'un charme propre a sa patrie. Je n'eu même pas le temps de prononcer le moindre mot. Je restais figé par son charme.

« Tu as mon accord. Des caravanes seront prêtes à des points stratégiques de la frontière que nous définirons ensemble. Ton peuple trouvera refuge entre ces murs. J'étais à Klewing, et je connais le pouvoir des Uruloki pour en avoir déjà rencontré. Le mal qui menace ton royaume menace également le mien, et je pense qu'il est important de garder une puissante alliance. »

Alors ainsi, son choix était fait. Cela me convenait au plus haut point. Je lui souriait en tout simplicité.

Lord Gregor !

L'homme se raidit instantanement au son de ma voix. Dans son bel uniforme de cérémonie, il représentait parfaitement l'image de notre peuple. Un peuple, fier, droit, et au service de son souverrain, qu'importe les circonstances !

Monseigneur ?!

Faites parvenir ce que vous venez d'entendre au conseil ! Une fois fait, détendez vous un peu, et profitez de cette soirée, en gardant un oeil sur nos hommes !

A vos ordres monseigneur !

Je le regardais s'en aller l'air joyeux, et enclin a la fête, puis je reportais mon regard sur la régente de la cité ! Je la remerciais d'un sourire et d'un signe de tête !

A présent que les affaires politiques sont reglées, si nous allions profitez de cette soirée ?

Sans même lui laisser le temps de répondre, je passais a côté d'elle, posant ma main sur sa hanche pour l'inviter a se retrourner et m'emboîter le pas. Nous nous rendions alors vers la table ou se dressait le banquet. Le jeune homme qui s'y trouvait m'accueilla d'un grand sourire, en agitant ses bras dans tout les sens, en me lançant une multitude de phrase, dans sa langue natale. Je ne comprennais pas tout, mais a en juger ce que mes notions me permettait de traduire, il nous invitais a gouter a ses breuvages !

Sers moi donc ce qu'il te plaira mon brave, et qu'il en soit ainsi pour la dameoiselle !

Alors que l'homme s'executait dans une bonne humeur presque forcée, je me tournais pour faire face a Enora !

Alors Enora ! Pas trop déçue de n'avoir pu mettre un terme a l'existence du Loup Noir ?

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enora Abd al-Krim
Hashishiyyin
avatar

▌Date d'inscription : 06/08/2010
▌Messages : 532
▌Age : 29



Feuille de personnage
Niveau: 9
Expérience :
577/589  (577/589)

MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   Dim 18 Sep - 5:49

Je souriais, machinalement ou non, mais un large sourire apparut sur mes lèvres. Je portais le gobelets à mes lèvres et bu une gorgée d'un mélange de nectar fruité avec une pointe d'alcool. La scène m'avait tout simplement fait rire, le domestique n'avait fait que son travail en proposant divers breuvages. Le choix du domestique avait était judicieux et bon, car la boisson qu'il nous offrit semblait convenir au roi. Je ne pouvais d'ailleurs pas détacher mon regard.
Je souriais davantage lorsqu'il me posa sa question. Avant de répondre, je l'attirais un peu plus loin que le buffet, en prenant rapidement des baies rouges qu'on trouve dans le désert. Je les portais dans ma bouche pour les déguster. « Ton frère serait au pouvoir, et j'assisterai, du haut de ma citée, à la chute de Kleryana. » Je plongeais mes yeux clairs dans ses émeraudes limpides. L'espace d'un instant, je nous revoyais dix années plus tôt, dans le palais d'Elbereth. J'avais l'impression qu'il me regardait avec ce même regard, cette même intensité, que j'avais préférer chasser de mon esprit. Tout revenait plus rapidement que je le pensais, et provoquais en moi une sensation des plus agréables. « Et puis, je n'aurai pas eu le privilège de t'accueillir dans ma cité. » J'esquissais un sourire, qui était à mon gout, lourd de sous entendus.

Nous restâmes un moment à bavarder, entrecouper d'hommes d'armes de Kleryana ou des Hashishiyyin. Je regardais la cour de la demeure, et à mon esprit, il n'y avait jamais eu autant de monde réunit autour de cette fontaine. Et surtout pas deux nations qui scellaient une alliance. Je ne me permettais pas d'être visionnaire, mais il me semblait à cette instant, que cette nuit, serait pour nous, un éclat de lumière au milieu de l'obscurité. Les serveuses qui passaient devant nous, adressaient à Slorak leurs plus beaux sourires, tandis que leurs tenues, assez déshabillées semblaient plaire aux militaires. Je voulais, que pendant cette nuit, ces hommes oublient ce qui les attendaient, qu'ils profitent de leur vie tout simplement.

La nuit était déjà bien entamée lorsque Kaveh grimpa sur une pile de tonneau en guise d'estrade. Il leva les bras pour que tous l'écoutent, et rapidement l'assemblée se tut. La musique cessa, laissant un peu de répit aux musiciens. Je me retournais pour apercevoir mon mentor. « Mes chers frères !! Ce soir est un soir à graver dans l'éternité, car ce soir nous célébrons une amitié sincère et durable qui se résume en une chose : l'alliance de nos deux contrées face aux attaques du Sud ! » La foule l'acclama à haute voix ! Des frissons mes parcouraient le dos lorsque j'entendis tous ces hommes fiers de représenter leur nation et de se battre pour sa liberté. « Ensemble, nous vaincrons ! » Sans quitter Kaveh des yeux, je glissais lentement ma main dans celle de Slorak. Le contact de sa peau contre la mienne amplifia les frissons qui parcouraient mon corps. J'entrelaçais mes doigts dans les siens au son des acclamations qui accompagnaient le discours de mon ami. « Ensemble, nous ne faisons qu'un ! » Alors qu'il descendait sous une ovation de joie, je serrais la main de Slorak et l'attirais en arrière dans l'obscurité des lampions. Je me laissais submergé par mes sentiments, mes envies, mes émotions. Je lâchais sa main lorsque je réagissais que nous étions entré dans la salle des bains. J'esquissais un nouveau sourire, et ferma doucement la porte de l'intérieur. La chaleur et l'humidité des lieux couvrait le bruit à l'extérieur, c'était comme s'il n'y avait plus que nous deux. J'avais durant des années tenté de refouler mes émotions, et il me semblait perdre tous mes moyens face à lui. Je m'approchais du roi, soutenant son regard noble. « Et puis, si je t'avais tué, je n'aurai pas eu le privilège de faire ça... » Je posais ma main dans sa nuque et déposais doucement mes lèvres sur les siennes. Les sensations agréables s'éprirent de mon corps et de mon esprit, et le temps de ce baiser, je ne tentais pas de les repousser. Je me reculais sans un mot et passais ma main sur sa tenue de cérémonie, effleurant les lanières de cuir, les coutures, et les symbole de la royauté de Kleryana. Je levais les yeux dans les siens, guettant la oindre émotions, la moindre réponse à ce baiser, tandis que de l'autre main, je retirais les accroches de sa cape qui tomba au sol. Tant qu'il ne réagissait pas, je défaisais les lanières de sa tenue...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin de tout [pv Enora & Slorak]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Loin de tout [pv Enora & Slorak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Vouloir être loin de tout et trouver quand même un emmerdeur [PV Cloche de Minuit]
» Oublions tous nos soucis et profitons de l'air frais loin de tout - Luzia
» Aujourd'hui je pars, loin de vous, loin de tout. {feat BUZZ / BREEZE & POWER} ||END||
» Quelques instants loin de tout [Privé Bardamu]
» Loin de l'Angleterre...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Kleryana  :: L'Empire d'Ilinsah :: + La ville des Hashashiyyin + :: Shahnaz :: Maison des Hashashiyyin-
Sauter vers: