AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
          

Partagez | 
 

 Une vérification dans la forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Une vérification dans la forêt   Mar 30 Mar - 5:30

Bientôt, le soleil allait se coucher. Bientôt, l'obscurité totale allait tomber sur cette grande forêt de Gwinhen, cette chère forêt qui était sous domination des Elfes, ces grands êtres gracieux et, dit-on, d'une beauté sans égale. HA ! Il n'en avait cure de ces faibles rumeurs provenant d'insignifiants voyageurs qui n'avaient eu le courage de franchir ce lieu mystèrieux.

Mais lui, lui, Morpheus, lui, il était entré dans cette forêt; il avait pénétré dans ce lieu dit dangereux; il était passé à travers les troncs des arbres et les feuillages touffues; il avait entendu le son distinct des animaux qui filaient par ici et par là. Finalement, qu'y avait-il à craindre dans pareil endroit ? Crainte ? Un lieu dangereux ? Elle était bien bonne celle-la.

Le Nécromancien avançait d'un pas sournois à travers les souches d'arbres et les épaisses buissons qui l'entouraient. Etait-ce la première fois qu'il était venu ici ? Sans doute... ou non. Peu importe n'est-ce pas ? Après tout, que s'était-il vraiment passé avant ? Y avait-il un passé réel ?

L'homme vêtu de noir arborait un sourire mauvais et satisfait. Il était enfin prêt. Il était enfin en mesure de continuer ce petit rituel. Pourquoi cette forêt ? Les Elfes pouvaient très bien le repérer si les dires étaient vrais !
Peu importe. Il s'en fichait bien trop. Tout ce qui comptait, c'était de continuer les recherches, les expériences.


*Ici, ça sera parfait.*

Il venait d'arriver dans un tout petit espace d'à peine quelques mètres carrés dénué d'arbres. Au-dessus de lui, il y avait une sorte de plafond semblant avoir été conçu à partir de feuilles et de branches. Quoi de plus pour préparer un parfait guet-apens dans une forêt qui devenait de plus en plus sombre à mesure que l'astre flamboyant s'éloignait derrière l'horizon ? De même, les lueurs de l'étoile parvenaient à peine à franchir les cimes des arbres afin d'éclairer ce sol herbeux.

Morpheus s'arrêta et regarda aux alentours avec un oeil d'aigle. Il haussa ensuite les épaules d'un air narquois et leva sa main, paume ouverte, droit devant lui, tendant son bras. Il ferma les yeux deux secondes puis les rouvrit.

Un craquement se fit entendre, suivi de brusques mouvements de la terre. Des os et de la chair putréfiée surgirent du sol et on y vit alors une véritable patrouille de mort-vivants et de squelettes. Ils étaient huit : trois squelettes et trois morts-vivants, accompagnés de deux sortes de chiens des enfers. Ils étaient armés de bouclier, de casque et d'armes blanches. Ils rompirent le silence en faisant craquer leurs ossements et en frottant leur chair pourrie. Au même instant, le soleil disparut, laissant un ciel bleu nuit. Les défunts levèrent les yeux au ciel et semblèrent rugir dans une torpeur immonde.


Hahaha... Quelle merveille. Quelle merveille. Quelle joie d'avoir tué ces gardes et ces imbéciles de chevaliers. Je ne regrette absolument pas !

Il fit mystèrieusement un geste de la main et des feux follets surgirent de ses doigts avant de voler vers les cadavres et d'y disparaître à l'intérieur.
Pour finir, il sembla réfléchir, un doigt sur les lèvres, admirant ses petites créations morbides. Celle-ci attendaient silencieusement, toisant d'un air inexpressif leur maître. Morpheus s'approcha ensuite des morts-vivants et les analysèrent du regard puis en passant ses doigts sur les visages asséchés. Dommage qu'il s'agissait ici de cadavres de mauvaise qualité. S'il avait pu en avoir un plus frais, cela aurait été excellent. Néanmoins, ce n'était pas important, du moment qu'il avait fini ses "vérifications".


Très bien, très bien. Ce n'est pas grave, hahaha... Allons, venez mes petits. Sortons de ces bois à présent. Avec un peu de chance, vous pourrez vous amuser et me divertir en même temps.

Suivi de son groupe putride, Morpheus continua de parcourir la forêt. Néanmoins, il se dirigeait vers la ville la plus proche avec un sourire mauvais.
Revenir en haut Aller en bas
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Jeu 1 Avr - 11:47

Le loup D' Hecara et son fidèle acolyte marchèrent a travers les plaines d'Elhenis, le long de la forêt elfique. Les deux compères venaient d'échapper a une patrouille de la garde. Autant dire qu'il avait pour projet de s'abriter dans les bois, le temps que le temps se passe avant de pouvoir rejoindre Hecara en toute quiétude. Alors que cette excursion chez les elfes devait se faire dans un silence religieux, un étrange bruit attira l'attention des deux chasseurs. Des pas ! Trop lourd pour être des elfes. Qui cela pouvait-il bien être ?

Approchant a pas furtif, l'assassin se morfondit dans la nuit, ne faisant plus qu'un avec le doux voile d'ébène. A sa grande surprise il aperçut un homme, visiblement un nécromancien, qui progressait a sa guise dans cette forêt suivit de sa cadavérique progéniture. L'assassin risqua alors une sortie, la main posé sur la garde d'Ecarlate.

A votre place j'éviterai les forêt elfiques si c 'est pour pratiquer votre noble magie.

L'assassin continua d'avancer, se tenant prêt a en découdre.

Que me vaut l'honneur de voir un nécromancien ici, alors que la purge a décimé une grande partie des votre ?

[ HRP : vraiment désolé pour ce poste de merde, mais je me remet au RP et j'avoue que je ne savais pas quoi répondre. je me rattrape au prochain. =) ]

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Ven 2 Avr - 6:53

Le silence des bois, dérangé par les pas, les grognements et les cliquetis des cadavres vivants, n'inspirait aucune émotion pour le Nécromancien. Celui-ci avait un regard satisfait, avec un sourire mauvais. Il se dirigeait tout droit comme si aucun arbre ne lui bloquait le passage, comme si la nature même se refusait de croiser sa route démoniaque. Les arbres les plus robustes semblèrent vieillir de plusieurs siècles à son passage, paraissant devenir gris, perdre la couleur de leur feuillage harmonieux.

Derrière lui, ces soldats foulaient ce sol herbeux tels des hyènes qui auraient senti une proie morte à des kilomètres de là. Leurs regards, pourtant inexpressifs, arboraient une impression de folie meurtrière et les squelettes, ayant l'air d'avoir conserver un éternel sourire, donnaient l'impression que leurs dents pourries pouvaient arracher n'importe quelle chair.

Soudain, alors que leur avancée continuait librement dans cette forêt elfique, les chiens des enfers s'arrêtèrent brusquement et commencèrent à grogner vers une direction prise, faisant face à ce coin sombre, là-bas, entre ces arbres et ces branches. Aussitôt, la troupe s'arrêta et se tourna vers l'endroit désigné.

Surgissant doucement de l'obscurité, un homme vêtu d'une tunique blanche, encapuchonné, s'approcha de la petite troupe. Avec une voix contrôlée, la main sur la garde de son épée, il conseilla à Morpheus d'éviter de pratiquer la magie noire dans un tel lieu elfique. Tout en s'avançant, il lui demanda quel honneur lui valait de voir un nécromancien alors que la "purge" avait éliminé la plupart des magiciens de la mort.

Morpheus esquissa un sourire narquois puis il sembla regarder tout autour de lui.


Un nécromancien ? Où ça ? Je n'en vois pas...

Les chiens commencèrent à aboyer avec violence. Bien que déjà morts, leurs gueules salivaient d'impatience à l'idée de voir une telle source de nourriture face à eux.

On se calme les petits, on se calme...

Il fit un signe à ses monstres, qui s'étaient déjà placés autour de lui, entre lui et ce nouveau venu, de ne pas agir. Cependant, les chiens, qui étaient restés en première ligne, continuèrent d'aboyer et de grogner. Leurs grognements étaient rauques, beaucoup plus rauques et graves que celle des chiens normaux, des chiens vivants. De plus, leurs ossements se claquaient entre eux lorsque sa mâchoire se refermaient brutalement.

Ne vous inquiétez pas, ils ne sont pas méchants.

D'un seul coup, une terrible détonation fit rompre le sol qui se craqua affreusement tandis que des dizaines de bras sortirent de la terre avant de s'agripper aux deux jambes de cet inconnu. De même, des doigts solides s'enroulèrent et attrappèrent aussitôt avec violence les pieds de cet homme vêtu de blanc. Avec une rapidité effroyable, des cadavres humides, luisants, tâchetés de terres et de boue firent leur apparition. Les premières têtes qui apparurent étaient dénudées de cheveux et leurs bouches grandes ouvertes laissaient entrevoir des langues jaunies et des dents presque noires. Leur chair était visqueux, presque violet. Leurs expressions semblaient tristes et désespérés, tels des damnés à qui on aurait laissé errer dans un monde parallèle entre les morts et les vivants.

Des mâchoires remplies de bactéries et d'autres microbes en tout genre, se refermèrent aussitôt sur les jambes de l'assassin tandis que les mains s'aggripaient et retenaient leur cible immobilisée. Avec ceci se rajoutèrent de longs ongles cadavériques qui griffèrent de toute leur force n'importe quelle partie du corps de cet énergumène. Au même moment, les chiens des enfers se ruèrent sur le personnage encapuchonné pour le basculer à terre. Un autre mort-vivant surgit du sol, semblant avoir été propulsé des entrailles de la terre pour se plaquer contre le dos de sa victime, et enroula le torse avec ses puissants bras décharnés.


Mais peut-être bien que moi je le suis... Bel effet de surprise ?

Bientôt, les morsures auront laissé leur salive sur le corps bien vivant de cet être humain. Le temps que les petits microbes s'infiltrent en lui. Bien entendu, il y avait encore une surprise de taille pour cet individu s'il avait le malheur d'éclater ne serait-ce qu'une seule partie de ces âmes défuntes.

Au final, si tout s'était bien passé, il y aura là une véritable mare de morts-vivants qui aurait noyé cet homme sous un tas de cadavres nauséabonds. Ceux-ci n'avaient guère l'intention de dévorer leur victime. Leur premier objectif était de transmettre la Maladie.


Hahaha... Qui aurait cru que j'aurais pu faire une prise pareille à peine arrivé dans ce cher petit bois ? Hey bien, hey bien, à qui ai-je donc affaire là ? Hmm ?

Des sangsues... Des sangsues recouvraient doucement le nécromancien et semblaient avoir été cachées en dessous de sa cape. Les petites créatures, qui pouvaient néanmoins être de taille variable, volèrent comme des mouches vers le gentilhomme, comme s'il s'agissait d'un mort décomposé.

Néanmoins, cet homme disait bien quelque chose à Morpheus. Peut-être aurait-il suffisamment de... valeur pour que le mage noir s'intéresse à lui ? Hohohohoooo....


*Intéressant... Intéressant...*

Au final, peut-être y avait-il vraiment quelque chose à faire avec ce gars-là. La suite viendra confirmer ses doutes.
Revenir en haut Aller en bas
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Ven 2 Avr - 11:06

L'assassin fut prit de surprise par la puissance et la célérité de cette attaque. Il savait pertinemment qu'il n'était pas de taille a rivaliser face a la magie de cet homme. Cette pression était insoutenable. Pour des nécromanciens, leur invocations étaient une sorte de progéniture a ne surtout pas violenter. Slorak devait être diplomate sans trop trainer, s'il ne voulais pas mourir étouffé. Il tenta de se dégager. En vain ! Ou était passé le reste de la section ? Il tenta un regard autour de lui, mais sa seule vision fut la chaire putréfié des macchabées. Il n'avait qu'une seule solution. Ces cadavres n'avait aucune volonté et la télékinésie était son salue.

Une onde de choc déplaça les corps dans les airs pour les placer devant leur maitre. La seconde suivante l'assassin se redressa d'une roulade en arrière, dégaina sa lame de son fourreaux et effectua un large geste circulaire qui aurai pu mettre a mort toute personne se trouvant a porté. Il fit ensuite un bond, suivit d'une acrobatie pour se retrouver sur une branche.

Alors, maintenant que nous en sommes chacun a notre aise, peut être pourrais-je savoir qui vous êtes ?

L'assassin toisa l'homme de son regard émeraude. Il ne lui inspirait rien de bon, pourtant cet homme dégageait quelque chose qui attiré d'une manière irrépressible l'intérêt de l'assassin.

Puisque la conversation n'est pas votre fort, je vais faire le premier pas.

L'assassin regagna le sol, en se laissant tomber de sa branche. Il n'avait pas besoin de son arme et rangea Ecarlate au fourreau. Sa puissance télékinésique lui permettrai de s'en sortir en cas de nouvelle attaque de l'au-delà.

Je suis le Loup d'Hecara, également connu sous le nom du prince déchu. Si vous n'êtes pas d'ici sachez que je suis le fils aîné du Roi, et le meneur de la résistance. D'un certain point de vue votre allié, car je suis contre la purge, orchestré par les magicien de mon père.

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Ven 2 Avr - 12:31

Il ne se débrouillait pas trop mal pour quelqu'un qui se retrouvait face à une horde de cadavres vivants. D'ailleurs, sa télékinésie révélait là une toute autre facette de ce qu'il pouvait cacher en lui. Quoi qu'il en soit, il se servit de sa faculté pour repousser les morts-vivants dans les airs avant de les rejeter au pied de leur "créateur" qui ne fit que baisser les yeux vers ce tas de chairs en décomposition et de tas d'ossements qui se fracassèrent là comme une pluie de chair. Cela ne ressemblait guère plus à rien, vu de loin en tout cas : on pouvait apercevoir une véritable mêlée de carcasses empilées les unes sur les autres, semblant être d'espèce différente chacune.

Le Nécromancien poussa un soupir, plaquant la paume de sa main droite contre son front, se frottant les cheveux avec ses doigts, d'un air las. Au même moment, les tas d'os et de chair pourrie commencèrent à bouger puis à reformer des morts-vivants, reconstituant alors la petite troupe en plus des nouveaux cadavres qu'il avait appelé. En quelques secondes, le groupe des âmes damnées naquit à nouveau.

Quant à lui, cet étrange personnage (on se demande lequel est le plus étrange entre les deux d'ailleurs) avait battu en retrait, perché sur un arbre. Cependant, il était déjà trop tard pour lui, dans une minute, il ne pourra même plus sauter voire même marcher. Néanmoins, cela dit... Ce gaillard n'avait pas l'air si "hostile" tant que ça. S'il avait voulu attaquer, pourquoi prendrait-il donc la peine de reposer tranquillement les petits monstres juste devant leur maître ? Peu importe.

L'homme vêtu de blanc prononça quelques brèves paroles que Morpheus ignora et qui se contenta d'afficher ce sourire narquois et mauvais. Voyant bien la réaction du mage noir, l'assassin redescendit de sa branche et rangea sa lame dans son fourreau. Il se présenta sous le nom du Loup d'Hecara, prince déchu, fils aîné du Roi, meneur de la résistance et surtout, allié de Morpheus Astaroth : quel surprenant C.V !


... Héhéhé... Hahaha... HAHAHAHAHAHAHAHAAAAA !!

Morpheus avait éclaté de rire : d'un rire à vous glacer le sang, un rire de fou, un rire de meurtrier sadique. Il reprit sa respiration et son regard de diable se riva sur celui de cet inconnu.

Mon allié hein ? Oui.. d'un certain point de vue, on peut dire, comme vous l'avez dit, que je suis un "Nécromancien". Haha. Oui d'accord, vous êtes mon allié. Cela va de soi. Fils du Roi ? Quel Roi ? Je ne vois aucun Roi sur ces terres... Oh... Vous voulez parler de ce "roi" là ? Hahahaha... Votre père... Le Roi... Quel mystèrieux individu se tient donc devant moi à l'instant même ? Hohoho...

Avec un claquement de doigt, certains morts-vivants aux corps décharnés gémirent de douleur et se tordirent par terre comme des vers qu'on écraserait. Ils avaient mal... Très mal. La douleur... Seule la douleur était exprimée par leurs expressions défigurées. Bientôt, leurs têtes commencèrent à fondre, à pourrir, lachant une odeur nauséabonde de charognes et de chair putréfiée. De leurs boîtes crâniennes sortirent alors un liquide verdâtre suivi d'un véritable nid de sangsues qui rampèrent à même le sol. Ces sangsues finirent par voler dans l'air et tournèrent autour de Morpheus telle une véritable nébulleuse des ténèbres. Un regard intéressé, le sourire aux lèvres, on aurait presque cru que Morpheus venait de découvrir pour la première fois ces petites merveilles de la nature.

Regardez donc. Il n'y a rien en ce monde qui puisse changer ces esprits défunts et ces fantômes. Moi ? Vous me demandez qui je suis ? Hahaha ! La réponse est pourtant simple non ? Je suis... MOI ! HAHAHAHA !!.. Un créateur, un mage noir, un "nécromancien", un diable, un démon. Tant de noms rien que pour me qualifier, voilà tout ce que j'ai pu entendre sortant de la bouche des misérables que j'ai exterminé !

La fierté, une fierté absolue dans ses actions et dans sa passion pour cet art maudit et maléfique. On aurait dit un dément mais pourtant, sa voix était glacée et calme, contrôlée. Rien dans ce qu'il disait ne semblait être de la pure folie tant sa façon de pensée était tellement clairement exprimée qu'on ne pouvait dire qu'il était réellement fou. Il avait seulement son idée, son opinion, et on le comprenait au-delà de ce masque terrifiant qu'il portait. Sa voix accordait donc à ceux qui l'entendent l'intérêt même à écouter ce qu'il pouvait dire sa vie, son objectif, le sujet de la vie et de la mort. Pourquoi donc se casser la tête à tout comprendre ? A tout définir ? Ce qui comptait, c'étaient les choses réelles et ce qui se passait sous nos yeux à l'instant présent. Lui ? Qui était-il ? Il n'avait pas menti. Pourquoi mentirait-il ? N'est-il donc pas un démon ? N'est-il donc pas un fameux "nécromancien" comme les gens aiment le définir en tant que tel ? N'est-il donc pas un créateur ? Ou plutôt invocateur ? Ne fait-il donc pas appel aux âmes errantes de venir le rejoindre ? Ou plutôt, le forcer à le rejoindre ? Oui.

Je suis désolé pour vous. Peut-être que si vous m'avez l'air... disons... plus convaincant, je penserais que vous serez certainement ce chien d'Hecara.

Oui, il s'était trompé dans ses derniers mots. Volontairement ou involontairement ? Quelle importance ?

Aussitôt, les sangsues volèrent comme des diablotins vers l'homme encapuchonné. Pourquoi donc ? Son sort était déjà scellé avec le virus. Alors pourquoi envoyer des sangsues encore et encore ?
Peu importe ? Oui. Peu importe.

Dans une minute; il suffisait d'attendre une minute.


*Ce "prince"... Héhéhé... Si c'est le cas, je sens que je vais bien plus me divertir dans les jours à venir. HAHAHAHAHAHAHAAAAA*
Revenir en haut Aller en bas
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Dim 4 Avr - 22:25

Slorak savait très bien que s'il restait là a attendre, les sangsues auraient un violent impact sur son corps. Il devait trouver un moyen de se sortir de cette mauvaise passe. Il n'eut alors qu'une seule et unique solution. L'espace d'un instant, une fraction de seconde, a peine le temps d'un battement de cils, le coeur de l'assassin se figea. Souffrant de cet arrêt son sang surchauffa, et ce fut a ce moment précis que tout aller se déclencher. Il leva ses paumes vers le ciel, et poussa un hurlement tel un guerrier, il le plaça face a cette nuée d'insecte. Il rapprocha ses mains de manière a ce que ces pouces se touche, et les écarta brutalement. L'air ambiant s'embrasa et a mesure que ses mains se distancèrent, une barrière de feu se dessina entre lui et la menace. avec un sourire de soulagement, il regarda les sangsues s'écraser contre cette barrière, et retomber au sol, complètement calciné et encore fumante. Cet impact magique allait bientôt ameuter tout les elfes de la forêt. Alors lui et son adversaire seraient pris pour cible. Il fallait en finir le plus rapidement possible. La barrière s'estompa et l'assassin dégaina sa lame, dont le frottement avec le fourreau déchira le silence si fragile qui s'était installé entre les deux adversaire se toisant du regard.

Je vois que la provocation est votre fort, et que vos intentions sont loin d'être aussi amicale que j'osais l'espérer.

Il fallait donc tenter de trouver un moyen de l'atteindre le plus rapidement et d'en finir avec lui. Le terrain était a son avantage. Arbre, buissons, fourrés épaisse. soutenue par le voile épais de la nuit sans lune, tout était possible pour se dissimuler. L'assassin entreprit donc l'assaut frontale. Il utilisa sa capacité a se fondre dans l'obscurité afin de disparaitre complètement au yeux de son ennemis. Cet homme venait de passer du statut d'adversaire a celui d'ennemi. Rien n'était plus excitant après tout, qu'un combat contre la mort elle-meme. L'assassin ne perdit pas une seule seconde. Arrivé a quelques pas de l'homme il tenta une acrobatie. En prenant appuie sur le tronc d'un arbre a proximité il bondit par dessus son adversaire. Se fut lors de son saut, a hauteur de l'invocateur, que l'assassin vit volte face. Il se contenta en premier lieu d'un simple coup de lame a l'arrière du genoux. Si son adversaire était réduit physiquement, peut être reconsidèrerait-il l'issue de son combat. Alors qu'il sentit sa lame entaillé la chaire de l'homme, il se dégagea aussi-tôt de sa position. En restant trop près du nécromancien, il était sans doute vulnérable. Sa mobilité et sa vitesse seraient ses alliés dans ce combat.

Après avoir enchainé des acrobaties en tout genre, il regagna sa position initiale. Il stoppa son enchantement et laissa les yeux de Morpheus le percevoir. Son regard émeraude avait changé de ton. La mélodie n'était plus a la compassion. Le rythme de son coeur était celui de la guerre et de la violence. L'assassin savait que s'il ne gagnait pas, il serait tué. Arme au poing il décida de faire le tour de sa cible afin de ne pas rester immobile et vulnérable. Sa voix avait changé. Elle était beaucoup plus grave. Sa respiration était plus rapide, mais restait régulière. Son sang dans ses veines, circulait rapidement. Tout ses muscles et tout ses sens étaient prêt a se mettre en branle pour parer une menace. Il tenta de résonner l'homme une dernière fois.

Cessons ce combat inutile. Dites moi ce que vous voulez et peut être pourrions nous trouver un accord.

L'assassin voyait le sang de l'homme sur le bout de sa lame. Son coup avait fait mouche. Peut être que cette blessure le raisonnerait....

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Mar 6 Avr - 6:23

La réaction de ce prince déchu ne se fit pas attendre : il leva les bras en l'air et beugla avant de placer ses mains jointes face à lui, contre la horde de sangsues et laissa dégager une vague de flammes sur celle-ci. En l'espace de quelques secondes, le feu illumina les alentours, éclairant alors les zones d'ombre de la forêt. Les sangsues calcinèrent sous la haute température et on aperçut, sortant de leurs minuscules corps, des sortes de flammes violettes, semblables à des âmes perdues, qui en sortirent et se dissipèrent dans l'atmopshère.

Profitant de ces flammes, Morpheus ne bougea pas et laissa sa troupe de morts-vivants faire le reste : ces gardes du corps se réunirent autour de lui en position de défense. Les chiens des enfers aboyèrent de plus belle mais leur maître les fit taire, conscients de ce qu'ils devaient faire pour l'aider au mieux.


*Intéressant, je n'aurais jamais cru qu'il puisse avoir des aptitudes magiques. Quelle surprise encore me réserve-t-il ?*

Quand les flammes disparurent, Slorak, tel était le nom du Loup d'Hecara, dégaina son arme qui produisit un son bien classique des lames qu'on sortait de leurs fourreaux. En brandissant son épée, il proféra quelques paroles inutiles, déclarant que la provocation est un petit jeu bien particulier, bien adapté, au Nécromancien et que les intentions de celui-ci n'étaient pas aussi amicales qu'il avait espéré. Mais enfin, que croyait-il ?

"Si le fait de brandir votre lame vous amuse, peut-être faudrait-il vous en servir ?"

Lui répondit Morpheus d'une voix moqueuse, un sourire narquois aux lèvres, avec une lueur étrange dans ses yeux bicolores.

Dès qu'il eut prononcé ces paroles, l'assassin disparut dans l'obscurité des bois elfiques. Quelques bruissements dans l'air, rien ne pouvait laisser présager où il allait ressurgir. Il fit quelques acrobaties, sautant de branches en branches, jusqu'à arriver dans le dos de son adversaire principal. D'un coup vif, sa lame fendit l'air afin de trancher l'arrière du genou du magicien obscur. Du sang jaillit de la blessure et gicla autant sur la lame de l'épée effilée que sur son possesseur.
Quand il eut fini son attaque sournoise, il retrouva son emplacement de départ et mit un terme à son enchantement, redevenant à nouveau visible aux yeux du jeune mage. Son regard émeraude lança des éclairs. Ses membres tremblaient, prêts à en découdre.

Il dit alors qu'il valait mieux cesser ce combat futile et lui demanda, à Morpheus, ce qu'il voulait précisément et que, s'il acceptait de le révéler, ils pourraient tous deux trouver une sorte d'arrangement où tous deux seraient gagnants dans l'affaire.


...Hahaha... HAHAHAHAHAHAAAAA !! [reprend sa respiration avec un semblant d'hysérie]

Qu'est-ce qu'il était drôle pour un monarche descendant. Ces propositions d'alliance et d'entraide étaient certes attirantes, mais pour le moment, tout n'était encore qu'un jeu pour Morpheus : un jeu où cet homme vêtu de blanc était le joueur, et lui, le maître du jeu. Du moins, c'était sa vision des choses.

Peut-être feriez-vous mieux de regarder QUI vous avez frappé précisément...

Derrière Morpheus, il y avait là le cadavre d'un cadavre... Oui bon... Le cadavre d'un mort-vivant plutôt... Bref... Il y avait là un cadavre de mort-vivant, à moitié sorti de terre et dont le cou avait été à moitié tranché, au niveau de la jugulaire notamment. Son sang d'un rouge presque violet immaculait le sol de terre. A côté de Morpheus, les chiens morts-vivants grognaient avec satisfaction, de la bave dégoulinant de leurs gueules nauséabonds.

C'est dommage... La transpiration, le contact avec mes petites bestioles en décomposition, tout ça n'a fait que vous donner une odeur bien forte, suffisamment pour que mes chers amis canins vous suivent à la trace, que vous soyez invisible ou non. Il n'aura suffi que de quelques secondes pour savoir où vous vous trouviez et prévoir l'appel de quelques morts-vivants de secours, enterrés sous terre.

L'homme aux cheveux noirs comme l'ébène souffla tout de même un bon coup. Il avait déjà remarqué comment cet individu avait pris l'initiative de venir tenir une conversation. Il était apparu de nulle part et de plus, ses chiens ne l'avaient senti qu'après son apparition. Il fallait donc quelque chose pour pouvoir le garder en "vue".

Héhéhé.. Dîtes-moi, mon "prince" renié. Ne vous sentez-vous pas soudainement étrange ? Je suis certain que le seul fait d'avoir autant bougé n'a fait que précipiter votre sang dans vos veines et ce, même durant le repos. J'espère tout de même que le sang qui vous a aspergé ne provoquera pas trop de malaises en vous. HAHAHAHAHAHAAAA !!!

La minute venait de passer. Le virus des morts-vivants commença à attaquer les cellules de leur victime. Le sang qui avait jailli regorgeait de ces bactéries monstrueuses. Quel sera le sens touché ? La vue ou le toucher ? Dans tous les cas, le corps engourdi de cet homme n'en fera déjà qu'une proie facile, mais s'il était totalement immobile, cela ne serait que plus bénéfique.

Voyons voir jusqu'où vous pourrez aller... MON PRINCE !

Il colla brutalement sa paume contre le sol tandis que ses guerriers squelettes se réunirent autour de lui, brandissant leurs boucliers. Les chiens poursuivirent l'assassin tels de véritables loups géants tandis que les morts-vivants principaux restèrent autour de la défense, comme des gardes. Dès que le contact fut relié avec la terre, une vingtaine de mains de couleur pourpres surgirent du sol. Celles qui étaient juste au niveau des pieds de l'assassin s'agrippèrent à lui en le retenant fermement. Aura-t-il seulement la force télékinésique nécessaire pour pouvoir contrôler à nouveau une horde de morts-vivants qui, en plus, était enfouie sous terre ? Etait-il donc un mage ou un assassin ? Ses capacités étaient bien intriguantes. Avec un peu de chance, Morpheus pourra trouver quelque chose afin de lui décortiquer le cerveau et l'esprit. Un pouvoir encore plus puissant n'apportera qu'encore plus de pouvoir et de connaissance.

Et c'est reparti !! HAHAHA !!
Revenir en haut Aller en bas
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Mar 6 Avr - 8:57

La chaleur devenait insoutenable. Même s'il devait sauver les apparences il suait anormalement et avait de plus en plus de mal a retenir ces quintes de toux. Avant même qu'il ne puisse se rendre compte de ce qui se passait, des mains lui agrippèrent a nouveaux les membres inférieurs. Il n'avait aucun moyen de se défendre. Il trouva juste la force de ranger sa lame au fourreau. Alors tomba un genoux au sol, se retenant avec sa main. Alors que les bêtes cadavériques se ruaient vers lui il usa un autre atout. D'une voix forte et puissante il appela son fidèle acolyte.

KRYOOOOOOOOOOS !

Reprenant une respiration haletante. il posa une main sur sa poitrine et tenta de se relever; En vain. Alors que les bêtes allaient refermer leurs machoires sur lui, une masse noire les cloua au sol. Entre l'homme et les animaux , la masse se dressa, laissant apparaître le même éclat émeraude dans ces yeux, que celui qui brûlait dans les yeux de l'homme. Des crocs énorme se dessinèrent alors dans la nuit. Haut de plus d'un mètre au garrot, la bête qui se dressait n'était autre que l'un dernier loup noir qui peuplaient les terres glacées du Nord. Cette bête était réputée pour son agressivité et sa vélocité. Les mythes racontent que pour les tuer, les chasseurs était obligé de leur sectionner les pattes par des stratagèmes plus tordu les un que les autres, pour approcher la bête sans défense, rompre sa machoire et aller perforer son coeur depuis le fond de sa gorge. La bête resta immobile en grognant, puis lançant une attaque fulgurante. Une fraction de seconde plus tard, Slorak posa ses mains sur le sol pour calciner les mains qui le retenait. Il usa de ses forces pour se redresser alors que les flammes qui dansaient sur le sol éclairaient les deux compèrent. L'un se dressant aussi fièrement que possible, l'autre de ses griffes acérées, déchirant le corps des chiens infernaux. D'un claquement de doigts du maitre, la créature quitta les lieux, mais l'assassin savait que la bête était proche et qu'elle interviendrait sur demande de son maitre.

La douleur devenait insoutenable, mais l'assassin luttait. Il ne devenait pas faiblir. Il se demandait ou était passé cette patrouille qui devait le rejoindre. Il passa sa main sur son front pour éponger la sueur et fit quelques pas, malgré ses jambes qui tremblait. Il contractait chacun de ses muscles, et alors que sa vue se troublait il relanca le dialogue.

Je crois que ni vous, ni moi ne pouvons venir a bout l'un de l'autre. dites moi ce que vous voulez, et nous en resterons là pour l'instant...

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Mer 7 Avr - 0:51

L'apparition d'un loup noir sauva la vie de l'homme vêtu de blanc. Quelle était donc encore cette surprise ? La domestication d'un loup noir ? Intéressant... Quelles pouvaient donc être les capacités de ce "prince" pour avoir réussi à apprivoiser une telle créature, à maîtriser les flammes, ou encore les ombres ? Hahaha ! Oui... Exactement. Du sang royal, voilà ce qui pouvait cacher un tel "don".

Mais au fond... Un roi... Un prince... N'importe quel être humain n'était au final... Qu'un être humain.

Le loup noir attaque les chiens des enfers qui furent violemment repoussés en arrière, le corps à moitié arraché. Du sang jaillit de leurs corps et les feux follets que Morpheus avait dissimulé en eux explosèrent, relachant des nids de sangsues qui volèrent sous l'éclat sur le corps du canidé aux poils sombres. Les bestioles sanguinaires ne se firent pas prier pour investir le museau, la gueule et les yeux du loup noir. Ces sangsues étant naturellement de couleur sombre, elles se cachèrent sans plus tarder sur la bête, se camouflant avec perfection. Avec l'obscurité des lieux, nulle ne pourrait voir ces minuscules monstres suceurs de sang, suceurs de vie sur cet animal imposant.

De son côté, Slorak fit calciner les bras en décomposition. Quand ses mains touchèrent la peau humide, ses doigts semblèrent s'enfoncer dans cette chair putride. Il put néanmoins se libérer de l'emprise des morts-vivants mais son temps était tout simplement compté. Pour finir, il fit disparaître d'un claquement des doigts le loup noir dans les ténèbres.

Morpheus cessa les quelques brèves attaques et arbora un sourire lorsque son jouet vint lui proférer quelques paroles inutiles. Qu'il était têtu celui-la !


"Héhéhéhéhéhé... Hahaha... Allons mon cher. Pourquoi me posez-vous cette question ? Vous ai-je demandé de venir me voir ? HAHAHAHAHA !!! Que croyez-vous ? Avez-vous oublié ? C'est bien VOUS qui êtes venu à moi, pas l'inverse ! HAHAHAHA !"

Les gardiens squelettes qui l'entouraient furent soudainement libérés du maléfice et ils tombèrent à terre, tous comme les morts-vivants. De leurs cadavres, une sorte fumée verte s'éleva doucement dans l'atmosphère.

"Mais après tout... Peut-être est-ce à VOUS de me dire ce que VOUS voulez ! Ha-ha ! Peut-être que si je me montre clément, votre "proposition" m'intéresserait !.. Pour le moment... Héhéhé... Levez-vous..."

C'est alors que, de la terre, deux sortes de monticules de sable s'élevèrent en hauteur. Le sable s'écoulait, glissait longuement le long de ces petites stalagmites de sable. Morpheus levait les deux bras en l'air, chacun d'un côté. Que pouvaient bien cacher ces deux monticules de sables mouvants ? La réponse ne se fit pas attendre : des bras squelettiques surgirent du rideau de sable et semblèrent le tirer comme une porte. Peu à peu, les grains de sables diminuèrent en quantité et on put alors apercevoir deux formes distinctes, presque identiques.

Deux squelettes. Et pourtant, contrairement aux squelettes "normaux", leurs orbites reflétaient une paire de lueurs rouge sang au fond du néant obscur. Sur leur crâne, ils portaient tous deux un bandeau, l'un portait un rouge, l'autre un bleu. Là où devaient se trouver leurs oreilles, on apercevait une paire de boucles d'oreille usées. Leur dentition était complète. Une fumée, semblable à de la vapeur, émanait de leurs bouches. Au niveau de leur poitrine, ils étaient équipés d'une sorte de lanière en cuir qui barrait leur torse en diagonale et passait dans leur dos, formée d'une plus grosse protection au niveau de leurs anciens coeurs. A leurs mains, ils étaient armés tous deux d'une paire de dagues. Ces dagues semblaient différentes : des dagues venant tout droit d'un monde inconnu, façonnées par des forgerons mystiques. Ils étaient finalement vêtu de vieux pantalons déchirés et chaussaient chacun une paire de bottes.


"Je vous offre ceci mes chers amis."

Des feux follets entrèrent dans leurs corps; mais ce n'était pas tout : deux vagues bleutées pénètrèrent dans leur boîte cranienne. C'étaient des esprits, des esprits damnés dont Morpheus avait su s'en emparer. Comment me direz-vous ? Tout simplement.. En les enlevant par le meurtre. Des esprits torturés, contrôlés et manipulés, quoi de plus pour limiter les effets d'une télékinésie ou d'un contrôle psychique ? Par contre, le contrôle ne s'avérait pas de tout repos.

"Je me demande si vos aptitudes magiques sauront vous en défaire... HAHAHAHA !"

Les deux squelettes assassins poussèrent ensemble un cri strident, glacé, à vous pétrifier sur place. Leurs crânes cliquetaient et claquaient contre leurs épaules. Aussitôt, ils foncèrent sur leur cible en ligne droite mais avant de l'atteindre, ils sautèrent sur les côtés avec habileté, rebondissant sur les arbres, une dague dans la bouche, l'autre en main. Leur rapidité n'avait aucun rapport avec celle des "simples" squelettes.

De son côté, Morpheus esquissa un sourire de satisfaction et s'asseya à terre. Une goutte de sueur perla sur sa tempe. De la fatigue ? Pourquoi donc ? Non... C'était autre chose. Il ferma les yeux et se concentra, semblant méditer. Son bras gauche, solidement enveloppé dans des bandages, le faisait souffrir; mais il ne laisserait rien transparaître. Il se contenta tout simplement de se reposer.

Mais les sangsues qui s'attaquaient au loup noir, se chargeaient de lui fournir de l'énergie.


*Hey bien, me voilà servi. Je voulais de l'action, j'en ai eu... Par ailleurs, aussi étrange cela soit-il, où donc cet énergumène a pu apprendre la magie ? Hahaha...Quel dommage pour lui, le pauvre. Il pourra néanmoins se réjouir d'avoir épargné une ville de la destruction.

...

Non. Je crois que je vais quand même la détruire. HAHAHAHAHA !!*


*Très bonne résolution, hinhinhin...*
Revenir en haut Aller en bas
Slorak
Roi Phoenix
avatar

▌Date d'inscription : 27/09/2009
▌Messages : 499
▌Age : 28



Feuille de personnage
Niveau: 16
Expérience :
1310/1398  (1310/1398)

MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Ven 9 Avr - 23:17

Cette fois ci s'en était fini. Slorak n'était ni un mage, ni un druide et le ne pouvait rivaliser avec la magie de cet homme. Enfin, homme , était un bien grand mot. Les deux squelette arrivaient vers l'assassin. Mais le maléfice qui lui fit perdre la vue l'empêcher de se défendre. Il ressentit les vibration autour de lui et savait que l'impact serait violent. Alors qu'il avait accepté son sort, un évènement extraordinaire se produisit. Une barrière bleuté se dessina tout autour de lui. il sentit les deux squelette s'y écraser et se détruire. Le souffle de cette destruction lui fit faire quelques pas en arrière. Puis soudainement une vague d'apaisement le pourfendit. Sa vue revint instantanément, une lueure orange enveloppa le loup quelques pas plus loin. L'assassin pu apercevoir dans la nuit la silhouette des elfes et reconnu immédiatement leur magie. Son ouïe entendit et reconnu immédiatement le bruit de leur arcs. Avant qu'il ne puisse voir quoi que ce soit d'autre, des pas arrivèrent en trombe derrière lui. La patrouille était la. Ses hommes l'entourèrent.

Monseigneur ? Tout va bien ?

Sans se retourner il reconnu la voix de Rodrick, son plus vieil ami et ancien maitre d'arme.

Ne t'en fait pas Rodrick, ce n'était pas encore mon heure.

tout autour de l'homme, les archers elfiques et les quelques arbalétrier humain se mirent en place et le menacèrent. Slorak ne donna pas l'ordre de tir a ses hommes. Un homme lui chuchota a l'oreille que l'ancien d'un village elfe avait eu une vision de cet homme entrain de détruire un village. La patrouille avait, après avoir rencontrer cet ancien, évacuer les villageois. Slorak voyait plus clair dans le jeu de cet abomination.

Nécromancien ! Cessons se combat inutile. Je suis prêt a vous faire entrer dans les village fanatisé par le Roi, et je vous offre toute leurs âmes, mais ne tentez plus rien sur les terres des elfes. Vos maléfices ne sont pas les bienvenus dans leur culture.

En gage de paix, l'assassin rangea sa lame au fourreaux et traverser le bouclier bleuté. Il devenait vulnérable face aux attaques de l'homme. Il lui montra du doigt une direction. Il s'agissait de l'ouest.

Continuez dans cette direction pendant deux jours, si vous avez un bon rythme de marche, vous atteindrez un village dont la destruction totale ne fera qu'un plus grand bien au royaume.

Sans baisser sa garde, il fit quelques pas vers l'homme lui accorda le sourire que les guerriers fier de s'être affronté se donne. aucune amitié, aucune paix, mais simplement la gratitude d'avoir offert une rixe ou la mort se tenait prête a frapper.

Restons-en la ! Les dieux ferons en sorte que nos chemin se croisent a nouveau. et cette fois le combat sera encore plus interessant...

Les sortilèges elfique le protégeaient de tout dangers magique et Slorak resta immobile attendant une réponse, sous l'oeil attentif des arbalétriers qui attendaient son signal...

__________________________________





- Nous sommes les alliés de la justice -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Sam 10 Avr - 10:18

A cet instant, par un miraculeux "hasard" pour l'assassin, une lumière bleutée jaillit de nulle part et repoussa les deux squelettes en arrière. Peu de temps après, des hommes arrivèrent à leur tour, entourant l'homme vêtu de blanc; et le son des arcs bandés se fit entendre dans l'obscurité de la forêt.

Toute une patrouille, voilà ce qui venait d'arriver. Comment avaient-ils donc fait pour retrouver leur supérieur dans une forêt aussi dense et aussi sombre ? Oh... Peut-être grâce aux elfes ? Malgré tout, cela suffisait bien amplement pour Morpheus : il n'aurait donc pas à se déplacer inutilement.

Il laissa ces pauvres hommes converser entre eux, sentant les quelques flèches et carreaux qui étaient pointés en sa direction. Une nouvelle fois de plus, cet ahuri capable de calciner n'importe quoi répéta, encore une nouvelle fois de plus, de cesser le combat. Néanmoins, pour changer un peu, il annonça au nécromancien qu'il est prêt à faire entrer ce dernier dans un village fanatisé par le Roi et que toutes les âmes détruites lui appartiendront. En contrepartie, on lui ordonna de ne plus rien tenter sur les terres elfiques : la magie noire n'étant guère apprécié en ces lieux.

L'assassin se rapprocha du magicien noir, rengainant sa lame dans son fourreau. Il pointa ensuite du doigt vers l'ouest et affirma que si Morpheus continuait en cette direction, il trouvera au bout de deux jours un village méritant d'être détruit, destruction qui ne ferait qu'améliorer les choses, selon ses dires.

Tandis qu'il souriait avec un semblant de fierté, il acheva son discours en disant que leur duel en restera là. Les dieux feront ainsi en sorte que leurs chemins se recroisent et que le combat qui aura lieu ne sera qu'encore plus intéressant.

Le Nécromancien arborait toujours ce sourire narquois et moqueur. Il ne semblait pas avoir entendu, ou même écouté, les paroles de ce personnage surgi du néant qui lui proférait depuis le début des paroles complètement dénuées de sens. Cependant, il se trouvait qu'il y avait une chose dans ce qu'avait dit cet homme qui se révéla être un bon facteur pour commencer à attiser la fureur de l'homme aux cheveux noirs.

Les deux squelettes assassins se positionnèrent aux côtés de leur maître. Celui-ci plaqua sa main droite contre son visage, faisant glisser tout doucement ses doigts vers son menton.


"Intéressant... Oui... Intéressant... Hahaha.... HAHAHAHAHA.... Non... Non... C'est complètement... C'est complètement FOU !! HAHAHAHAHA !!! Êtes-vous donc tellement borné au point d'en être devenu AVEUGLE ?! Vous dîtes que la destruction d'un village ne ferait qu'un plus grand bien pour ce "royaume". Depuis quand oeuvrai-je pour le "plus grand bien" ?! Vos paroles me dégoûtent encore plus pauvre sot !! Vous ne faîtes qu'inciter la destruction ! C'EST CELA QUE JE HAIS ! ET VOUS LES ELFES ?!! VOUS PENSEZ FAIRE MIEUX AINSI ?!! Quels naïfs...

HAHAHAHAHAHAHA !!!

Oui... Bien... Pourquoi pas, des âmes, ça en fera toujours plus, ça fera toujours quelque chose de gagner pour moi !....... Je vais m'y rendre, à ce village de l'ouest.

Mais auparavant, quel est ce sourire niais et cette façon abjecte de venir s'adresser à moi avec tant de futilité ?"


Le bras gauche du démon frappa le sol et de la terre jaillit des centaines de bras. Des bras munis de lames poussèrent brusquement du sol, juste en-dessous de la patrouille et perfora ces hommes armés de tous les côtés, leur transperçant le thorax alors qu'ils avaient les yeux rivés sur le magicien noir. D'autres morts-vivants, véritables tas de chair molle et épaisse, apparurent autour de Morpheus pour le protéger des flèches. L'un de ces monstres humanoïdes donna un coup de tête à l'assassin pour le repousser en arrière, le choc lui fit ouvrir son crâne déjà mou qui se fendit en deux, relachant un nid de sangsues qui gicla sur l'homme en blanc. Les squelettes assassins disparurent au profit d'une véritable armée de morts-vivants qui se dressa dans toute la zone.

"L'unique personne qui est capable de me dire quoi faire n'est pas encore née ! ET NE NAITRA JAMAIS ! HAHAHAHA !!"

Il écarta ensuite ses bras et toutes les sangsues qui s'étaient dissimulées dans son corps jaillirent en un tourbillon, créant une immense nébuleuse ténébreuse qui s'attaqua à tout être vivant qui entourait leur créateur. Des morts-vivants, des morts-vivants, encore des morts-vivants, il y en avait partout. Bientôt, Morpheus se dissimula dans cette armée de créatures des ténèbres qui fonçaient sur leurs proies tels des chiens affamés. La patrouille fut déjà submergée sous cette soudaine armée sournoise.

*Bien, le clou du spectacle, rien de mieux qu'un tel Morpheus pour les distraire, HAHAHA !*

Alors qu'on ne pouvait le voir, Morpheus invoqua un mort-vivant. Ce cadavre animé par un esprit ressembla en tout point à son créateur : les mêmes yeux, les mêmes cheveux, la même carrure, la même taille, la même expression. C'était un parfait clone. Cela lui avait pris du temps pour confectionner ce monstre qui possédait le même physique que son maître; il lui avait fallu beaucoup de temps passé dans le maniement des corps et de l'anatomie humaine.

*Il est temps de prendre la poudre d'escampette. Adieu mes chères victimes !*

Le clone de Morpheus sembla alors agir à la place de son maître. Il riait et parlait, il levait ses mains et des squelettes en surgissaient comme s'il était lui-même le Nécromancien. Cependant, le vrai Morpheus s'éloigna en douceur, laissant son armée s'occuper de cette petite patrouille. De toute manière, avec la nébuleuse sanguinaire, personne ne verrait quoi que ce soit derrière ce brouillard de sangsues assoiffées de sang. Cette horde de sangsues s'était déjà ruée sur les hommes et les elfes qui se trouvaient à leur portée et les dévorait. Le nombre, voici ce qui faisait la force de cette armée de la mort.

Morpheus esquissa un sourire : il avait pris la direction de l'ouest.... Ah, vraiment ? Pourtant c'était bien vers la ville elfique qu'il se dirigeait. Mensonge, voilà ce qu'il avait fait : il avait tout simplement menti. Sa destination de départ était pour cette cité elfique, elle restera donc la même tant qu'il n'y sera pas sur place.

Le mage noir disparut dans les ténèbres de la nuit, laissant ses bestioles frapper, tuer, mordre, empoisonner, saigner. Son clone lui-même, après avoir été éliminé explosera et transmettra maladie, mort et sangsues dans le souffle de son implosion.


[HRP : fin du sujet pour ma part.

Je suis assez stupéfait de voir une telle quantité d'utilisation de PNJ (hors pouvoir) notamment pour "l'intrigue" du RP : un loup noir surgi de nulle part (peut-être pourras-tu m'envoyer une référence disant que Slorak a bien réussi à apprivoiser un loup noir), et surtout l'énonciation de l'ancien semblant prédire la destruction du village par un mage noir, qui s'ensuit avec l'évacuation du village... Bref, ce n'est rien, je fermerai les yeux là-dessus et je continuerai tout de même la suite de cette histoire en tenant compte de ce qui vient de se passer (c'est-à-dire en prenant en compte la fameuse évacuation du village), bien que je sois à présent limiter dans mes possibilités d'action pour le RP qui va suivre (et donc ce qui provoquera une limitation pour les autres personnes qui souhaiteraient venir participer dans mon sujet); je suis bien déçu.

Bon, je tiens ensuite toujours à me demander, par exemple, "comment un assassin peut-il utiliser du feu s'il n'est pas pyromancien ?" Ceci est un exemple. J'en ai déjà parlé à Jenifael.

Mais, j'insiste, ce n'est pas grave.]
Revenir en haut Aller en bas
MDJ
Bête de guerre toute puissante
avatar

▌Date d'inscription : 21/12/2009
▌Messages : 157


Feuille de personnage
Niveau: 100
Expérience :
1000000000/1000000000  (1000000000/1000000000)

MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   Ven 30 Juil - 23:10

Morpheus: 40 xP

Slorak : 30 xP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une vérification dans la forêt   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une vérification dans la forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une Ame perdue dans la forêt de Cendre [Pv Nuage de Cendres]
» Dans la forêt de la nuit
» Dans la forêt.
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt de Lalwende
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kingdom of Kleryana  :: Le Royaume de Kleryana :: + Elhenis + :: Lieux intermédiaires :: La forêt de Gwinhen-
Sauter vers: